GAID SALAH AFFIRME : ‘'Des solutions existent pour sortir de la crise''    RND : Seddik Chihab dément la démission de Ouyahia    LES BUREAUX DESERTES DEPUIS LUNDI : Grève dans les inspections des impôts à Oran    ORAN : 3 voleurs de bétail arrêtés et 128 têtes récupérées    Les étudiants et les médecins marchent en force dans plusieurs villes d'Algérie    Aucun Algérien n'est dupe : halte aux manœuvres de diversion !    Alors qu'ils marchent aujourd'hui à Alger et dans d'autres wilayas du pays : Les étudiants toujours mobilisés pour maintenir la pression    NAHD : place à la Coupe d'Algérie    Quel avenir pour le basket-ball algérien ?    La maternité dans les périodes assimilées à des périodes d'activité    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    Bonne opération pour l'ASO Chlef à Béjaïa    27 milliards de centimes d'aide aux nécessiteux pour le mois de Ramadan    L'avancée du béton, un phénomène qui prend de l'ampleur à Jijel    ACTUCULT    Ouverture d'une exposition du livre sur la femme algérienne    Lucky Luke et les Dalton, 5 contre le 5e mandat    Les travailleurs de la formation professionnelle manifestent à Tizi Ouzou : «Pour la souveraineté du peuple»    Il ne répond à la demande populaire concernant le départ du système : Bouteflika tient toujours à sa conférence    Augmentation des réserves obligatoires des banques : Le spectre de l'inflation    Le DG de l'EPTV, Tewfik Khelladi, défend une «ouverture douce» : Protestation des journalistes de la Télévision publique    Du butin au report du scrutin, pour quel destin ?    Incidents à Aïn-M'lila et Béjaïa: Revoilà la bête immonde !    Il affirme ne pas avoir été mandaté: Le hors-jeu de Lakhdar Brahimi    Equipe nationale: Belmadi fidèle à ses promesses    Un jeune retrouvé pendu    Bouira: Les dispositifs anti-feux de forêts à améliorer    «The wall», chanté par les Algériens    Une AG extraordinaire prochainement pour baliser le terrain à l'Hyproc    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Ouverture du Four Points By Sheraton Sétif en Algérie    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Les conservateurs de tomate se concertent    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Les syndicats autonomes rejettent l'offre de Bedoui    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    L'impératif de nouvelles réformes    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    Abderrahmane Mebtoul s'exprime au micro de Souhila Hachemi de la Radio Chaine 3 : " Manifestations populaires et perspectives "    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Imène et Fahim
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 02 - 2019

Dans ce pays happé par la folie meurtrière, Imène et Fahim, un jeune couple, sont découverts morts dans un appartement du cœur palpitant de la capitale. Le monoxyde de carbone. On avait fini par prendre cette nouvelle peste comme une banalité, tellement ses victimes ne se comptent plus. Pourtant, mourir d'un «accident domestique» ne peut pas être… accidentel quand ça atteint de telles proportions : chaque jour que Dieu fait depuis le début de l'hiver, les Algériens prennent connaissance d'une famille décimée par cette horreur «bien de chez nous». Il doit bien y avoir d'autres morts dans les mêmes conditions sous d'autres pans du ciel, mais jamais avec une telle ampleur. On ne fait jamais les choses comme les autres. On ne fait même pas comme les autres les choses qu'on… ne fait pas. Le pays s'est installé dans la logique du pire à l'échelle industrielle. Imène et Fahim sont les derniers morts par le monoxyde de carbone. Ils ont des prénoms parce que le hasard a voulu qu'ils soient plus ou moins connus, contrairement aux nombreux autres, enterrés dans l'anonymat du pays profond. Tant mieux qu'on puisse mettre des prénoms et des visages sur des morts qui n'avaient aucune raison de mourir. Si tant est qu'on puisse tirer une quelconque consolation de la mort d'une jeune fille et un jeune garçon ravis à l'affection des leurs à la fleur de l'âge.
Ce n'est pas vraiment sûr que ça serve à tirer l'alarme mais on peut toujours l'espérer, puisqu'il faut bien s'accrocher à quelque chose, quand la douleur est à ce point insupportable. Imène est bloggeuse et Fahim ingénieur. Pas besoin de vous dire qu'ils étaient jeunes, ils étaient beaux, ils s'aimaient, ils croquaient la vie à pleines dents et ils voulaient refaire le monde. Ils sont morts. Ils sont morts parce que leur pays est devenu la poubelle du monde où se déversent les déchets criminels du chauffage. Ils sont morts parce que leur pays est devenu l'eldorado de la contrefaçon industrielle. Ils sont morts parce que nos immeubles sont restés dans une autre ère géologique. Ou nouvellement construits avec les «normes» du tombeau ouvert. Ils sont morts comme beaucoup d'autres meurent tous les jours parce que les constructeurs trichent sur la tuyauterie ou ne savent pas en faire. Ils sont morts parce que l'Algérie du 21e siècle ne forme pas des chauffagistes et des plombiers. Ils sont morts parce que leur pays nous présente le chauffage au gaz comme suprême bonheur quand ailleurs, il est tombé dans l'obsolescence et la désuétude.
Imène et Fahim sont morts comme sont morts beaucoup d'autres dont on ne connaît pas le prénom. Dans un pays où on peut mourir de tout et de n'importe quoi, on meurt aussi en voulant se chauffer, quand on ne meurt pas de froid.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.