Real Madrid-Valence : Les compositions d'équipes    LA FRANCE COINCEE PAR LE NOUVEAU PRESIDENT ALGERIEN : Les temps de Papon sont révolus !    La préservation du mausolée royal Imedghassèn, responsabilité de tous    «Aucune violence contre les manifestants du hirak à Oran»    Liban : consultations parlementaires lundi pour choisir un nouveau Premier ministre    Saisie de 7.215 comprimés psychotropes    SIRAT (MOSTAGANEM) : Une unité de transformation de plastique ravagée par le feu    LA WILAYA A ECHAPPE A UNE FORTE PRESSION DURANT L'ETE GRACE AU MAO : Gaspillage d'eau potable à Mascara    SOVAC dément avoir été suspendu par Volkswagen    LOGEMENTS LPA A ORAN : La longue attente des souscripteurs    SIDI BEL ABBES : 942 infractions et retrait de 492 permis de conduire    GAID SALAH AFFIRME : Tebboune est apte à mener l'Algérie vers un avenir meilleur    Mohamed Yamani annonce son retrait du mouvement sportif national    Coupe arabe/MCA-Al-Quwa Al-Jawiya: le "Doyen" vise les quarts sur fond de crise    Soutien au peuple sahraoui: le Polisario salue la solidarité de la société civile belge    Tunisie: difficulté à former un nouveau gouvernement, les partis divisés    Le service VTC Yassir au cœur d'une polémique    Pas de grands changements en décembre    L'épilogue, ce lundi !    Le RCD dénonce, le TAJ et l'ANR s'en félicitent    Boris Johnson veut faire le Brexit et rassembler le pays    Poursuite du démantèlement du régime d'Al-Bachir    Quel sort pour le FLN ?    Le mouvement associatif s'impatiente et interpelle le P/APW    Arrestation de 2 dealers recherchés à El Kala    Cake aux thon et câpres    Quelque 5 000 fonctionnaires régularisés    ACTUCULT    Projet de traduction de plusieurs textes de la littérature populaire    L'exil et l'histoire, de l'Algérie au Moyen-Orient    Des souverains et chefs d'Etat félicitent le président élu Tebboune    Dialogue, constitution, loi électorale: Tebboune dévoile ses priorités    Entre 4 et 6 nouveaux cas d'hépatite A chaque jour: L'hygiène et l'eau des colporteurs pointés du doigt    WA Tlemcen: Tout est rentré dans l'ordre    L'Algérien Ryad Mahrez dans le Top 10 des joueurs africains les mieux payés    Inscription de la musique gnaoua    Une statue de Ramsès II retrouvée près de Memphis    La journée décisive du jeudi 12 décembre    Publication de trois décrets présidentiels validant des contrats d'exploitation    MARCHES FINANCIERS Rebond de la livre sterling après la victoire de Boris Johnson    OPPO annonce le lancement de smartphones 5G au premier trimestre 2020    20 individus à Relizane et 6 à Guelma arrêtés pour entrave à l'opération de vote    Un député allemand : " L'Europe dépend fortement des importations du gaz, et un accord avec la Russie est raisonnable "    La Russie s'exprime sur l'éléction de Tebboune    Bourses européennes : L'Europe termine en hausse, soutenue par l'accord USA-Chine    Manchester City: Guardiola souhaite "rester"    Littérature : Parution :    SAISON CULTURELLE 2019-2020 À AIN TEMOUCHENT Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérien : peau noire, masque noir !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 01 - 2019

On est forcément les harragas de quelqu'un. Le postulat est aussi vieux que l'eau ou le sable : l'herbe est toujours plus verte ailleurs ! Sans doute que, dans cet élan qui nous porte à partir, à aller vers d'autres azimuts, il n'y a pas que le désir de mieux vivre matériellement, ce qui est souvent un ressort de la migration. Il y a aussi des questions d'identité individuelle et collective, de représentation de soi. Voyons, par exemple, les Algériens de peau noire, dont on ne parle jamais. Comment se sentent-ils dans la représentation que l'Algérien se fait de lui-même ? La question est un tabou de fait. Au fond, se sentent-ils mieux chez eux, en Algérie, qu'ailleurs ? Pas sûr ! En tout cas, il n'y a, à ce que l'on sache, aucune enquête sociologique ou même journalistique pour nous le dire.
