Questions sans réponses    Facebook s'invite à la présidentielle    Makri sensible à l'option    50 millions de dollars de services numériques exportés    L'Algérie manque de cadres dans le commerce international !    Création d'une agence de régulation    Le maréchal dira-t-il me voilà ?    «Le plan de partition de la Syrie n'est pas nouveau»    Mohammed Bensalmane en quête d'alliés et de contrats en Asie    Le temps des regrets    Rien ne résiste au NC Magra    «La nature de la demande syndicale a changé»    Deux amateurs de parapente meurent accidentellement au cours d'exercices    Un assassin sous les verrous    Création de l'orchestre symphonique de la ville d'Oran    Les Constantinois renouent avec le cinéma    Tikoubaouine à la conquête de la capitale du chaâbi    Chlef : L'annexe d'athlétisme fermée devant les participants aux championnats de wilaya    Division nationale amateur - Ouest: La JSMT maintient la pression sur l'OMA    Conférence internationale sur la sécurité: La fracture de l'Occident    Allez-y tout doucement Messieurs !    Le ras-le-bol    Prescription des traitements d'oncologie innovants: Le ministère de la Santé revoit sa copie    Anem: Près de 400 cadres demandeurs d'emploi placés en 2018    Le Complexe olympique de Belgaïd aborde sa dernière ligne droite: Le poids des «aberrations» du passé et des «fausses» réserves    RC Relizane: Latrèche démissionne, Beldjilali limogé    80ème anniversaire de la Guerre civile espagnole: Oran, pour un hommage aux réfugiés républicains    Le terroir algérien à l'honneur: Une semaine gastronomique de la ville d'El Oued à l'hôtel Royal    Commémoration de la Journée du Chahid    La révolution algérienne, un exemple pour la liberté des peuples    Les droits de l'Homme infiltrent nos prisons    La France domine la compétition, l'Algérie au tableau des 32    La double confrontation CRB - NAHD au stade du 5-Juillet    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat    Le système actif à Oran, Alger et Annaba    Les candidatures sont ouvertes jusqu'au jeudi 4 avril 2019    «Si on venait à mourir, défendez nos mémoires» (Didouche Mourad)    Un terroriste arrêté à Alger    L'or perd-t-il de son éclat ?    L'opposition cherche toujours un candidat    Chine : Les prix ralentissent, la crainte d'une déflation monte    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    Selon Moscou : Un coup d'Etat militaire au Venezuela devient une priorité des USA    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    17 millions de dinars dérobés !    Horreur à Haouch El Makhfi    14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Les élections en Algérie ne donnent ni légitimité, ni pouvoir»
Mouloud Hamrouche écarte toute possibilité de se présenter à la présidentielle :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 01 - 2019

L'ancien chef de gouvernement, Mouloud Hamrouche, a clairement laissé entendre, hier mardi, dans un entretien accordé à notre confrère El Khabar, qu'il n'a nullement l'intention de se présenter à l'élection présidentielle du 18 avril prochain. Mieux - ou pire, c'est selon - Hamrouche estime qu'en Algérie, «les consultations électorales et politiques ont perdu l'essentiel de leur contenu, de leur influence et de leur finalité». L'homme remet en cause le système de gouvernance dans son ensemble.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) -
Enfant du système, Mouloud Hamrouche, l'un des piliers du régime de Chadli Bendjedid, avait eu à diriger le «gouvernement des réformes» au lendemain des événements d'Octobre 1988. C'était sous son gouvernement que l'Algérie opérait sa grande mutation, de l'ancien régime de parti unique, vers le pluralisme politique, médiatique, syndical, associatif et culturel. Une période faste, qui sera malheureusement ternie par l'intrusion du loup dans la bergerie, pour ainsi dire, à savoir l'avènement du tristement célèbre Front islamique du salut. C'était l'ex-FIS qui pervertira cette fabuleuse expérience démocratique, la première dans un pays arabe. D'ailleurs, c'était également à la suite du pourrissement de la situation, à la suite de la fameuse grève de l'ex-FIS que le