Présidentielle: l'annonce des résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre    OGC Nice: Atal, Vieira donne des précisions    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Bordj Bou Arréridj: changement du lieu de vote pour "harcèlements d'opposants" au scrutin (ANIE)    Bureaux de vote fermés, urnes saccagées    Brèves    Les citoyens hostiles au vote de plus en plus nombreux dans les rues d'Alger    Présidentielle: "une opportunité pour une nouvelle République fondée sur les jeunes"    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    MCO : La voie royale pour les Oranais    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Casoni viré, Mekhazni-Meguellati pour l'intérim    Ligue-Présidents de club professionnel : Le bras de fer éternel    Un an de prison dont 3 mois fermes contre le dessinateur «Nime»    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Bangkok en haut du classement    Cinq morts dans une attaque des shebab    Fin de la phase aller le 21 décembre    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    165 foyers raccordés au gaz naturel    La frontière algéro-tunisienne ne sera pas fermée    La circulation routière fortement perturbée    Un boycott inédit en perspective    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    Présidentielle: la presse nationale évoque un scrutin "historique" fondateur de "l'Algérie nouvelle"    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: ASAM - JSK et CSC - NCM en tête d'affiche    Formation professionnelle : S'adapter aux évolutions    Constantine: Plus de 8.400 capsules de psychotropes saisies en moins de 10 jours    Dans la nuit de la prison d'El-Harrach    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    La voie de la vérité historique    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ultime manœuvre ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 28 - 03 - 2019

L'appel du chef d'état-major de l'ANP à l'application de l'article 102 de la Constitution pose un double problème. Le premier est que, théoriquement du moins, il n'a pas vocation à le faire. Mais on ne sait même plus s'il faut s'en féliciter en lui reconnaissant le mérite de la « transparence », l'implication politique de l'armée algérienne dans la décision politique, si elle est un secret de Polichinelle, a toujours été conçue dans l'opacité la plus totale. Ou alors s'en indigner pour des raisons plus évidentes. Un double problème, puis une satisfaction peut-être. Même tirée par les cheveux, on peut la concevoir, dans de pareilles conditions, où il ne se passe quasiment rien en dehors de la rue. Nous allions presque oublier que c'est la première… initiative politique qui soit en rapport direct avec les revendications formulées dans la révolte populaire. Mieux - ou pire - non seulement tout ce qui a été entrepris jusque-là comme « réponses » à la colère des Algériens visait dans le meilleur des cas à contourner leur demande, mais à en accentuer les raisons profondes. N'est-ce pas qu'on a décidé de prolonger le mandat d'Abdelaziz Bouteflika en faisant l'économie du scrutin présidentiel là où le peuple algérien criait haut et fort qu'il ne voulait pas de lui-même en tant que candidat ? Alors, pour tous ceux qui voyaient dans la fin de règne le nœud gordien du problème, et ils sont nombreux, les voilà servis, à moins d'un tremblement de terre qui compliquerait encore plus les choses, en aggravant la situation. Il y en a beaucoup qui le disent déjà. S'ils y mettent les formes parce que ce n'est pas toujours assez prudent pour la suite des événements, ils ne sont quand même pas loin de crier victoire. Ils mettent les formes pour ne pas se retrouver dans les mêmes draps que ceux qui ont déjà vu le bout du tunnel dans la « lettre de Bouteflika ». Ils n'ont pas vu venir l'article 102 et tout ce que cela implique, notamment l'obsolescence de l'idée de « conférence nationale » et l'élection présidentielle qui viendra forcément plus tôt que prévu dans leurs calculs. Mais ce n'est pas vraiment sur ces terrains que se disputent les enjeux. La rue algérienne n'a jamais demandé… l'application de l'article 102. Elle demande le départ du régime et la fin du système dans la foulée. Elle voit ainsi dans la sortie de Gaïd Salah l'ultime manœuvre du pouvoir pour se tirer d'affaire en prolongeant son règne et elle ne manque pas d'arguments. Pour le montrer, le sixième vendredi est déjà une évidence et si rien de « consistant » ne vient accompagner la nouvelle donne, rien n'aura donc changé. Ce qu'elle a déjà exprimé se sera confirmé et la contestation repartira de plus belle, avec en plus, une autre désillusion et la peur de l'escalade.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.