Questions sans réponses    Facebook s'invite à la présidentielle    Makri sensible à l'option    50 millions de dollars de services numériques exportés    L'Algérie manque de cadres dans le commerce international !    Création d'une agence de régulation    Le maréchal dira-t-il me voilà ?    «Le plan de partition de la Syrie n'est pas nouveau»    Mohammed Bensalmane en quête d'alliés et de contrats en Asie    Le temps des regrets    Rien ne résiste au NC Magra    «La nature de la demande syndicale a changé»    Deux amateurs de parapente meurent accidentellement au cours d'exercices    Un assassin sous les verrous    Création de l'orchestre symphonique de la ville d'Oran    Les Constantinois renouent avec le cinéma    Tikoubaouine à la conquête de la capitale du chaâbi    Chlef : L'annexe d'athlétisme fermée devant les participants aux championnats de wilaya    Division nationale amateur - Ouest: La JSMT maintient la pression sur l'OMA    Conférence internationale sur la sécurité: La fracture de l'Occident    Allez-y tout doucement Messieurs !    Le ras-le-bol    Prescription des traitements d'oncologie innovants: Le ministère de la Santé revoit sa copie    Anem: Près de 400 cadres demandeurs d'emploi placés en 2018    Le Complexe olympique de Belgaïd aborde sa dernière ligne droite: Le poids des «aberrations» du passé et des «fausses» réserves    RC Relizane: Latrèche démissionne, Beldjilali limogé    80ème anniversaire de la Guerre civile espagnole: Oran, pour un hommage aux réfugiés républicains    Le terroir algérien à l'honneur: Une semaine gastronomique de la ville d'El Oued à l'hôtel Royal    Commémoration de la Journée du Chahid    La révolution algérienne, un exemple pour la liberté des peuples    Les droits de l'Homme infiltrent nos prisons    La France domine la compétition, l'Algérie au tableau des 32    La double confrontation CRB - NAHD au stade du 5-Juillet    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat    Le système actif à Oran, Alger et Annaba    Les candidatures sont ouvertes jusqu'au jeudi 4 avril 2019    «Si on venait à mourir, défendez nos mémoires» (Didouche Mourad)    Un terroriste arrêté à Alger    L'or perd-t-il de son éclat ?    L'opposition cherche toujours un candidat    Chine : Les prix ralentissent, la crainte d'une déflation monte    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    Selon Moscou : Un coup d'Etat militaire au Venezuela devient une priorité des USA    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    17 millions de dinars dérobés !    Horreur à Haouch El Makhfi    14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Ceux qui consomment plus payeront plus»
Energies
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 01 - 2019

Les plus gros consommateurs d'énergie sont avertis : ils paieront à l'avenir l'électricité au prix «réel» et ne pourront plus bénéficier de la tranche de 125 kW facturée actuellement à 4 dinars le kW pour l'ensemble des clients de Sonelgaz. Le ministre de l'Energie atteste que «ceux qui consomment plus devront payer plus». Des changements interviendront dans le cadre de la révision du système de subvention. Objectif de Guittouni : consommer moins, pour exporter plus.
Nawal Imès- Alger (Le Soir) - Les clients de Sonelgaz sont avertis : si leur consommation est jugée importante, ils ne bénéficieront plus à l'avenir du tarif subventionné, notamment celui de l'électricité. La tranche des 125 kW ne sera à l'avenir concédée qu'aux «petits consommateurs», assure le ministre de l'Energie. Pour Mustapha Guittouni, il est anormal que la tranche dite «sociale» bénéficie à tous sans distinction. Il en profitera pour rappeler que les prix pratiqués sont loin de la réalité puisque le consommateur paye 4 dinars le kilowatt dont le prix de revient est de 12 DA, la différence est à la charge de l'Etat. Une situation qui ne pourra durer, dit-il, et à laquelle il faudra trouver des solutions dans le cadre de la révision du système de subventions.
Il ne donne cependant pas d'échéances, tout comme il ne donne pas sa définition du «gros» consommateur. Le ministre de l'Energie se dit toutefois choqué de l'inexistence d'un modèle de consommation algérien. Pour lui, l'Algérien ne sait pas consommer et gaspille beaucoup. La preuve ?
Il affirme qu'en matière de consommation, l'Algérie avait une «drôle» de courbe qui atteint un pic durant moins de deux mois puis redescend. Impossible de continuer ainsi, assure le ministre de l'Energie, pour qui il est urgent d'inventer le modèle de consommation algérien. Comment ? En rationalisant, dit-il, et en adoptant des gestes simples pour, dit-il, arriver à «consommer moins pour importer plus». Ceci est également valable pour le gaz. Mustapha Guittouni s'exprimait à l'ouverture d'une rencontre au cours de laquelle son secteur faisait le point sur ses besoins à venir. La Commission de régulation de l'électricité et du gaz (Creg) présentait, en effet, hier, le programme indicatif des besoins en matière de production de l'électricité et d'approvisionnement en gaz naturel pour la décennie à venir.
Son président explique que ces projections sont conformes aux dispositions de la loi du 5 février 2002 qui a chargé la Creg d'élaborer lesdits programmes. Ces derniers tiennent compte des évolutions de la consommation par zone et permettent de donner aux nombreux intervenants du secteur une meilleure visibilité. Ils doivent être actualisés tous les deux ans. Pour le ministre de l'Energie, il ne s'agit ni plus ni moins de donner un cadre à la politique énergétique. Mustapha Guittouni a mis l'accent sur le programme de transition énergétique qui prévoit entre autres la mise à disposition de 2 000 mW en énergies renouvelables avant 2020. Il s'agit également de revoir la capacité nationale de stockage des produits pétroliers à la hausse pour passer de 12 jours actuellement à 30 jours, revoir à la hausse la capacité de raffinage a plus de 50 millions tonnes annuellement et de promouvoir l'utilisation du GPL en équipant 120 000 voitures par an tout en assurant la rationalisation de la consommation énergétique. Sur un autre plan, le ministre de l'Energie estime que face aux besoins de diversification de l'économie, la décision a été prise pour aller vers le marché boursier espagnol et tenter de répondre aux besoins des pays de la rive sud de la Méditerranée.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.