Un remplaçant pour Ouyahia    Les étudiants ne désarment pas    Les avocats en grève aujourd'hui    Sonatrach revoit ses ambitions d'investissement à la baisse    8 opérateurs ont la mainmise sur le marché du médicament en Algérie    Démantèlement d'un réseau spécialisé dans la fuite d'argent vers l'étranger    En quête de modularité    En l'absence des titulaires    Sikazwé au sifflet    Belmadi maintient la pression sur ses troupes    Kalu, victime de déshydratation, apte à rejouer «à 100%»    Houassi invite les actionnaires à une réunion    Plusieurs festivités au menu    «Il n'y a pas de volonté politique de lutter contre la drogue»    Plusieurs agresseurs d'automobilistes appréhendés    La Fondation Casbah condamne    Qui protège la députée de la "honte" ?    Plan bleu de l'ETUSA : 17 dessertes vers les plages de la capitale    Drame à Azeffoun : Trois adolescents meurent noyés à Aït Chaffaâ    CAF - Supporters expulsés d'Egypte: La FAF écope d'une sanction financière    L'immonde troc proposé aux Palestiniens à Bahreïn    Chlef: Comment prévenir les feux de forêts    Appel à «mettre un terme» à la «grave dérive» que vit le FFS    Coupe d'Afrique des nations: La vente des récepteurs satellitaires et des téléviseurs boostée    LA PRIMEUR A L'HISTOIRE    Tribune - Les discours de haine embrasent le monde    La démocratie est la solution    Ouled Gacem (Oum El Bouaghi)    Signature d'une charte d'exploitation des nappes souterraines    D'énormes potentialités    Trump annonce des sanctions «dures» visant le Guide suprême iranien    Les propriétaires d'exploitation agricole réclament l'électrification agricole    Assassinat d'un jeune homme    Le HCA plaide pour la suppression de l'aspect facultatif    Un art, un sport de compétition et une thérapie    Toufik Hamoum à la tête d'un conseil technique    Mauritanie : El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    Crise anglophone au Cameroun : La difficile équation d'un dialogue à plusieurs inconnues    Guerre commerciale avec les USA : Comment pourrait répliquer la Chine à cette escalade ?    Ecole supérieure des blindés de Oued Chaâba (Batna) : Sortie de six promotions    Transfert : Billel Dziri nouvel entraîneur de l'USM Alger    Salon du Bourget : L'A321 XLR, le " game-changer " d'Airbus débute sa carrière en fanfare    Bourses : Les actions en Europe varient peu dans un climat prudent    Deux nouvelles attaques meurtrières dans le Nord    Les étudiants toujours mobilisés    Gaïd Salah en visite, à partir d'aujourd'hui    L'opposition en conclave le 6 juillet    Qui a trompé l'agence Sputnik ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La marche des libertés violemment réprimée
BEJAIA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 11 - 2018

La marche des libertés à laquelle a appelé le Comité de citoyens Merzoug Touati avec comme mot d'ordre majeur «ensemble, exigeons la libération de tous les détenus d'opinion» pour la journée d'hier a été violemment empêchée et des dizaines d'arrestations ont été opérées parmi les manifestants par les services de sécurité.
En effet, tôt dans la matinée d'hier, un impressionnant dispositif policier a été déployé à travers le quartier où se trouve l'université Targa-Ouzmour où devait s'entamer la manifestation pour le respect des libertés des citoyens vers la place de la liberté d'expression Saïd-Mekbel, située non loin du siège de la wilaya.
A peine la centaine de manifestants qui a réussi à se regrouper à l'intérieur du campus universitaire entame les premiers pas de la marche ouverte avec une banderole portant le slogan réclamant la libération du blogueur Merzoug Touati et tous les détenus d'opinion, de nombreux policiers font irruption pour embarquer les manifestants dont certains membres du comité organisateur seront conduits vers le commissariat central du chef-lieu de wilaya. De nombreux militants qui s'apprêtaient à prendre part à la marche ont été interpellés à travers différents endroits de la ville avant même le lancement de la manifestation également, rapportent plusieurs témoins.
Une militante qui a été interpellée et conduite vers le commissariat pour subir un interrogatoire après avoir été relâchée au milieu de la journée par la police raconte : «J'étais sur le chemin pour rejoindre la marche, des policiers en civil m'ont accostée pour me demander où je vais. J'ai répondu que je m'apprête à participer à la manifestation avant de me voir embarquer dans un fourgon par les policiers vers le commissariat plein de dizaines d'autres personnes interpellées comme moi pour subir des interrogatoires», nous a-t-elle déclaré.
Devant la violente interdiction de la marche, des manifestants se sont donné le mot pour se retrouver entre midi trente et treize heures au niveau de la place de la liberté d'expression Saïd-Mekbal pour observer, malgré la répression, un rassemblement et crier leur colère face aux atteintes aux libertés des citoyens et réclamer la libération de tous les détenus d'opinion à travers le pays.
Lors du rassemblement, une prise de parole a été improvisée. Des militants des droits de l'Homme venus de Tizi-Ouzou, Oran, Annaba, Alger, des représentants du CMA, de la Confédération nationale des syndicats autonomes, des partis politiques de la mouvance démocratique, le Comité de citoyens Merzoug Touati se sont relayés à la tribune pour dénoncer la violente répression de cette marche des libertés et réitérer l'exigence de la libération de l'ensemble des détenus d'opinion en Algérie.
Par ailleurs, dans un communiqué rendu public, tout en appelant la population à demeurer dans le strict cadre pacifique qui doit être la seule réponse à la répression, la LADDH rappelle encore une fois à l'occasion, les pouvoirs publics «l'obligation du respect des droits de réunion et de manifestation pacifique qui sont consacrés par le droit interne et le droit international des droits humains ratifiés par l'Algérie».
A. Kersani


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.