Comment faire du Bouteflika sans Bouteflika    Référendum sur la constitution en Egypte : Un plébiscite pour renforcer le pouvoir d'Al Sissi    Foyers de rougeole à Jijel : Rush sur les centres de vaccination    On vous le dit    Jijel : Des aigles retrouvés morts dans la nature    Décès de l'historienne Annie-Rey Goldzeiguer    Réconciliation historique    Musique : Amgud ula ahriq nouvel album d'Idir Akfadou    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Football - Ligue 1: Des enjeux énormes pour tout le monde    Ligue 2: Le RCR hors course, l'ESM et l'ASMO en panique    UAFA - Incident entre Raouraoua et Bahloul: La FAF réagit et exige des excuses    Tizi Ouzou, Bouira: Imposantes marches pour le printemps berbère    Une mascarade de plus au détriment de l'intérêt national    Le choix des armes    51 morts sur les routes en une semaine    Pour réclamer leur dû auprès de l'APC d'Oran: Des entreprises privées, chargées des démolitions des habitations protestent    Plusieurs quartiers et cités ciblés par l'opération: Vers la réhabilitation des façades de 433 immeubles    Rencontre des Fédérations de wilaya, aujourd'hui, à Alger: L'UGTA à l'heure du changement    128 millions de mètres cubes: Situation rassurante des réserves en eau    RND: Des dizaines de militants demandent le départ de Ouyahia    Le quart de rôle de Bensalah    Grande-Bretagne : L'hypothèse du "no Brexit" plus probable que celle du Brexit dur    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    En soutien aux revendications du Hirak populaire : Les avocats poursuivent le boycott des audiences    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    Transition politique : Me Brahimi plaide pour la mise en place d'une commission souveraine    Création de zones de pêche réglementées : Pour une exploitation durable de la ressource halieutique    Bourses : L'Europe finit en légère hausse avant le week-end de Pâques    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    CAN-2019 (préparation): Algérie - Mali le 16 juin à Abu Dhabi    FAC : L'AG élective fixée pour le 27 avril    13 présumés auteurs de crimes et délits interpellés    Légère baisse des importations    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    Ould Abbès obtient l'autorisation    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    Un 39e anniversaire particulier    Championnats d'Afrique U18 et U20 d'athlétisme.. Médaille d'or pour l'Algérien Ameur    FAC.. L'AG élective fixée au 27 avril    Célébration du mois du patrimoine à Tizi-Ouzou.. Pour la sauvegarde du patrimoine amazigh    Le président américain motive le maréchal Haftar.. Washington soutient la guerre en Libye    La semaine du titre pour le Barça ?    Papicha sur la croisette    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une ampleur surprenante
MANIFESTATIONS DU 22 FEVRIER
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 02 - 2019

La mobilisation citoyenne du «vendredi 22 février» a dépassé tous les pronostics établis. Les Algériens ont créé la surprise en criant dans les rues les opinions qu'ils exprimaient jusque-là uniquement sur les réseaux sociaux.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Depuis, les analyses de ce «recentrage» populaire ne cessent de se multiplier tant au plan national qu'à l'étranger. Plus qu'un sursaut, ce 22 février est dans son ensemble perçu comme le fruit d'une maturation qui s'est développée sans que l'on s'en aperçoive réellement.
Du nord au sud, d'est en ouest, les grandes villes ont répondu à un appel, anonyme de surcroît, lancé quelques semaines auparavant sur le réseau social privilégié des Algériens : Facebook. Espace de liberté d'expression consacré, difficile, voire impossible à contrôler, il constitue ce lieu d'échange où semblent s'être principalement forgées les opinions et identités politiques qui se sont exprimées ce week-end. Il y a une année encore, le passage de la contestation virtuelle à celle de la réalité était, pourtant, encore chose impossible. En 2017, et face à la dégradation du pouvoir d'achat induit par une crise économique sévère, un appel similaire avait été lancé sur le même réseau social mais sans résultat.
L'anonymat des initiateurs de ce projet a dissuadé. Les citoyens n'étaient-ils pas prêts à ce moment ? La situation politico-économique n'avait-elle pas atteint l'impasse dans laquelle elle se trouve aujourd'hui ? Les images des conséquences des révolutions arabes et celle des réfugiés apatrides (largement utilisées comme moyens de dissuasion) ont-elles réellement tétanisé ? A ces éléments d'interrogations, s'ajoutent des faits bien réels. La répression systématique de toutes les tentatives d'investir la rue (médecins tabassés, syndicats de l'éducation...) a été érigée en règle et appliquée de manière à frapper les esprits.
Depuis la confirmation de l'option du cinquième mandat et l'annonce officielle de la candidature de Abdelaziz Bouteflika, les forces de l'ordre semblent avoir été instruites d'éviter de réagir face à la contestation populaire. A Khenchela, des centaines de personnes sont sorties manifester pacifiquement contre le cinquième mandat et aucune répression ne s'en est suivie.
La Kabylie qui a depuis longtemps brisé le carcan de la peur et de l'intimidation, s'est exprimée à travers des marches grandioses sans incidents notables. Encouragées, d'autres villes ont suivi. Le phénomene s'est amplifié atteignant son point culminant ce vendredi. Les plus sceptiques doutaient de la réaction des Algérois qui se sont manifestés très peu de temps après la prière hebdomadaire. Les grandes artères de la capitale ont été investies par une foule disciplinée, non encadrée et qui n'a, à aucun moment, versé dans des actes de provocation de saccage. Le chaos n'a pas eu lieu. Craignant le pire, certaines représentations étrangères ont instruit leur personnel de ne pas sortir, d'autres ont demandé la protection de leurs biens.
C'est ainsi que le dispositif retiré devant l'ambassade de France s'est redéployé la veille de l'événement. Mais, les craintes se sont avérées inutiles. Les Algériens ont prouvé que leur but était d'exprimer leur opinion.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.