Il répond aux critiques soulevées par la candidature de Bouteflika.. Sellal contre-attaque    Jeunes ayant échoué dans leur projet.. Zemali : «Il n'y aura pas de poursuites»    Pour booster les exportations vers les USA.. Mise en place des mécanismes appropriés    Meurtre de l'étudiant Assil à Ben Aknoun.. La police arrête un suspect    Alors que le nombre de bus et de dessertes sera augmenté à Tizi Ouzou.. Le plan de circulation attend toujours    Pour une meilleure prise en charge médicale.. La loi relative au moudjahid et au chahid sera révisée    Coupe d'Algérie (1/4 de finale).. La double confrontation CSC-MCO décalée au mois de mars    Coupe de la confédération (2e journée).. La bonne affaire du NAHD    Ligue des champions.. Les Spurs, «héros» sous-estimés ?    Bedoui installe le nouveau DGSN.. Kara Bouhadba mise sur le partenariat    La gendarmerie rattachée à la Présidence ou l'Intérieur ?!    Partenariat université-Economie.. Cinq conventions signées à Oran    Présidence de la République.. Lamamra nommé conseiller diplomatique    Japon.. Les Aïnous seront reconnus comme peuple indigène    Monoxyde de carbone.. Décès de 4 personnes à Tébessa    En raison des guerres.. Plus de 100.000 bébés meurent annuellement    Variétés algéroises.. Faiza Dziria chante à Paris    Madame l'Afrique d'Eugène Ebodé.. Bon père mais volage    Lutte antiterroriste.. Deux caches d'armes détruites    APC D'ORAN : Fin du litige avec les ramasseurs privés de déchets    SIDI BEL ABBES : Classes uniques et cours hétérogènes à Aïn Chafia    TIARET : Près de 800 psychotropes saisis à Frenda    La communication, faut-il le dire !    MARCHE TOURISTIQUE LOCAL : Point de promotion pour la destination ‘'Mostaganem'' !    CONSTRUCTION AUTOMOBILE : ‘'Nissan'' lancera bientôt son usine en Oranie    La Seaal se digitalise    Le DAPS, tel qu'il est appliqué, va créer un désordre important    Visa : Les compagnies aériennes en souffrent aussi    Skikda : Suspension de la grève des chauffeurs de bus    El Tarf : Un automobiliste renverse un piéton et prend la fuite    Constitution 1, 2, 3, et encore…    Le réseau d'influence des vingt dernières années a généré une autorité locale parallèle    Viandes : Les prix de nouveau sanglants    Sergio Ramos dément avoir pris volontairement un carton jaune    En bref…    Le départ de Mourinho a coûté plus de 22 millions d'euros à Manchester United    Choc Chelsea – Manchester en coupe d'Angleterre    Fespaco 2019 : Mémoire, identité et économie    Gaïd Salah fait la promotion du bilan de Bouteflika    Terrorisme : Riyad dans le collimateur de Bruxelles    Une usine de production de véhicules bientôt en Algérie    Le leader se teste à Relizane    Le stand algérien attire les foules    Football - Ligue 1: Le CRB quitte la zone rouge, l'USMA creuse l'écart    L'ambassadeur d'Algérie à Washington: Le dossier sahraoui pas un obstacle aux relations algéro-marocaines    Destinées concentriques en chaîne    Le rôle de l'oralité dans la sauvegarde du patrimoine amazigh    Fills Monkey le 24 février    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamrouche ne sera pas candidat
Election présidentielle
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 01 - 2019

Mouloud Hamrouche, l'ancien chef de gouvernement, nesera pas de la course le 18 avril prochain.
Mouloud Hamrouche, l'ancien chef de gouvernement, nesera pas de la course le 18 avril prochain.
Comme attendu d'ailleurs, il vient d'annoncer qu'il ne briguerapas la présidence de laRépublique lors de l'élection présidentiellequi aura lieu dans moins detrois mois. Cette décision, annoncéesur les colonnes du journal El Khabarà qui il a accordé un entretien, est loinde constituer une surprise car, personnene s'attendait au contraire.C'est que l'ancien candidat aux électionsprésidentielles de 1999, qui s'estd'ailleurs retiré à la veille du scrutinavec cinq autres candidats, ne cesse dedresser un tableau noir de la situation que traverse le pays.
Dans cette interview,Hamrouche pointe du doigtl'échec patent dans la quête de bâtirun Etat. Un échec qu'il impute à tousles pouvoirs qui se sont succédéesdepuis le recouvrement de l'indépendance,du pays en 1962. "Nous avonsla difficulté de comprendre l'Etat et lepouvoir. Nous mélangeons tout letemps entre l'Etat et pouvoir ou gouvernement.Le problème chez nous, etque nous n'avons pas construit l'Etatporté par le projet national et nousn'avons pas institué les instrumentsdu pouvoir. Quand l'Etat est absent,les Institutions le sont aussi. Autantque le contrôle et l'obligation de rendrecompte, le résultat final et l'absencede la loi", a indiqué MouloudHamrouche dans cet entretien publié hier. Un constat sans concession, d'un homme au fait de l'exercice du pouvoir. "Nous avons en Algérie un problème, le pouvoir ne gouverne pas, parce que les mécanismes de fonctionnement du système, tel qu'il est aujourd'hui, empêchent la pratique du pouvoir", devait-il ajouter.
