Pour remplir une prison il faut bien vider quelque chose de l'extérieur    Les écuries d'Augias    Le général-major à la retraite Kamel Abderrahmane dépose plainte contre l'ancien chef de la Garde républicaine    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    MO Béjaia : Réunion des actionnaires aujourd'hui    MC Alger : La liste des libérés pas encore établie    Seulement 22 plages autorisées à la baignade à Boumerdès    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Chlef : Une série d'incendies de forêt sur le littoral    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Ibn Sina et Descartes : A bas bruit    Ecole supérieure de la Gendarmerie nationale de Zéralda : sortie de 7 promotions d'officiers    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Tébessa: Le directeur des travaux publics écroué pour corruption    Skikda: Installation du nouveau procureur général    Le projet de loi en cours: Les rixes avec armes blanches sévèrement punies    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Covid-19: 69 décès et plus de 4.000 contaminations parmi les effectifs de la Santé    Polémique autour d'une agence naissante    Des produits locaux de nouveau libres à l'export    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Affaire de l'enregistrement sonore : liberté provisoire pour Halfaia    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    Zeghmati, ‘'sabre au clair'' !    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tous les crimes    L'ambassadeur US annonce la fin de sa mission et salue l'évolution des relations    Hydrocarbures en méditerranée orientale: la tension monte entre Athènes et Ankara    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Pression et répression à Hong Kong    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Djaballah appelle à la poursuite du mouvement populaire
FJD
Publié dans Le Soir d'Algérie le 04 - 08 - 2019

L'organisation d'élection présidentielle dans les plus brefs délais n'est, ni plus ni moins, qu'un cadeau empoisonné, assure Abdallah Djaballah. Pour le président du FJD, une telle solution à la crise permettrait de perpétuer le régime. Il appelle à la poursuite du mouvement populaire et doute de la capacité du panel chargé du dialogue à réussir sa mission.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - La solution qui consiste à aller, au plus vite, à une élection présidentielle, n'est pas du goût de Abdallah Djaballah. Il y voit même une intention d'étouffer le mouvement populaire et la continuité du régime.
Les arguments développés, assure-t-il, paraissent de prime abord acceptables mais il s'agit d'un cadeau empoisonné car ayant pour seul but de mettre un terme au processus révolutionnaire. Ce dernier, affirme le président du FJD, ne peut se résumer à la seule revendication du départ de l'ancien président de la République mais de toutes les figures de son système. Ce dernier s'adosse, selon l'analyse du président du FJD, sur plusieurs piliers dont des hommes d'affaires véreux, une classe politique aux ordres, une élite qui l'a soutenu sans réserve, sans oublier un mouvement associatif totalement assimilé.
C'est à toutes ces composantes du système que le peuple a retiré sa confiance et non pas à un seul homme. Quelle solution ? Pour commencer, selon Djaballah, il serait urgent de reconnaître la légitimité du mouvement populaire mais il dit craindre, en même temps, que beaucoup se laissent convaincre par les initiatives proposées et que les élites fassent le mauvais choix.
En prenant la parole au cours de la session ordinaire du madjliss échoura de son parti, Djaballah a rappelé que sa formation politique avait toujours milité pour l'installation d'une commission indépendante de supervision des élections mais, dans les conditions actuelles, ce n'est plus suffisant en raison de la pérennité du système. Même si le panel chargé du dialogue arrivait à élaborer un texte acceptable rien ne garantit son application. Au sujet de ce dernier, il ne s'agit, ni plus ni moins, que d'une manœuvre car, dit-il, comment expliquer que les tenants du pouvoir puissent lui préférer la plateforme de Aïn-el-Benian issue de la rencontre organisée par les forces du changement.
Il s'agissait pourtant, selon Djaballah, d'une «initiative mûre» pour laquelle son parti a, ajoute-t-il, œuvré en tentant d'atteindre un consensus avec un socle constitutionnel qui soit conforme aux attentes de la rue. Pour y arriver, il a dû convaincre de la démarche les plus réfractaires.
Aujourd'hui, poursuit-il, que le pays vit une situation exceptionnelle, nul ne peut se proclamer tuteur du peuple. A ce dernier, le président du FJD lance un appel sans ambiguïté aucune : le mouvement populaire ne doit pas céder au doute ni reculer mais, au contraire, se poursuivre.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.