Groupe F : Le Cameroun sans sourciller face à la Guinée-Bissau    SELON SALIM LABATCHA, LE NOUVEAU SG : L'UGTA adhérera au Hirak    Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Bouira : Etudiants, élus et citoyens marchent pour la libération des dix-sept détenus    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    Samy Agli, nouveau président du FCE    L'union de la wilaya de Tizi Ouzou dénonce "un simulacre"    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    MC Oran: Une feuille de route à appliquer en urgence    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hanoune renonce à la course
PRESIDENTIELLE 2019
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 03 - 2019

C'était dans l'air, Louisa Hanoune manquera le rendez-vous présidentiel du 18 avril prochain.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Les membres du comité central du Parti des travailleurs ont finalement fait leur la conviction de la secrétaire générale du parti, à savoir l'inopportunité de prendre part à la prochaine élection présidentielle qu'elle avait exprimée il y a des semaines de cela.
Réunis, depuis vendredi en session extraordinaire, ils ont, en effet, adopté, à la mi-journée d'hier samedi, à leur écrasante majorité (deux membres seulement se sont abstenus), le mot d'ordre de bouder le prochain scrutin présidentiel de «tous les dangers», comme ne cesse de le qualifier Hanoune.
Cette dernière, qui intervenait à la fin des travaux de cette session du comité central, qui n'a pas caché que la marche «historique» de la veille, a fini par ne laisser aucune chance quant à l'adoption d'une position autre que la bouderie de la prochaine présidentielle. Tant que, dira-t-elle, les mots d'ordre des millions de manifestants sortis dans les rues dans les 48 wilayas du pays étaient d'une clarté implacable, le «refus du 5e mandat du président de la République» et son corollaire, le «départ du système honni». Des marches qui marquent, ajoutera-t-elle, «l'enclenchement d'un processus prérévolutionnaire authentique». Et de s'interroger quant à l'attitude des partisans de la continuité : oseront-ils, encore une fois, s'entêter dans le déni qu'ils opposent à la majorité du peuple ?
Affirmant qu'avant le 22 février écoulé, date de l'entame de cette vague populaire anti-5e mandat, les tendances au sein des membres du comité central du parti étaient changeantes au gré des développements, la secrétaire générale du PT a affirmé que la candidature annoncée du président de la République pour un cinquième mandat de suite puis les manifestations de vendredi ont bien fini par avoir raison des partisans de la participation qui ont rejoint leurs pairs qui, dès le départ, étaient pour la bouderie de la prochaine échéance présidentielle, voire le refus de ce rendez-vous de par sa nature, son cadre organisationnel et le «bilan catastrophique» du 4e mandat présidentiel.
Pour Hanoune, si le rendez-vous du 18 avril est maintenu, il fera office d'un véritable coup d'Etat, rappelant, dans la foulée, que cette décision de non-participation est d'ordre exclusivement politique, les conditions juridiques d'une éventuelle participation ayant été réunies, notamment la collecte de pas moins de 660 parrainages d'élus, soit plus que les 600 exigés par la loi portant régime électoral. Et à Hanoune de justifier cette décision «stratégique et pas tactique» qui transgresse un peu la règle en la matière, elle qui avait pris part aux trois dernières élections présidentielles (2004, 2009 et 2014) par le fait que le PT «ne pouvait aller à contre-courant de la marche de l'Histoire», estimant que participer au scrutin du 18 avril prochain, «porteur de tous les dangers pour le pays», serait «cautionner un processus biaisé dès le départ».
Elle qui refuse la prochaine élection présidentielle que «Bouteflika y participe ou y renonce», Hanoune estime «qu'aucun replâtrage n'est possible car ce système qui présente, selon elle, un «danger pour la sauvegarde de la sécurité et l'intégrité» du pays, «doit partir».
Et comme alternative, la secrétaire générale du PT réitère sa doléance de «rendre la parole au peuple pour élire une Assemblée nationale constituante», suite à quoi il définira la nature et les missions des institutions de l'Etat.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.