Libye: al Sarraj surpris que la France soutienne Haftar    Etats-Unis : Les démocrates rêvent de destituer Trump    Ighil El Mal (Ath Zmenzer) : Caravane sanitaire    Tizi Ouzou : 1581 nouveaux cas de cancer en 2018    Café littéraire de Bouzeguène : Blocage de la subvention par la wilaya    Pour un idéal républicain    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour : CRB - CSC, aujourd'hui à 16h00 - Un duel ouvert à tous les pronostics    Football - Ligue 1: Les deux extrémités du tableau en ébullition    CR Témouchent: Une accession méritée en division amateur    Dans le cadre d'une enquête anti-corruption: Rebrab incarcéré à la prison d'El Harrach    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Les cinq victimes de l'effondrement de l'immeuble de la Casbah enterrées hier     Skikda: Tentative de meurtre, quatre arrestations    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Gaïd Salah: «Le complot a commencé en 2015»    Les étudiants toujours mobilisés    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    Transition politique : On avance à tatons    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamrouche ne sera pas candidat
Election présidentielle
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 01 - 2019

Mouloud Hamrouche, l'ancien chef de gouvernement, nesera pas de la course le 18 avril prochain.
Mouloud Hamrouche, l'ancien chef de gouvernement, nesera pas de la course le 18 avril prochain.
Comme attendu d'ailleurs, il vient d'annoncer qu'il ne briguerapas la présidence de laRépublique lors de l'élection présidentiellequi aura lieu dans moins detrois mois. Cette décision, annoncéesur les colonnes du journal El Khabarà qui il a accordé un entretien, est loinde constituer une surprise car, personnene s'attendait au contraire.C'est que l'ancien candidat aux électionsprésidentielles de 1999, qui s'estd'ailleurs retiré à la veille du scrutinavec cinq autres candidats, ne cesse dedresser un tableau noir de la situation que traverse le pays.
Dans cette interview,Hamrouche pointe du doigtl'échec patent dans la quête de bâtirun Etat. Un échec qu'il impute à tousles pouvoirs qui se sont succédéesdepuis le recouvrement de l'indépendance,du pays en 1962. "Nous avonsla difficulté de comprendre l'Etat et lepouvoir. Nous mélangeons tout letemps entre l'Etat et pouvoir ou gouvernement.Le problème chez nous, etque nous n'avons pas construit l'Etatporté par le projet national et nousn'avons pas institué les instrumentsdu pouvoir. Quand l'Etat est absent,les Institutions le sont aussi. Autantque le contrôle et l'obligation de rendrecompte, le résultat final et l'absencede la loi", a indiqué MouloudHamrouche dans cet entretien publié hier. Un constat sans concession, d'un homme au fait de l'exercice du pouvoir. "Nous avons en Algérie un problème, le pouvoir ne gouverne pas, parce que les mécanismes de fonctionnement du système, tel qu'il est aujourd'hui, empêchent la pratique du pouvoir", devait-il ajouter.
Pour lui, "si le pouvoir arrive à prouver qu'il gouverne en certains aspects, il ne rend pas compte et personne n'assume ses responsabilités. Il n'existe qu'un seul pouvoir en Algérie, le pouvoir exécutif, constitué du président de la République et du gouvernement". Poursuivant son analyse, il dira que "ce pouvoir n'a jamais eu la capacité à gérer la société et à gérer les projets avec efficacité. Il n'a jamais pu réaliser les objectifs qu'il a tracés. Cela concerne aussi mon passageau gouvernement (entre 1989 et 1991).
J'ai rencontré beaucoup de difficultés qui m'ont empêché de concrétisermon programme, et d'avoir les instruments pour réaliser les objectifs et les politiques, y compris les instruments de contrôle". "Les consultationsélectorales et politiques ont perdu la plupart de leur contenu et de leur influence, et ont perdu leur finalité aussi. Elles ne donnent pas la légitimité, n'adoptent pas des programmes et ne donnent pas de pouvoiraux élus. (…) Cela concerne le présidentde la République aussi", a-t-il dit.Après cette analyse, il était évidentque Mouloud Hamrouche allait répondre par la négative, à l'inévitable question sur sa probable candidature au rendez-vous électoral du 18 avril prochain.
