Les étudiants se démarquent    Déstabilisations cycliques    Reprise dimanche des discussions sur la transition    Une série d'attentats déjoués    L'Iran joue l'apaisement    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    Ce sera à Sidi Moussa et à Doha    El Bahia prépare la saison estivale    Extension du réseau de gaz 400 nouveaux foyers raccordés    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Les salaires impayés aux joueurs estimés à plus de 50 millions dinars    Ibbou en finale    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    Nouveau secrétariat national pour le FFS    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    La troupe du Renouveau du théâtre amazigh demain à Tizi Ouzou    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Echauffourées entre jeunes et policiers    La présidentielle, un scrutin disqualifié d'avance    Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    USM Bel Abbès – MCA : Victoire impérative pour rester en Ligue 1    Oran : 25 blessés dans une collision entre un bus et une voiture    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    Société Générale Algérie : Concours Jeune artiste peintre    Haï Snawber ex-Les Planteurs: Démolition d'une dizaine de nouvelles constructions illicites    Et si c'était la solution ?    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    Baptême du feu pour Arkab!    Viande à 750 DA: c'est où M. le ministre?    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    Saisie de 5 quintaux de viande blanche avariée    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    6 civils tués lors d'un raid saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ultime manœuvre ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 28 - 03 - 2019

L'appel du chef d'état-major de l'ANP à l'application de l'article 102 de la Constitution pose un double problème. Le premier est que, théoriquement du moins, il n'a pas vocation à le faire. Mais on ne sait même plus s'il faut s'en féliciter en lui reconnaissant le mérite de la « transparence », l'implication politique de l'armée algérienne dans la décision politique, si elle est un secret de Polichinelle, a toujours été conçue dans l'opacité la plus totale. Ou alors s'en indigner pour des raisons plus évidentes. Un double problème, puis une satisfaction peut-être. Même tirée par les cheveux, on peut la concevoir, dans de pareilles conditions, où il ne se passe quasiment rien en dehors de la rue. Nous allions presque oublier que c'est la première… initiative politique qui soit en rapport direct avec les revendications formulées dans la révolte populaire. Mieux - ou pire - non seulement tout ce qui a été entrepris jusque-là comme « réponses » à la colère des Algériens visait dans le meilleur des cas à contourner leur demande, mais à en accentuer les raisons profondes. N'est-ce pas qu'on a décidé de prolonger le mandat d'Abdelaziz Bouteflika en faisant l'économie du scrutin présidentiel là où le peuple algérien criait haut et fort qu'il ne voulait pas de lui-même en tant que candidat ? Alors, pour tous ceux qui voyaient dans la fin de règne le nœud gordien du problème, et ils sont nombreux, les voilà servis, à moins d'un tremblement de terre qui compliquerait encore plus les choses, en aggravant la situation. Il y en a beaucoup qui le disent déjà. S'ils y mettent les formes parce que ce n'est pas toujours assez prudent pour la suite des événements, ils ne sont quand même pas loin de crier victoire. Ils mettent les formes pour ne pas se retrouver dans les mêmes draps que ceux qui ont déjà vu le bout du tunnel dans la « lettre de Bouteflika ». Ils n'ont pas vu venir l'article 102 et tout ce que cela implique, notamment l'obsolescence de l'idée de « conférence nationale » et l'élection présidentielle qui viendra forcément plus tôt que prévu dans leurs calculs. Mais ce n'est pas vraiment sur ces terrains que se disputent les enjeux. La rue algérienne n'a jamais demandé… l'application de l'article 102. Elle demande le départ du régime et la fin du système dans la foulée. Elle voit ainsi dans la sortie de Gaïd Salah l'ultime manœuvre du pouvoir pour se tirer d'affaire en prolongeant son règne et elle ne manque pas d'arguments. Pour le montrer, le sixième vendredi est déjà une évidence et si rien de « consistant » ne vient accompagner la nouvelle donne, rien n'aura donc changé. Ce qu'elle a déjà exprimé se sera confirmé et la contestation repartira de plus belle, avec en plus, une autre désillusion et la peur de l'escalade.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.