La récente déconvenue, pour rester euphémique, de Khadidja Benhamou, cette véritable reine de beauté d'Adrar, couronnée Miss Algérie 2019, donne la partie la plus moche de la réponse. Le déferlement de haine raciste qui l'a visée à travers les réseaux sociaux, s'attaquant à la couleur de sa peau, montre que les Algériens ont une incontinence verbale terrible lorsqu'il s'agit de faire dans une forme d'épuration loin d'être honorable. C'est bien de cela qu'il s'agit ! On tape sur Miss Algérie 2019 car l'on n'accepte pas l'hérésie qu'une Noire ou même une femme à la peau mate puisse incarner la femme algérienne, a fortiori la beauté féminine algérienne.
Il est vrai que les réseaux sociaux sont le lieu de toutes les lâchetés décomplexées puisqu'on peut tout y dire, protégés par le confort de l'anonymat et de l'impunité.
Mais il n'est pas impossible que cette meute de défenseurs de l'Algérie blanche nickel soit en même temps le clan des contempteurs du racisme dont ils souffriraient eux-mêmes en tant qu'Algériens, quelle que soit la couleur de leur peau – les harragas, tiens ! – en Occident par exemple. Or, personne parmi ces tireurs embusqués dans les fosses à purin ne commentera ce qui est loin d'être un scoop, l'élection d'une basanée, ex-Miss Tahiti, au nom bien gaulois de Vaimalama Chavez au trône de Miss France 2018. D'ailleurs, l'année précédente, une autre basanée, Alicia Aylies, ex-Miss Guyane, était, elle aussi, couronnée Miss France. In situ, hormis quelques excités du bocal de l'extrême droite, personne n'a trouvé à y redire ! C'est qu'au-delà de la couleur de la peau, il y a des critères de beauté qui sont universels ou, du moins, le sont devenus.
Mais nous, Algériens, nous sommes, comme on le sait, les meilleurs, les plus purs, les plus beaux, bref «les plus-mieux» et nous n'avons de leçon à recevoir de personne. Jamais !
Fiction : si Khadidja Benhamou avait été une harraga, elle aurait pu sans doute être élue Miss Suède ou Miss Danemark sans que cela déclenche la bouffée d'anxiété sonore des sectateurs de la blancheur liliale. On reconnaît le degré d'évolution d'une société à sa capacité d'intégrer les différences et de ne pas s'en effaroucher. En dépit des relents de racisme qui perdurent aux Etats-Unis, par exemple, et ce n'est pas rien, on y trouve des fruits du combat antiraciste comme en la personne d'Ihlan Omar. Cette harraga somalienne a été élue dans le Minnesota au Congrès des Etats-Unis malgré le cumul des «tares» qui l'affectent : réfugiée, noire et musulmane.
Bien entendu, il serait erroné et dangereux d'incriminer, pour cette flambée de racisme, la majorité des Algériens. Une règle statistique veut qu'une minorité agissante peut remplir l'espace au point de se targuer de s'exprimer au nom de la majorité. C'est le travers dans les pays, comme chez nous, où les sondages d'opinion n'existent pas. Les récentes expulsions massives de réfugiés subsahariens ont été accompagnées par des quolibets racistes. A l'opposé, elles ont donné également lieu à l'expression de sentiments antiracistes et fraternels. De nombreuses associations, groupes et personnalités, ont dénoncé cette exclusion haineuse basée sur le plus infâme des instincts.
L'épisode d'éruption raciste a permis, à quelque chose malheur est bon, le raffermissement de ce principe consigné dans les textes doctrinaux de l'Etat algérien, comme dans ceux de la plupart des pays membres de l'ONU : l'égalité des êtres humains sans distinction de couleur de la peau.
La réaction admirablement zen de Khadidja Benhamou face à ce tsunami d'invectives donne de l'espoir à tous ceux qui, depuis quelques mois, œuvrent dans les associations à promouvoir la tolérance, la fraternité, et à faire reculer les préjugés imbéciles sur la supériorité de certains en raison de la couleur de la peau. Faut-il rappeler que pendant la guerre de Libération on ne sélectionnait pas les candidats au devoir patriotique selon la couleur de leur peau ? Ce à quoi, il faut ajouter que l'Algérie combattante a été la patrie de cœur et de raison de Frantz Fanon qui, dans Les Damnés de la terre, s'écriait pendant qu'encore crépitait le feu du combat pour l'indépendance : «Bâtissons ensemble une Algérie qui soit à la mesure de notre ambition, de notre amour… Nous sommes des Algériens, bannissons de notre terre tout racisme, toute forme d'oppression et travaillons pour l'épanouissement de l'homme et l'enrichissement de l'humanité.»
Avec sa réaction philosophique à la meute qui l'a clouée au pilori, Miss Algérie 2019 ajoute à son extraordinaire beauté plastique, la beauté de son esprit.
A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.