Coupe d'Algérie.. La double confrontation CRB-NAHD officiellement au 5 juillet    Ligue des champions.. Sergio Ramos s'explique après la polémique concernant son carton jaune    Grand succès de «Nathan le sage» à Alger.. Le théâtre pour unir les humains    Première forte mobilisation dans la rue contre le 5e mandat    Tamanrasset, In Guezzam et Bordj Badji Mokhtar.. 39 orpailleurs arrêtés    Salon international de défense «IDEX-2019».. Gaid Salah à Abou Dhabi    Grand concours «Cirta Science» de Constantine.. 550 lycéens aux épreuves préliminaires    INTERSYNDICALE : L'éducation perturbée par une grève le 26 février    UN VEHICULE VOLE A MOSTAGANEM, RETROUVE A RELIZANE : Les 04 voleurs placés sous les verrous    PRESIDENTILLE 2019 : Le PT tranchera prochainement sur sa participation    Le jeune arrête à BBA libéré    REVISION DE LA LOI RELATIVE AU MOUDJAHID ET AU CHAHID : Prise en charge médicale optimale pour les Moudjahidine    Pas de campagne pour Belkhadem et Saâdani    Les assurances de Temmar    La Russie, la Turquie et l'Iran s'engagent à aider Damas à réaliser des réformes constitutionnelles    La justice refuse la libération d'un ex-ministre mozambicain    Abdelmalek Sellal s'emploie à banaliser le 5e mandat    Les faux dilemmes de Benflis et Hanoune    Ernesto Valverde prolongé    «La coupe de cheveux reflète inéluctablement notre idole»    Quelques vieilles saloperies jamais vraiment enterrées au cimetière de Boothill !    La sûreté de wilaya dresse son bilan : 12 réseaux de passeurs démantelés en 2018    Gare routière est : Un policier assassiné dans un bus    MO Béjaïa : Accord trouvé avec Bouzidi    Zone de Bellara, à El Milia (Jijel) : Lancement des travaux de viabilisation    Chambre de commerce : Une délégation américaine en visite à Oran    Coupe arabe des clubs. Al-Merreikh – MCA : Mission difficile pour le Doyen à Omdurman    LFP – sanctions : Huis clos pour le MOB, un an pour Harkabi    Coupe d'Algérie: La double confrontation CRB - NAHD au 5-Juillet    Bilan financier 2018: Ooredoo Algérie compte 13,8 millions d'abonnés    Le ministre du Travail l'affirme: Plus d'un demi million de nouveaux chômeurs diplômés chaque année    Chlef: Le vol de câbles téléphoniques inquiète    Sept médailles dont 3 en or pour l'Algérie    59ème anniversaire des essais nucléaires français en Algérie    Le premier Salon national du miel se déroulera cette année    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    Plus de 100 000 bébés meurent annuellement en raison des guerres    Le réseau internet exposé aux attaques de l'exterieur du pays    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Saisie de 1, 260 kg de kif traité    «Les Yeux de Mansour» de Ryad Girod    Générale de Saha l'artiste    Manselkouch.. Manselkouch en ouverture    "Les masques sont tombés" : Moscou répond au journaliste de la BBC sur "l'attaque" à Douma    La dette publique des USA bat un nouveau record: en quoi Trump est-il différent d'Obama?    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    Accord de pêche Maroc-UE : Le Tribunal européen ordonne à l'UE de respecter le droit international    Cameroun : L'opposant Maurice Kamto et ses partisans inculpés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des essais d'armes chimiques français au Sahara algérien ?
La guerre biologique. Aventures françaises d'Etienne Aucouturier
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 11 - 2018

La France a effectué son premier essai nucléaire en Algérie le 13 février 1960 à Reggane, sous le nom de code «La Gerboise bleue». Selon des chercheurs algériens, 17 essais nucléaires au total ont été menés par la France au Sahara, dont 4 à Reggane, entre 1960 et le retrait définitif de l'armée française de cette région en 1967.
Selon un livre publié dernièrement par un éditeur parisien, la France aurait également effectué des essais d'armes biologiques et chimiques dans une autre région du désert algérien, plus précisément à Béni-Ounif.
