Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    L'ambassadeur sahraoui en Algérie salue le soutien de l'Algérie à la cause sahraouie    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    La colère de Tebboune    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La défense fait appel    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Vers l'annulation de la Coupe d'Algérie    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    La direction tente de rassurer les supporters    Sit-in des supporters pour demander une entreprise nationale    "Retour au confinement si besoin"    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    La traque d'un "sulfureux" général    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'apolitique supplante le politique ?    El-Bayadh: Le nouveau procureur général installé    L'instit, l'obole et la révolution    495 nouveaux cas et 11 décès    JS Kabylie : Becheker, Aguieb et Hadouche en renfort    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto
Festival national du raï de Sidi-Bel-Abbès
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 08 - 2019

Lors de la 3e soirée du festival national du raï qui se tient depuis le 15 août, et ce, jusqu'au 19 du même mois, cheba Farida d'Alger a été virée à la deuxième chanson, accusée d'avoir utilisé un vocabulaire loin des «valeurs culturelles.»
La chanteuse a attiré la foudre du commissaire du raï qui a aussitôt réagi aux «mots» qu'il dit ne pas refléter les valeurs culturelles et il a viré sur-le-champ cette dernière.
Ce renvoi en direct sur scène a ensuite fait l'objet de la conférence improvisée après la fin des prestations des raïmen animée par le commissaire Bousmaha Mohamed.
Ce dernier a justifié ce «virement» par le fait que cheba Farida a usé d'un vocabulaire à la limite de la vulgarité alors qu'une manifestation de ce genre et de surcroît nationale prête à la décence des mots qui ne doivent pas heurter la sensibilité du public.
M. Bousmaha a déclaré : «Tant que je serai commissaire du Festival du raï, elle ne sera jamais sur scène. Et même si je ne le suis plus, je continuerai mon combat pour l'évincer du festival.» Il a ajouté : «Elle a sollicité la ministre pour se représenter au festival et, une fois sur scène, elle a donné libre cours à son «vocabulaire», dans ses chansons.»
Pour revenir à cette soirée, le raïman cheikh Hattab a enflammé le public avec son fameux tube «Ya oued Chouly» suivi de celui de Noudi tourksi (lève-toi et danse) et Trig El Ouahda.
Au tour de cheb Kadiro, de cheb Mimoun, Abbès Marhoum de prendre le relais pour maintenir la chaude ambiance qui a fait chavirer et danser le public notamment jeune. Quand Kader Japonais est apparu, c'était le délire avec la chanson nostalgique «Mama, mamia» puis «Y en a marre», «Gachitili la vie » (Tu m'as gâché la vie) Ya rouhi, jabli rabi, etc.
La nostalgie était encore plus ressentie lorsque le pionnier du raï, Zargui, décédé dans les années 1980, dans un terrible accident de la route, a revisité le festival du raï par la voix de Hadj Raïna Diwan de Sidi-Bel-Abbès. Le public a fait revivre le défunt chanteur, en ovationnant le raïman qui a su mettre les intonations qui ont joué sur les cordes sensibles de l'auditoire.
A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.