Les universitaires haussent le ton    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Transition politique : On avance à tatons    Exigence logique et sensée    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    Libye : Le chef de la diplomatie tunisienne évoque avec un responsable de l'ONU des alternatives de sortie de crise    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Effondrement d'un immeuble à la basse-Casbah : Ouverture d'une enquête après le décès de cinq (05) personnes    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Rebrab placé sous mandat de dépôt    Une centaine de produits exclus du DAPS    Gaid Salah charge les boycotteurs    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Msila.. Psychotropes saisis    Lutte pour le maintien.. Huit clubs pour trois places en enfer    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    Salamé insiste sur le «processus politique de facilitation de l'ONU»    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    Un documentaire en cours de réalisation    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    …sortir…sortir…sortir…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lakhdar Brahimi, une carte et des doutes
PRESSENTI POUR PRESIDER LA CONFERENCE NATIONALE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 03 - 2019

Le nom de Lakhdar Brahimi continue à circuler avec insistance et désigné comme étant le probable président de la conférence nationale que tient à organiser Abdelaziz Bouteflika. Le choix n'est pas fortuit, mais fera-t-il pour autant l'unanimité ?
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - La rencontre de cet ancien diplomate avec le président de la République de retour de Genève n'est pas passée inaperçue. Et même si Lakhdar Brahimi la qualifie de «visite de courtoisie» destinée à s'enquérir de la santé de Bouteflika de retour d'un hôpital suisse où il a officiellement séjourné pour des contrôles périodiques, il n'en demeure qu'il continue à être pressenti pour conduire la conférence nationale proposée par deux fois par le chef de l'Etat.
Lakhdar Brahimi n'en parle pas ouvertement mais tient à indiquer que de ces entretiens avec Bouteflika, il garde une note « optimiste », « la voix du peuple, notamment les jeunes ayant été entendue et les prémices d'une nouvelle ère constructive se pointent déjà à l'horizon pour apporter des solutions à nos problèmes », dit-il. S'il se confirme, ce choix n'aura pas été fortuit. Ami de longue date du Président en poste, il a joué un rôle sensible durant toutes ces dernières années pour projeter l'image d'un chef de l'Etat encore en mesure de conduire et de gérer les affaires du pays.
Pour démentir les rumeurs les plus folles, ou celle annonçant une dégradation de son état de santé, c'est à lui que la présidence de la République a fait appel à plusieurs reprises. Les Algériens ont ainsi pris pour habitude de voir des séances télévisées montrant Brahimi assis aux côtés de Bouteflika dans les périodes les plus délicates de sa vie et attester, à sa sortie, de la lucidité en insistant sur les échanges liés à l'actualité que les deux hommes ont eus. L'image que l'opinion s'est ainsi forgée de lui est celle d'un homme jouissant d'une très grande confiance du Président et de son cercle le plus proche, un ami auquel on peut faire appel dans les moments les plus difficiles. Le choix de lui accorder la lourde responsabilité de conduire la conférence nationale, si elle vient à avoir lieu, paraît de ce fait loin d'être fortuit.
Diplomate chevronné, envoyé spécial de l'ONU dans le conflit syrien en 2014, il est actuellement membre du Groupe des sages de l'Union africaine et membre du Comité des sages créé par Nelson Mandela. Et c'est sur lui que compte visiblement le pouvoir pour intervenir dans cette situation délicate afin d'opérer comme une sorte d'interface entre lui et la rue. Pourra-t-il faire consensus ? La nouvelle n'étant pas officielle, les partis d'opposition n'ont émis aucun avis sur le personnage. La situation a, au contraire, poussé ces derniers à s'engager davantage dans la recherche de moyens de traduire la contestation populaire en propositions politiques.
Une recherche ardue, presque périlleuse, faut-il dire, compte tenu de l'intransigeance qu'affichent les manifestants à l'encontre de bien des mouvements politiques. Ce qu'il faut aussi relever est que ces mêmes partis n'ont jamais eu à émettre d'avis, quel qu'il soit, au sujet de Lakhdar Brahimi, et que, partant de ce fait, les réactions venant de cette partie demeurent encore difficiles à prévoir. Le plus dur restera, cependant, à faire. La conférence que veut tenir Bouteflika est inclusive et donc ouverte à toutes les parties. Pour une première fois dans l'histoire de ce pays, la rue y joue un rôle principal. La voix de Lakhdar Brahimi pourra-t-elle se faire entendre dans les cris qui disent déjà non à la conférence nationale ?
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.