Installation des nouveaux président et procureur général à la Cour de justice d'El-Bayadh    Foot: les clubs contestataires de la LNFA et de la LIRF introduisent des recours    Le procès de Baha Eddine Tliba reporté    ECOLE SUPERIEURE DE LA GN DE ZERALDA : Sortie de la 07ème promotion d'officiers    Belkecir risque le peloton d'exécution    Affaire de l'enregistrement sonore: liberté provisoire pour Nassim Saâdaoui    LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent le vaccin    Installation du nouveau président de la Cour de justice de Constantine    495 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    En attendant l'ouverture des plages, les estivants envahissent la Corniche oranaise    Les habitants de Jijel redécouvrent la splendeur de la nature loin des plages    REOUVERTURE GRADUELLE DES PLAGES : Toutes les conditions sont réunies à Mostaganem    Lutte contre le Covid-19: Tebboune loue les efforts de certains walis    COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.    10 millions de ventes pour RAV4    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Pléthore de modèles d'ici 2022    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Polémique autour d'une agence naissante    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Désapprobation de l'opposition…
APPEL DE GAID SALAH À L'APPLICATION DE L'ARTICLE 102 DE LA CONSTITUTION
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 03 - 2019

Les réactions à la demande de l'application de l'article 102 de la Constitution faite, hier mardi, par le vice-ministre de la Défense et chef d'état-major de l'ANP ne se sont pas fait attendre.
Pour le RCD, cette démarche du général-major Ahmed Gaïd Salah relève tout simplement d'une tentative de «coup d'Etat contre la volonté populaire». «Cet homme est partie prenante de nos malheurs, il ne peut aucunement être la solution. Il ne s'agit plus pour eux de sauver le soldat Bouteflika, mais d'organiser le sauvetage du régiment. Ceux qui se sont rendus complices, par leur trahison légendaire, auront à répondre de leurs actes ignobles devant le tribunal de l'Histoire», estime, en effet, le chargé de la communication du parti. Pour Yassine Aïssiouène, «s'ils veulent une passation de consignes à l'intérieur du même système, nous exigeons une transition démocratique qui pose les fondations de l'Algérie nouvelle».
Pour sa part, Abdallah Djaballah dit refuser cet appel à l'application de l'article 102 de la Constitution, déclarant la vacance de la présidence de la République.
Rappelant que cet appel était le leur par le passé, le président du FJD affirme, néanmoins, que «l'application de l'article 102 requiert le transfert des responsabilités à Abdelkader Bensalah (président du Sénat), ce que nous refusons». Et de plaider pour l'application de l'article 7 de la Constitution (le peuple est la source de tout pouvoir).
Abderrazak Makri, de son côté, estime que l'application de l'article 102 «ne permet pas une transition démocratique et la tenue d'élections transparentes». Et au président du MSP de recommander que l'article 102 soit renforcé par «d'autres mesures» proposées par l'opposition, en appelant, dans la foulée, à la poursuite de la mobilisation populaire dans un cadre pacifique, afin de «garantir la concrétisation des réformes et des revendications du peuple».
Me Mustapha Bouchachi considère que l'application de l'article 102 de la Constitution «aurait dû intervenir il y a deux ans de cela quand déjà le président de la République était dans l'incapacité d'accomplir ses missions». Pour lui, cette démarche est «dépassée par les événements» et «n'a pas de sens surtout à seulement un mois de l'expiration du mandat présidentiel».
Et à Me Bouchachi de faire remarquer que l'application de cet article 102 de la Constitution suppose que ce seront les hommes et les femmes du système qui auront à organiser les prochaines élections. Ce qui est inacceptable pour les Algériens car symbolisant pour eux le système et ne peuvent donc être la solution et organiser des élections transparentes». Et de conclure en affirmant que le message du peuple algérien est clair : soit l'enclenchement d'une période de transition qui consistera, entre autres, en la constitution d'un gouvernement d'union nationale qui aura la confiance du peuple pour organiser des élections libres et transparentes».
… Le RND et el Moustaqbal applaudissent
Et face à ces voix qui désapprouvent la démarche du général-major Ahmed Gaïd Salah, il y a celles qui l'applaudissent.
C'est ainsi que Seddik Chiheb voit en cet appel un «retour à la voie constitutionnelle qui est la voie la plus juste. L'armée a, encore une fois, prouvé son attachement au caractère républicain de l'Etat et à la voie démocratique».
Le chargé de la communication du RND a estimé dans une déclaration à Actu-fil.com que le peuple algérien «a montré une fois de plus son attachement et son aspiration à la construction d'un Etat de droit et a prouvé, par conséquent, au monde entier que c'est un peuple conscient aussi bien des enjeux internes qu'externes». Ceci non sans appeler ce même peuple à «maintenir son niveau de vigilance et à ne pas tomber dans le jeu de ceux qui veulent par des subterfuges variés et différents faire durer la vie de cette crise».
Pour sa part, le Front el Moustaqbal salue cet appel à l'application de l'article 102. «Nous partageons avec l'Armée nationale populaire la même vision des choses» a ainsi déclaré le chargé de communication du parti, que préside Abdelaziz Bélaïd. Et à Raouf Mammeri de considérer que «l'application de l'article 102 a été parmi les points que nous avions proposés pour sortir de la crise».
Pour sa part, Ammar Saâdani estime que cet appel du général Gaïd Salah à l'application de l'article 102 de la Constitution «constitue une réponse à la demande du peuple».
Pour l'ancien secrétaire général du FLN qui répondait à une question de nos confrères de TSA Arabi, cette décision «conforme à la Constitution permet d'éviter au pays d'entrer dans une période de vide constitutionnel».
«C'est une décision constitutionnelle et non un coup d'Etat et les dispositions réglementaires seront intégralement appliquées», a-t-il déclaré, considérant que cette décision «permet d'éviter le vide constitutionnel». Car, a-t-il encore expliqué, «si le Président continue son mandat jusqu'au 28 avril, nous entrerons ensuite dans une période de vide constitutionnel».
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.