La guerre biologique. Aventures françaises, d'Etienne Aucouturier, paru dernièrement chez Editions Matériologiques (Paris, France), est le premier ouvrage de synthèse sur les programmes de guerre biologique français. Ce programme aurait été, à un certain moment de l'Histoire, étroitement lié à l'Algérie.
«De l'invention des aérosols microbiens avant la Première Guerre mondiale aux derniers essais d'armes chimiques dans le désert algérien, dans les années 1970, après les accords d'Evian, il documente avec précision les recherches scientifiques et techniques menées en vue d'atteindre ce but de guerre», lit-on dans la présentation du livre en quatrième de couverture. L'auteur inverse l'ordre de l'analyse courant qui dissocie les armes chimiques et biologiques et se focalise sur le but recherché par les militaires : cibler sélectivement le vivant.
Dans la préface de l'ouvrage, Jeanne Guillemin, Senior Advisor, MIT Security Studies Program, rappelle que, après la Seconde Guerre mondiale, «tandis que les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et le Canada poursuivirent leur coopération tripartite de recherche et d'essais d'armes biologiques et chimiques, lancée pendant la guerre, la France suivit son propre chemin indépendamment, en gardant secrets ses avancées, ses développements et ses essais aériens, tout en cherchant, ces mêmes années d'après-guerre, à acquérir la bombe atomique, ce qu'elle fit en 1960, accédant ainsi au statut de puissance nucléaire.»
Les essais en Algérie auraient commencé bien avant : «Dans le cadre de la CEEC — sous la tutelle de laquelle les recherches sur les agressifs biologiques étaient menés —, certains agents chimiques comme la tricholoréthylamine avaient aussi fait l'objet de test ‘‘en obus de 75 culot vissé'', à Beni-Ounif (à l'ouest de l'Algérie, dans le Sahara) pendant l'hiver 1932-1933. Cette campagne d'essais en Algérie est la première d'une large série d'éssais qui se sont poursuivis jusqu'à la fin des années 1970», écrit Etienne Aucouturier (page 72).
Le 12e et avant-dernier chapitre est intitulé : «Les essais du Sahara et la Sodeteg». Sous le titre «Le troublant destion de la Sodeteg», Aucouturier écrit aussi : «Concernant la poursuite des essais au centre de B2-Namous, plusieurs articles de presse, du journaliste Vincent Jauvert ou de journalistes marocains et algériens ont documenté leur poursuite dans les années 1970. Jauvert affirmait en 1998 que ces essais d'armes chimiques ont continué jusqu'en 1978, au-delà du délai accordé dans les clauses secrètes des accords d'Evian. L'autorisation faite par l'Algérie à la France de continuer ces essais se fit, selon lui, en contrepartie d'une coopération militaire et de la formation de militaires algériens aux techniques de la guerre chimique. La base de B2 aurait été détruite en 1978, selon le ministère de la Défense français, et des militaires du génie auraient décontaminé des centaines de kilomètres carrés de terrain dans l'oued Namous» (P. 226).
L'auteur ajoute plus loin et à la même page : «En juin 2009, le quotidien algérien El Watan publiait des témoignages d'habitants de la ville marocaine Figuig, voisine de l'Algérie et du site de B2. Ils demandaient à être indemnisés pour les maladies rares qu'ils avaient contractées et qu'ils corrélaient aux essais français.»
Jeanne Guillemin fait remarquer dans sa préface : «Sans cet ouvrage important, une grande partie de l'héritage de la France — sur cet usage de la science, son entrelacement organisationnel concernant les armes biologiques et chimiques, ses relations à ses colonies, en particulier l'Algérie, et son estimation de la valeur de ses armes — serait tombée dans les oubliettes de l'histoire.»
Etienne Aucouturier est docteur en philosophie, historien et philosophe des sciences et des techniques. Ses travaux portent principalement sur les rapports entre guerre et biomédecine. Il a enseigné la philosophie durant trois années au Collège universitaire français de Saint-Pétersbourg et a, ensuite, été nommé directeur de la Maison française de l'Université du Ghana, pour effectuer une mission de coopération scientifique et universitaire pour le compte du ministère des Affaires étrangères et du Développement international. Aucouturier enseigne actuellement la philosophie et poursuit ses recherches historiques et critiques sur la guerre biologique.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.