La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le vieil esthète n'est pas fatigué !
Le livre d'image projeté à Alger
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 06 - 2019

Le dernier film de Jean-Luc Godard Le livre d'image a été projeté lundi soir aux Ateliers sauvages en partenariat avec les Editions Barzakh. Objet cinématographique et sensoriel d'une extrême étrangeté, ce long-métrage subjugue, dérange et comble le regard à l'instar de l'ensemble de l'œuvre du cinéaste.
Présenté à Cannes en 2018, Le livre d'image incarne toute l'audace esthétique et philosophique qui a caractérisé la carrière du cinéaste suisse. Il ne s'agit pas d'un film tourné mais bien d'une collecte, d'un montage et d'un mixage d'images et de sons déjà existants : peintures, extraits de films, musique classique, documentaire, actualités, etc. Poème visuel et album sensitif traversant les époques et les gens, Le livre d'image vient prouver, si besoin est, que Jean-Luc Godard peut se permettre toutes les expérimentations avec autant de maestria que d'intelligence.
Alors, certes, beaucoup de spectateurs s'interrogeront sur ce qu'ils doivent comprendre de cet Ofni (Objet filmique non identifié), quel en est le sens ? Comme beaucoup de ses œuvres, Jean-Luc Godard ne s'adresse pas à la rationalité ni aux habitudes bien rôdées d'un cinéphile classique ; il convoque les sens et invite à se laisser émouvoir et porter par l'enchaînement tantôt frénétique, tantôt langoureux de ces images et à voyager dans le temps en spirale et en poésie. S'il n'y a pas d'histoire à proprement parler,
Le livre d'image s'articule autour de cinq grands thèmes : le remake, la transformation et la reproduction dans l'histoire de l'art illustrée par un texte d'Antonin Artaud extrait de « Pour en finir avec le jugement de Dieu » et même par des séquences d'anciens films de Godard à l'instar de Les carabiniers. Le deuxième thème est un plongeon dans l'histoire de la Russie à travers l'évocation de Rosa Luxembourg, Anna Karénine, le communisme, etc. Le troisième est une ode aux transports ferroviaires qui deviennent, dans les yeux du cinéaste, la meilleure mise en écho de la technique du montage, laquelle est l'atout maître du film. Le quatrième dialogue avec « L'esprit des lois » de Montesquieu interroge l'histoire de la commune de Paris et l'idée de démocratie. Quant au dernier, il évoque le monde arabe à travers des extraits de film, de la musique et des textes hallucinés.
Pour tout synopsis, Jean-Luc Godard a encore choisi un poème pour résumer son œuvre :
«Te souviens-tu encore comment nous entraînions autrefois notre pensée ?
Le plus souvent nous partions d'un rêve…
Nous nous demandions comment dans l'obscurité totale
Peuvent surgir en nous des couleurs d'une telle intensité
D'une voix douce et faible
Disant de grandes choses
D'importantes, étonnantes, de profondes et justes choses
Image et parole
On dirait un mauvais rêve écrit dans une nuit d'orage
Sous les yeux de l'Occident
Les paradis perdus
La guerre est là…»
Sarah H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.