Tebboune installe la Commission chargée du projet de révision du code électoral    Contrat entre Haddad et un lobbyiste américain: Information judiciaire sur l'affaire des 10 millions de dollars    Automobile: Une plate-forme numérique pour les concessionnaires et les constructeurs    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    En amical: Algérie-Cameroun, le 12 octobre aux Pays-Bas    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Sidi Bel Abbès: Un nouveau chef de daïra et un lourd dossier du logement social    Doutes et politique    Cinq enfants d'une même famille parmi les victimes: Huit morts et deux disparus après le renversement d'une barque    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    Kalida Toumi bientôt devant le tribunal de Sidi M'hamed    CORONAVIRUS EN ALGERIE : Benbouzid confirme la véracité des chiffres    LE PHENOMENE EST DE RETOUR : 92 harraga dont 30 Marocains interceptés au large d'Oran    Après la Constitution, une autre mission pour Laraba    POUR FAIRE REUSSIR LE REFERENDUM SUR LA CONSTITUTION : L'ANP fournira tous les efforts    De nouveaux produits interdits a l,importation    Information judiciaire sur le transfert de 10 millions de dollars    "Nous n'importerons aucun vaccin qui ne soit pas pré-qualifié OMS"    Les contaminations poursuivent leur baisse    Mystérieuse disparition de deux fillettes    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    250 millions de dollars perdus annuellement    Révision de la Constitution: début dimanche de la révision des listes électorales    «L'algérianisation», priorité de Belhimer    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Sept morts dans deux attaques    Ce que prévoit le projet de rénovation    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Afrique du Sud mieux placée que le Maroc ?
APRÈS LE RETRAIT DE L'ORGANISATION DE LA CAN-2019 AU CAMEROUN
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 12 - 2018

Rebelote. Quatre ans après avoir vécu l'épisode d'Ebola qui avait «provoqué» le désistement du Maroc, la CAF est à nouveau dans l'embarras pour tenir la CAN-2019 comme prévu en juin-juillet de l'année prochaine.
Vendredi soir à Accra, la Confédération africaine de football présidée par Ahmad Ahmad avait estimé que le Cameroun n'était pas assez prêt pour accueillir dans les délais la 32e édition de la CAN de football seniors-garçons. Des difficultés relevées par les différentes inspections menées par des commissions spécialisées de l'instance dépêchées au Cameroun ont présidé à cette décision qui confirme l'instabilité dans laquelle baigne la pratique du sport-roi en Afrique.
Aussitôt le retrait confirmé, la CAF a décidé de lancer un autre appel à candidatures pour les fédérations nationales qui lui sont affiliées. Trois pays ont paru en ballotage favorable pour déposer leurs dossiers avant la fin de cette année.
Il s'agit du Maroc, l'Afrique du Sud et l'Egypte dont beaucoup d'observateurs ont soupçonné être de mèche avec le patron de la Confédération pour délocaliser la prochaine édition. Certains ont même invoqué une «vengeance» de la part d'Ahmad Ahmad sur son prédécesseur, le Camerounais Issa Hayatou qui avait, entre autres griefs, enlevé l'attribution de la CAN-U17 à Madagascar, le pays natal de l'actuel boss de la CAF.
En août 2017, dans une première réaction à la rumeur qui prétendait, alors, que la CAF se dirige vers le retrait de la CAN-2019 au Cameroun, le prince de Garoua avait qualifié les deux situations d'incomparables.
«On ne peut pas dire que la CAF va nous enlever cette CAN 2019. Quand on a eu à retirer la CAN à des Etats, c'est parce que, ce sont eux qui n'ont rien fait, a poursuivi Hayatou. Par exemple, quand on a retiré la CAN à Madagascar, c'était au mois de janvier, pour une compétition prévue en mai. Donc, quatre mois avant. Des missions s'étaient rendues à Madagascar et toutes ces missions étaient d'avis qu'il fallait retirer la CAN à ce pays ; parce qu'il n'a rien fait. Rien, rien, rien. Pour le cas du Cameroun, il n'y a encore eu aucune inspection, et les gens disent que nous n'avons rien», disait-il.
La CAF d'Ahmad Ahmad a suivi à la lettre ses recommandations en mobilisant ses troupes d'inspection trop pressantes pour le gouvernement de Douala tenu de montrer ses capacités à surmonter les obstacles et accélérer les travaux dans les chantiers. Ceci en informant les Camerounais que leur tournoi se jouera avec 24 équipes et non pas 16 comme ce fut le cas depuis 1996 en Afrique du Sud.
Le Malgache avait des certitudes que les promesses certifiées par Paul Biya en personne n'allaient pas être tenues. Et le 30 novembre dernier à Accra n'était qu'une pièce de théâtre dans laquelle certaines fédérations africaines influentes ont joué franc jeu.
Danny Jordan et Lekdjaâ dos à dos
A l'annonce officielle de la décision de retirer la prochaine édition au Cameroun, les trois potentiels «remplaçants» ont pris une posture mesurée laissant entendre, chacun à sa manière, que la décision ne leur appartenait pas en tant que fédérations. C'est d'abord l'Egypte par la voix du porte-parole de Magdi Abdelghani, membre de la FEF, qui annonce que son pays n'est pas intéressé et qu'un consensus s'est dégagé afin que le Maroc soit le successeur qui obtienne l'organisation. Les Sud-Africains observaient, quant à eux, un mutisme pour le moins diplomatique vendredi et samedi.
Aucune voix officielle n'était venue confirmer le désir du pays de Mandela à récupérer l'organisation comme c'était le cas en 1996 (après le retrait forcé du Kenya) et en 2013 (après celui lié à la guerre civile en Libye). Jusqu'à cette sortie médiatique du président de la Fédération sud-africaine, Danny Jordan, hier à Sandton en marge de l'AG annuelle de la SAFA.
«La CAF nous a exhorté à envisager sérieusement l'organisation du tournoi de la CAN-2019», a dit le membre du CE de la CAF et non moins président de la SAFA. Une demande à laquelle Danny Jordan a répondu tout aussi diplomatiquement en annonçant que «c'est au gouvernement sud-africain de décider».
Comme c'était aussi le cas en 2014 lorsque la CAF d'Aissa Hayatou était obligée de délocaliser la CAN-2015 du Maroc en raison de la demande des dirigeants marocains de reporter le tournoi jusqu'à ce que la pandémie d'Ebola survenue en Afrique de l'Ouest soit maîtrisée.
A l'époque, la SAFA toujours commandée par Danny Jordan n'avait pas obtenu le feu vert de son gouvernement qui invoquait des soucis financiers pour justifier le refus d'abriter cet événement.
La CAF avait alors décidé d'octroyer le tournoi à la Guinée-Equatoriale qui n'était pas prévue dans les plans de Hayatou et des membres de son Comité exécutif. Pendant ce temps, le Maroc annoncé grand favori pour accueillir la 23e phase finale observe…
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.