Pour une sortie rapide de la crise : L'élection présidentielle est la seule issue    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Ce ne sont pas de simples mots    Bourses : L'Europe clôture en baisse, la crise italienne pèse    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Sahara occidental: Un professeur américain rejette la propagande marocaine    Yémen: Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Jeux africains-2019-Foot féminin: Victoire de l'Algérie face au Mali 1-0    CAN 2019 (U23), Algérie- Ghana: La sélection algérienne en stage à Sidi Moussa    Paramédical : Plus de 300 places pédagogiques au titre de la nouvelle session de formation dans la wilaya d'Alger    Tourisme : Vers la création de pôles d'excellence en Algérie    Développement local à Illizi : Salah-Eddine Dahmoune constate le dénuement et la colère des citoyens, et annonce plusieurs mesures    Les 4 conditions de Benflis    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Le président sahraoui met en garde    "Pour qui sonne le glas"    Appel à l'investissement privé    Ness el-Khir au chevet des nécessiteux    22 pèlerins algériens décédés    Javier Bardem appelle à protéger les océans    Bonnes perspectives en gaz et électricité    «L'investissement est ouvert au privé»    Un professeur américain rejette la propagande marocaine    DEGRADATION DU SOLDE COMMERCIAL : Les experts tirent la sonnette d'alarme    COUR DE JUSTICE D'ORAN : Le président de la cour et du procureur général installés    La paire Meriem Azem-Amel Zaïdi au dessus du lot    Islam Slimani en prêt à Monaco    ACCIDENT DE LA ROUTE A SIDI BEL ABBES : Six blessés dans une collision à Sidi Khaled    «Je n'ai pas envie de poursuivre ma mission»    La hantise des conducteurs    Les ventes de voitures en baisse en juillet en Chine    Farès opéré avec succès    L'EN «messieurs» se contente de la 12e place    L'histoire convoquée pour le présent    L'ONM demande la dissolution du FLN    Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne    "L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"    Yémen : Les séparatistes s'emparent de nouvelles positions    Blida : Installation du nouveau président de la Cour et du procureur général    Haï Nour: Deux dealers arrêtés    ASM Oran: Ahmed Belhadj ne viendra pas    Marche des étudiants: Maintien de la mobilisation à Alger    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Nouvelle publication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lakhdar Brahimi, une carte et des doutes
PRESSENTI POUR PRESIDER LA CONFERENCE NATIONALE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 03 - 2019

Le nom de Lakhdar Brahimi continue à circuler avec insistance et désigné comme étant le probable président de la conférence nationale que tient à organiser Abdelaziz Bouteflika. Le choix n'est pas fortuit, mais fera-t-il pour autant l'unanimité ?
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - La rencontre de cet ancien diplomate avec le président de la République de retour de Genève n'est pas passée inaperçue. Et même si Lakhdar Brahimi la qualifie de «visite de courtoisie» destinée à s'enquérir de la santé de Bouteflika de retour d'un hôpital suisse où il a officiellement séjourné pour des contrôles périodiques, il n'en demeure qu'il continue à être pressenti pour conduire la conférence nationale proposée par deux fois par le chef de l'Etat.
Lakhdar Brahimi n'en parle pas ouvertement mais tient à indiquer que de ces entretiens avec Bouteflika, il garde une note « optimiste », « la voix du peuple, notamment les jeunes ayant été entendue et les prémices d'une nouvelle ère constructive se pointent déjà à l'horizon pour apporter des solutions à nos problèmes », dit-il. S'il se confirme, ce choix n'aura pas été fortuit. Ami de longue date du Président en poste, il a joué un rôle sensible durant toutes ces dernières années pour projeter l'image d'un chef de l'Etat encore en mesure de conduire et de gérer les affaires du pays.
Pour démentir les rumeurs les plus folles, ou celle annonçant une dégradation de son état de santé, c'est à lui que la présidence de la République a fait appel à plusieurs reprises. Les Algériens ont ainsi pris pour habitude de voir des séances télévisées montrant Brahimi assis aux côtés de Bouteflika dans les périodes les plus délicates de sa vie et attester, à sa sortie, de la lucidité en insistant sur les échanges liés à l'actualité que les deux hommes ont eus. L'image que l'opinion s'est ainsi forgée de lui est celle d'un homme jouissant d'une très grande confiance du Président et de son cercle le plus proche, un ami auquel on peut faire appel dans les moments les plus difficiles. Le choix de lui accorder la lourde responsabilité de conduire la conférence nationale, si elle vient à avoir lieu, paraît de ce fait loin d'être fortuit.
Diplomate chevronné, envoyé spécial de l'ONU dans le conflit syrien en 2014, il est actuellement membre du Groupe des sages de l'Union africaine et membre du Comité des sages créé par Nelson Mandela. Et c'est sur lui que compte visiblement le pouvoir pour intervenir dans cette situation délicate afin d'opérer comme une sorte d'interface entre lui et la rue. Pourra-t-il faire consensus ? La nouvelle n'étant pas officielle, les partis d'opposition n'ont émis aucun avis sur le personnage. La situation a, au contraire, poussé ces derniers à s'engager davantage dans la recherche de moyens de traduire la contestation populaire en propositions politiques.
Une recherche ardue, presque périlleuse, faut-il dire, compte tenu de l'intransigeance qu'affichent les manifestants à l'encontre de bien des mouvements politiques. Ce qu'il faut aussi relever est que ces mêmes partis n'ont jamais eu à émettre d'avis, quel qu'il soit, au sujet de Lakhdar Brahimi, et que, partant de ce fait, les réactions venant de cette partie demeurent encore difficiles à prévoir. Le plus dur restera, cependant, à faire. La conférence que veut tenir Bouteflika est inclusive et donc ouverte à toutes les parties. Pour une première fois dans l'histoire de ce pays, la rue y joue un rôle principal. La voix de Lakhdar Brahimi pourra-t-elle se faire entendre dans les cris qui disent déjà non à la conférence nationale ?
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.