gouvernement Hamrouche tombait, en juin 1991. De cette période, si sensible de l'histoire du pays, Hamrouche a hérité d'une glorieuse réputation, celle de «l'homme des réformes», mais aussi un contentieux jamais réglé avec son institution d'origine, l'armée. Et qui va durablement marquer la suite de sa carrière politique. Plutôt partisan de «la solution politique» au lendemain de l'interruption du processus électoral et l'interdiction du FIS, Mouloud Hamrouche avait tenté un retour en force, à la suite de la démission de Liamine Zeroual. Candidat à l'élection présidentielle du 15 avril 1999, l'ancien chef de gouvernement avait mené une brillante campagne électorale, sous le thème qui lui est si cher, celui des réformes mais a dû se retirer de la course en compagnie des cinq autres concurrents de Abdelaziz Bouteflika (Taleb Ibrahimi, Abdellah Djaballah, Mokdad Sifi, Youcef Khatib et le défunt Hocine Aït Ahmed ), et ce, en guise de contestation du soutien de l'armée au «candidat du consensus», en l'occurrence Bouteflika. N'empêche, et même s'il n'est porté par aucune structure partisane, l'ancien chef de gouvernement aura toujours gardé intacte une popularité réelle et reste, par ailleurs, l'une des rares personnalités nationales à disposer de réseaux terriblement efficaces, tant au niveau de la classe politique, des médias, du monde associatif et dans l'administration. Bref, l'on a affaire, en lui, à un présidentiable en puissance. Sauf que, à bientôt 76 ans, l'homme préfère faire l'impasse sur le rendez-vous de la présidentielle d'avril 2019. Une décision qu'il argumentera de manière académique, à travers l'entretien accordé à nos confrères d'El Khabar. Pour lui, les élections et les consultations électorales, y compris celles qui concernent la fonction de président de la République, «ne donnent pas la légitimité, n'adoptent pas des programmes, et ne donnent pas de pouvoir aux élus». Analysant la nature du pouvoir en Algérie, Hamrouche s'est montré sans état d'âme. «Nous mélangeons tout le temps entre l'Etat et le pouvoir ou le gouvernement. (…) Le problème chez nous est que nous n'avons pas construit l'Etat porté par le projet national et nous n'avons pas institué les instruments du pouvoir.» Il portera un jugement cinglant sur les bilans des gouvernements qui se sont succédé en Algérie depuis l'indépendance. «Y compris le mien», précisera-t-il. «En Algérie, nous avons un problème. Le pouvoir ne gouverne pas, parce que les mécanismes de fonctionnement du système tel qu'il est aujourd'hui empêchent la pratique du pouvoir.» Même s'il affirme qu'en Algérie, «il n'y a qu'un seul pouvoir, celui de l'exécutif, à savoir le président de la République et le gouvernement», Hamrouche n'en estime pas moins qu'aucun homme ni entité, à savoir le président de la République ou son exécutif ne gouvernent en réalité. Citant sa propre expérience à la tête du gouvernement, de 1989 à 1991, il dira, par exemple : «J'ai rencontré beaucoup de difficultés qui m'ont empêché de concrétiser mon programme et d'avoir les instruments de contrôle.» En l'état actuel des choses, soutiendra Hamrouche, le pays est gouverné à la «libyenne, à la Jamahirya du défunt Maâmar El Khadhafi». Il assure, toutefois, qu'il ne vise aucune personne en particulier en faisant ce constat, mais qu'il dénonce la nature même du système dans son ensemble. Un système qui fait que, de l'étranger, «l'Algérie n'est pas perçue comme un Etat, mais comme un régime. Et cela est dangereux». Hamrouche en veut pour preuve de l'obsolescence du système en Algérie, l'initiative prise par Bouteflika lui-même, dès son arrivée au pouvoir et qui consistait à réformer l'Etat. Or, le rapport de la «commission Missoum Sbih» est resté sans effet : «Où sont les résultats de cette commission ? Le Président Bouteflika n'a pas informé les Algériens sur les difficultés qu'il a rencontrées pour organiser l'Etat.» Cela veut tout dire ! Autrement dit, Hamrouche estime, cette fois, que non seulement «c'est le jeu qui est fermé» s'agissant des élections du 18 avril, mais l'ensemble du système qui l'est encore davantage.
K. A


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.