Real : Pour Marcelo, les joueurs doivent être plus atentifs    Bouira: Trois morts dans un accident sur l'autoroute    Une cache d'armes et de munitions découverte à Bordj-Badji-Mokhtar    Erratum    "La révolution de la souveraineté" en débat à Paris    La réappropriation…    «Le projet vise à assurer la sécurité énergétique du pays»    Le stock des sinistres à payer demeure élevé    Le dinar en déperdition, l'inflation en aggravation    Virage décisif pour l'usine Renault en Algérie    Hausse de la traite d'êtres humains en provenance de Côte d'Ivoire    Au moins 182 blessés en Catalogne    Le Pacte de l'alternative démocratique s'installe à Jijel    Lahoulou pour défendre son titre de champion du monde    Kabba Sambou non retenu    Les trêves ne sont pas les bienvenues    Maya    Dernière ligne droite pour les candidats    Vaseline et citron pour avoir un joli teint    Un gouffre financier pour des travaux inachevés    Remède aux agrumes pour augmenter les défenses    Sachez que…    Maintenir le cap, malgré les restrictions budgétaires    "La Faille" nominé pour le prix Fetkann    Le HCA s'allie avec l'Académie africaine des langues    Une basse-cour pour le polygame !    Watchmen, l'étrange série de HBO inspirée par un comics culte    Liban : La contestation grandit sur fond de ras-le-bol généralisé    LFP: L'étau se resserre sur Abdelkrim Medouar    Tribunal de Sidi M'hamed: Tliba auditionné par le juge d'instruction    Education: Début des inscriptions aux examens de 5ème, BEM et bac le 22 octobre    A l'appel de l'Unpef: Nouvelle grève dans les écoles mercredi    Neuf harraga interceptés au large de Mostaganem    DES REFUGES ET DES ETENDARDS    Iran/Turquie : Les ministres des AE iranien et turc discutent au téléphone des derniers développements en Syrie    Basket-ball : La NBA accuse des pertes "substantielles" après la crise avec la Chine    Ligue 1 française: L'Algérien Islam Slimani 2e meilleur joueur du mois de septembre    Liga espagnole : Le Barça aurait souhaité disputer le Clasico à sa date initiale    Brexit: Accord annoncé in extremis, feu vert du parlement britannique très incertain    Le prix du pétrole termine la semaine en baisse    Election présidentielle: "L'Algérie une chance pour tous et pour chacun"    Dattes : Vers la création d'un système de contrôle pour faciliter l'exportation    Port d'Oran : exportation de 30.000 tonnes de béton armé vers le Canada    Musique : Les ensembles d'Ukraine et de Chine animent la soirée de clôture du 11e Fcims    15ème FISAHARA : Appel à la cessation de la répression marocaine des Sahraouis    Les poids lourds pointés du doigt    14 pays élus    Un premier Smartphone fabriqué entièrement en Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des antibiotiques qui provoquent des maladies cardiovasculaires ?
LU POUR VOUS
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 09 - 2019

Deux études parues cette année suggèrent que les antibiotiques augmentent le risque de troubles cardiaques.
Les antibiotiques sont des médicaments qui tuent les bactéries. C'est pourquoi un traitement antibiotique peut déstabiliser la flore intestinale.
Or, le microbiote joue de nombreux rôles dans la santé, y compris cardiaque. Des recherches récentes ont suggéré qu'un déséquilibre du microbiote pouvait être associé à l'athérosclérose, la maladie des artères. Aussi, on peut se demander si la prise d'antibiotiques sur de longues périodes peut engendrer des problèmes cardiovasculaires.
Certains antibiotiques ont déjà été associés à des problèmes cardiaques.
Par exemple, les fluoroquinolones favoriseraient l'arythmie et les macrolides sont associés à des morts subites d'origine cardiaque.
Un risque cardiovasculaire augmenté chez les femmes
Dans une première étude réalisée par l'université Tulane (Nouvelle-Orléans) et parue dans European Heart Journal, les chercheurs se sont intéressés au lien entre la prise d'antibiotiques et les maladies cardiovasculaires. Pour cela, ils se sont servis des résultats de l'étude NHS (Nurses' Health Study), portant sur des infirmières américaines.