Ces joutes électorales auront lieu donc sans cet ancien chef de gouvernement, qui ne s'est d'ailleursprésenté à aucune consultation depuis 1999. Cette année là, et à la veille du scrutin, il s'est retiré de la course en compagnie de cinq autres candidats, à l'exemple de Hocine Ait Ahmed ou encore, Ahmed Taleb ElIbrahimi, pour protester contre le parti pris de l'armée en faveur du candidat Abdelaziz Bouteflika
Comme attendu d'ailleurs, il vient d'annoncer qu'il ne briguerapas la présidence de laRépublique lors de l'élection présidentiellequi aura lieu dans moins detrois mois. Cette décision, annoncéesur les colonnes du journal El Khabarà qui il a accordé un entretien, est loinde constituer une surprise car, personnene s'attendait au contraire.C'est que l'ancien candidat aux électionsprésidentielles de 1999, qui s'estd'ailleurs retiré à la veille du scrutinavec cinq autres candidats, ne cesse dedresser un tableau noir de la situation que traverse le pays.
Dans cette interview,Hamrouche pointe du doigtl'échec patent dans la quête de bâtirun Etat. Un échec qu'il impute à tousles pouvoirs qui se sont succédéesdepuis le recouvrement de l'indépendance,du pays en 1962. "Nous avonsla difficulté de comprendre l'Etat et lepouvoir. Nous mélangeons tout letemps entre l'Etat et pouvoir ou gouvernement.Le problème chez nous, etque nous n'avons pas construit l'Etatporté par le projet national et nousn'avons pas institué les instrumentsdu pouvoir. Quand l'Etat est absent,les Institutions le sont aussi. Autantque le contrôle et l'obligation de rendrecompte, le résultat final et l'absencede la loi", a indiqué MouloudHamrouche dans cet entretien publié hier. Un constat sans concession, d'un homme au fait de l'exercice du pouvoir. "Nous avons en Algérie un problème, le pouvoir ne gouverne pas, parce que les mécanismes de fonctionnement du système, tel qu'il est aujourd'hui, empêchent la pratique du pouvoir", devait-il ajouter.
Pour lui, "si le pouvoir arrive à prouver qu'il gouverne en certains aspects, il ne rend pas compte et personne n'assume ses responsabilités. Il n'existe qu'un seul pouvoir en Algérie, le pouvoir exécutif, constitué du président de la République et du gouvernement". Poursuivant son analyse, il dira que "ce pouvoir n'a jamais eu la capacité à gérer la société et à gérer les projets avec efficacité. Il n'a jamais pu réaliser les objectifs qu'il a tracés. Cela concerne aussi mon passageau gouvernement (entre 1989 et 1991).
J'ai rencontré beaucoup de difficultés qui m'ont empêché de concrétisermon programme, et d'avoir les instruments pour réaliser les objectifs et les politiques, y compris les instruments de contrôle". "Les consultationsélectorales et politiques ont perdu la plupart de leur contenu et de leur influence, et ont perdu leur finalité aussi. Elles ne donnent pas la légitimité, n'adoptent pas des programmes et ne donnent pas de pouvoiraux élus. (…) Cela concerne le présidentde la République aussi", a-t-il dit.Après cette analyse, il était évidentque Mouloud Hamrouche allait répondre par la négative, à l'inévitable question sur sa probable candidature au rendez-vous électoral du 18 avril prochain.
Ces joutes électorales auront lieu donc sans cet ancien chef de gouvernement, qui ne s'est d'ailleursprésenté à aucune consultation depuis 1999. Cette année là, et à la veille du scrutin, il s'est retiré de la course en compagnie de cinq autres candidats, à l'exemple de Hocine Ait Ahmed ou encore, Ahmed Taleb ElIbrahimi, pour protester contre le parti pris de l'armée en faveur du candidat Abdelaziz Bouteflika


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.