Pour lui, "si le pouvoir arrive à prouver qu'il gouverne en certains aspects, il ne rend pas compte et personne n'assume ses responsabilités. Il n'existe qu'un seul pouvoir en Algérie, le pouvoir exécutif, constitué du président de la République et du gouvernement". Poursuivant son analyse, il dira que "ce pouvoir n'a jamais eu la capacité à gérer la société et à gérer les projets avec efficacité. Il n'a jamais pu réaliser les objectifs qu'il a tracés. Cela concerne aussi mon passageau gouvernement (entre 1989 et 1991).
J'ai rencontré beaucoup de difficultés qui m'ont empêché de concrétisermon programme, et d'avoir les instruments pour réaliser les objectifs et les politiques, y compris les instruments de contrôle". "Les consultationsélectorales et politiques ont perdu la plupart de leur contenu et de leur influence, et ont perdu leur finalité aussi. Elles ne donnent pas la légitimité, n'adoptent pas des programmes et ne donnent pas de pouvoiraux élus. (…) Cela concerne le présidentde la République aussi", a-t-il dit.Après cette analyse, il était évidentque Mouloud Hamrouche allait répondre par la négative, à l'inévitable question sur sa probable candidature au rendez-vous électoral du 18 avril prochain.
Ces joutes électorales auront lieu donc sans cet ancien chef de gouvernement, qui ne s'est d'ailleursprésenté à aucune consultation depuis 1999. Cette année là, et à la veille du scrutin, il s'est retiré de la course en compagnie de cinq autres candidats, à l'exemple de Hocine Ait Ahmed ou encore, Ahmed Taleb ElIbrahimi, pour protester contre le parti pris de l'armée en faveur du candidat Abdelaziz Bouteflika
Comme attendu d'ailleurs, il vient d'annoncer qu'il ne briguerapas la présidence de laRépublique lors de l'élection présidentiellequi aura lieu dans moins detrois mois. Cette décision, annoncéesur les colonnes du journal El Khabarà qui il a accordé un entretien, est loinde constituer une surprise car, personnene s'attendait au contraire.C'est que l'ancien candidat aux électionsprésidentielles de 1999, qui s'estd'ailleurs retiré à la veille du scrutinavec cinq autres candidats, ne cesse dedresser un tableau noir de la situation que traverse le pays.
Dans cette interview,Hamrouche pointe du doigtl'échec patent dans la quête de bâtirun Etat. Un échec qu'il impute à tousles pouvoirs qui se sont succédéesdepuis le recouvrement de l'indépendance,du pays en 1962. "Nous avonsla difficulté de comprendre l'Etat et lepouvoir. Nous mélangeons tout letemps entre l'Etat et pouvoir ou gouvernement.Le problème chez nous, etque nous n'avons pas construit l'Etatporté par le projet national et nousn'avons pas institué les instrumentsdu pouvoir. Quand l'Etat est absent,les Institutions le sont aussi. Autantque le contrôle et l'obligation de rendrecompte, le résultat final et l'absencede la loi", a indiqué MouloudHamrouche dans cet entretien publié hier. Un constat sans concession, d'un homme au fait de l'exercice du pouvoir. "Nous avons en Algérie un problème, le pouvoir ne gouverne pas, parce que les mécanismes de fonctionnement du système, tel qu'il est aujourd'hui, empêchent la pratique du pouvoir", devait-il ajouter.
Pour lui, "si le pouvoir arrive à prouver qu'il gouverne en certains aspects, il ne rend pas compte et personne n'assume ses responsabilités. Il n'existe qu'un seul pouvoir en Algérie, le pouvoir exécutif, constitué du président de la République et du gouvernement". Poursuivant son analyse, il dira que "ce pouvoir n'a jamais eu la capacité à gérer la société et à gérer les projets avec efficacité. Il n'a jamais pu réaliser les objectifs qu'il a tracés. Cela concerne aussi mon passageau gouvernement (entre 1989 et 1991).
J'ai rencontré beaucoup de difficultés qui m'ont empêché de concrétisermon programme, et d'avoir les instruments pour réaliser les objectifs et les politiques, y compris les instruments de contrôle". "Les consultationsélectorales et politiques ont perdu la plupart de leur contenu et de leur influence, et ont perdu leur finalité aussi. Elles ne donnent pas la légitimité, n'adoptent pas des programmes et ne donnent pas de pouvoiraux élus. (…) Cela concerne le présidentde la République aussi", a-t-il dit.Après cette analyse, il était évidentque Mouloud Hamrouche allait répondre par la négative, à l'inévitable question sur sa probable candidature au rendez-vous électoral du 18 avril prochain.
Ces joutes électorales auront lieu donc sans cet ancien chef de gouvernement, qui ne s'est d'ailleursprésenté à aucune consultation depuis 1999. Cette année là, et à la veille du scrutin, il s'est retiré de la course en compagnie de cinq autres candidats, à l'exemple de Hocine Ait Ahmed ou encore, Ahmed Taleb ElIbrahimi, pour protester contre le parti pris de l'armée en faveur du candidat Abdelaziz Bouteflika


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.