ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Imène et Fahim
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 02 - 2019

Dans ce pays happé par la folie meurtrière, Imène et Fahim, un jeune couple, sont découverts morts dans un appartement du cœur palpitant de la capitale. Le monoxyde de carbone. On avait fini par prendre cette nouvelle peste comme une banalité, tellement ses victimes ne se comptent plus. Pourtant, mourir d'un «accident domestique» ne peut pas être… accidentel quand ça atteint de telles proportions : chaque jour que Dieu fait depuis le début de l'hiver, les Algériens prennent connaissance d'une famille décimée par cette horreur «bien de chez nous». Il doit bien y avoir d'autres morts dans les mêmes conditions sous d'autres pans du ciel, mais jamais avec une telle ampleur. On ne fait jamais les choses comme les autres. On ne fait même pas comme les autres les choses qu'on… ne fait pas. Le pays s'est installé dans la logique du pire à l'échelle industrielle. Imène et Fahim sont les derniers morts par le monoxyde de carbone. Ils ont des prénoms parce que le hasard a voulu qu'ils soient plus ou moins connus, contrairement aux nombreux autres, enterrés dans l'anonymat du pays profond. Tant mieux qu'on puisse mettre des prénoms et des visages sur des morts qui n'avaient aucune raison de mourir. Si tant est qu'on puisse tirer une quelconque consolation de la mort d'une jeune fille et un jeune garçon ravis à l'affection des leurs à la fleur de l'âge.
Ce n'est pas vraiment sûr que ça serve à tirer l'alarme mais on peut toujours l'espérer, puisqu'il faut bien s'accrocher à quelque chose, quand la douleur est à ce point insupportable. Imène est bloggeuse et Fahim ingénieur. Pas besoin de vous dire qu'ils étaient jeunes, ils étaient beaux, ils s'aimaient, ils croquaient la vie à pleines dents et ils voulaient refaire le monde. Ils sont morts. Ils sont morts parce que leur pays est devenu la poubelle du monde où se déversent les déchets criminels du chauffage. Ils sont morts parce que leur pays est devenu l'eldorado de la contrefaçon industrielle. Ils sont morts parce que nos immeubles sont restés dans une autre ère géologique. Ou nouvellement construits avec les «normes» du tombeau ouvert. Ils sont morts comme beaucoup d'autres meurent tous les jours parce que les constructeurs trichent sur la tuyauterie ou ne savent pas en faire. Ils sont morts parce que l'Algérie du 21e siècle ne forme pas des chauffagistes et des plombiers. Ils sont morts parce que leur pays nous présente le chauffage au gaz comme suprême bonheur quand ailleurs, il est tombé dans l'obsolescence et la désuétude.
Imène et Fahim sont morts comme sont morts beaucoup d'autres dont on ne connaît pas le prénom. Dans un pays où on peut mourir de tout et de n'importe quoi, on meurt aussi en voulant se chauffer, quand on ne meurt pas de froid.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.