Commerce: permanence respectée à 99% par les commerçants au 1er jour de l'Aïd el Fitr    Le romancier Samir Kacimi anime des ateliers d'écriture virtuels    Benbouzid dévoile les priorités du secteur après la levée du confinement    Territoires Non Autonomes: l'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Le ministre de la Communication salue les efforts des travailleurs du secteur    Campagne de récolte de pommes de terre de saison : un rendement record à Mostaganem    COVID-19: 157 bus mobilisés pour le transport quotidien des personnels de la santé    Arts Martiaux / Classement Ligue Onechampionship: l'Algérien Mahmoudi au pied du podium    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    Le discours intégral de Tebboune    Covid-19: la crise sanitaire entraînerait des transformations numériques "majeures" en Afrique    195 nouveaux cas confirmés et 10 décès enregistrés en Algérie    Hand-MCO: pour un changement du système de compétition des 2 premiers paliers    La détente est nécessaire et possible    CIO : Report des JO-2021 ?    Reprise de la compétition : Trois scénarios pour l'actuelle saison    Jamal Khashoggi : Le pardon de ses fils est «choquant»    L'Affaire Halfaya prend une autre tournure    5 ans de prison ferme requis    Rassemblement des femmes à Béjaïa    Proche-Orient : Les Palestiniens refusent l'aide médicale de MBZ    Défense ; Les Etats-Unis se retirent du traité «Open Sky»    Distribution de 200 000 masques à Tizi Ouzou    On vous le dit    Brèves    Khemis El Khechna : Le marché de gros cédé à 16,2 milliards    Editions Chihab : Mère des Cités, un sacré polar    Au royaume de Massinissa, Jugurtha, Koceila et Dihya    Oran : Les artistes anonymes, autres victimes collatérales de la pandémie    L'année judiciaire ne sera pas clôturée le 15 juillet    Beaucoup reste à faire    La production de la fraise en net recul à Jijel    Les travaux traînent en longueur    Indignation contre une loi sur la sécurité nationale de Pékin    Les feuilles de l'automne    Zemmamouche parti pour rester    Anthar Yahia estime qu'"il n'y a pas assez de terrains"    Des voix dénoncent l'annexion de la Cisjordanie occupée par Israël    Plus de 660 000 déplacés dans le monde depuis fin mars    Lancement d'une campagne artistique en hommage au personnel soignant    "Je finalise un essai sur le règne de Bouteflika"    Une soirée ramadhanesque avec Hind Boukella    La fin de Cheikh Shamessedine sur Ennahar TV    AID EL-FITR : Les journées du 1er et 2 chaoual chômées et payées    Le Président de la République reçoit un appel téléphonique de son homologue égyptien    Les cas confirmés de Covid-19 en hausse dans la bande de Ghaza    L'espoir, cet emprunt fait au bonheur !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hanoune renonce à la course
PRESIDENTIELLE 2019
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 03 - 2019

C'était dans l'air, Louisa Hanoune manquera le rendez-vous présidentiel du 18 avril prochain.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Les membres du comité central du Parti des travailleurs ont finalement fait leur la conviction de la secrétaire générale du parti, à savoir l'inopportunité de prendre part à la prochaine élection présidentielle qu'elle avait exprimée il y a des semaines de cela.
Réunis, depuis vendredi en session extraordinaire, ils ont, en effet, adopté, à la mi-journée d'hier samedi, à leur écrasante majorité (deux membres seulement se sont abstenus), le mot d'ordre de bouder le prochain scrutin présidentiel de «tous les dangers», comme ne cesse de le qualifier Hanoune.
Cette dernière, qui intervenait à la fin des travaux de cette session du comité central, qui n'a pas caché que la marche «historique» de la veille, a fini par ne laisser aucune chance quant à l'adoption d'une position autre que la bouderie de la prochaine présidentielle. Tant que, dira-t-elle, les mots d'ordre des millions de manifestants sortis dans les rues dans les 48 wilayas du pays étaient d'une clarté implacable, le «refus du 5e mandat du président de la République» et son corollaire, le «départ du système honni». Des marches qui marquent, ajoutera-t-elle, «l'enclenchement d'un processus prérévolutionnaire authentique». Et de s'interroger quant à l'attitude des partisans de la continuité : oseront-ils, encore une fois, s'entêter dans le déni qu'ils opposent à la majorité du peuple ?
Affirmant qu'avant le 22 février écoulé, date de l'entame de cette vague populaire anti-5e mandat, les tendances au sein des membres du comité central du parti étaient changeantes au gré des développements, la secrétaire générale du PT a affirmé que la candidature annoncée du président de la République pour un cinquième mandat de suite puis les manifestations de vendredi ont bien fini par avoir raison des partisans de la participation qui ont rejoint leurs pairs qui, dès le départ, étaient pour la bouderie de la prochaine échéance présidentielle, voire le refus de ce rendez-vous de par sa nature, son cadre organisationnel et le «bilan catastrophique» du 4e mandat présidentiel.
Pour Hanoune, si le rendez-vous du 18 avril est maintenu, il fera office d'un véritable coup d'Etat, rappelant, dans la foulée, que cette décision de non-participation est d'ordre exclusivement politique, les conditions juridiques d'une éventuelle participation ayant été réunies, notamment la collecte de pas moins de 660 parrainages d'élus, soit plus que les 600 exigés par la loi portant régime électoral. Et à Hanoune de justifier cette décision «stratégique et pas tactique» qui transgresse un peu la règle en la matière, elle qui avait pris part aux trois dernières élections présidentielles (2004, 2009 et 2014) par le fait que le PT «ne pouvait aller à contre-courant de la marche de l'Histoire», estimant que participer au scrutin du 18 avril prochain, «porteur de tous les dangers pour le pays», serait «cautionner un processus biaisé dès le départ».
Elle qui refuse la prochaine élection présidentielle que «Bouteflika y participe ou y renonce», Hanoune estime «qu'aucun replâtrage n'est possible car ce système qui présente, selon elle, un «danger pour la sauvegarde de la sécurité et l'intégrité» du pays, «doit partir».
Et comme alternative, la secrétaire générale du PT réitère sa doléance de «rendre la parole au peuple pour élire une Assemblée nationale constituante», suite à quoi il définira la nature et les missions des institutions de l'Etat.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.