L'étude NHS, qui a commencé en 1976, repose sur des questionnaires réalisés tous les deux ans. Les participantes devaient indiquer pendant combien de temps elles avaient pris des antibiotiques entre 20 et 39 ans, entre 40 et 59 ans et après 60 ans. Les chercheurs ont analysé les données entre 2004 et 2012. Plus de 36 000 femmes de plus de 60 ans ont participé et environ un millier d'entre elles ont développé une maladie cardiovasculaire pendant la période d'étude. En moyenne, le suivi a duré 7,6 ans.
D'après les résultats, la prise d'antibiotiques sur de longues périodes chez des femmes de plus de 40 ans serait liée au risque de crise cardiaque ou d'AVC lorsqu'elles sont plus âgées. Les femmes qui ont pris des antibiotiques pendant plus de deux mois avaient un risque significativement plus élevé de maladies cardiovasculaires après 60 ans (+32%) et entre 40 et 59 ans (+28%), par rapport à celles qui n'en avaient pas pris. Celles qui avaient pris des antibiotiques pendant plus de 15 jours avaient aussi un risque accru de maladie coronarienne. Cette association entre la prise d'antibiotiques et le risque cardiovasculaire était plus forte chez les femmes dont l'IMC était plus élevé.
Les raisons les plus fréquentes pour lesquelles les participantes avaient dû prendre des antibiotiques étaient des infections respiratoires, urinaires ou dentaires. Comme les participantes étaient des infirmières, on peut penser qu'elles étaient bien informées sur l'utilisation de ces médicaments. Cependant, cette étude d'observation ne prouve pas que les antibiotiques provoquent des maladies cardiovasculaires, elle met seulement en évidence un lien entre les deux phénomènes. Il reste à approfondir comment les antibiotiques, en affectant le microbiote intestinal, pourraient influencer la santé cardiovasculaire.
Un risque accru de troubles cardiaques avec les fluoroquinolones
Une seconde étude réalisée par l'université de la Colombie-Britannique (Canada) et parue dans Journal of the American College of Cardiology a montré que les fluoroquinolones peuvent conduire à des problèmes cardiaques.
Les fluoroquinolones sont de puissants antibiotiques. Ils permettent de lutter contre une grande variété de bactéries, tant chez l'homme que chez l'animal et sont, de fait, massivement prescrits. Mais des scientifiques de l'université canadienne de Colombie-Britannique viennent d'établir un lien entre la survenue de deux pathologies cardiovasculaires et la prise de ce type d'antibiotiques.
Une conclusion qu'ils tirent de données en partie aussi issues du système de déclarations des effets indésirables et de l'analyse d'une importante base de données d'assurance-maladie. Ils ont ainsi travaillé sur la prise d'antibiotiques fluoroquinolones par plus de neuf millions d'Américains, dans un laps de temps de 30 à 61 jours après la prise du médicament ainsi que dans une autre période plus longue comprise entre 61 jours et 365 jours.
Des précautions à prendre
Résultat : comparativement aux patients à qui on a prescrit des antibiotiques de la famille amoxicilline, ceux traités aux fluoroquinolones présentaient un risque 2,4 fois plus élevé d'insuffisance aortique et mitrale, des maladies valvulaires cardiaques sérieuses qui entraînent un reflux sanguin dans l'aorte et l'oreillette gauche. Au total, les chercheurs ont identifié 12 505 cas de régurgitation valvulaire. Selon l'étude, le plus grand risque se situe dans les 30 jours suivant la prise du médicament.
«Cette classe d'antibiotiques est très pratique, mais dans la majorité des cas, elle n'est pas vraiment nécessaire. Une prescription inappropriée pourrait causer une résistance aux antibiotiques ainsi que de graves problèmes cardiaques», prévient Mahyar Etminan, professeur agrégé à l'université de Colombie-Britannique et auteur principal de l'étude. Cette découverte nécessite d'être confirmée par de futures recherches, mais les auteurs de l'étude espèrent d'ores et déjà que cela encouragera l'idée de considérer les fluoroquinolones comme une cause potentielle des problèmes cardiaques observés chez certains patients et dont l'origine n'a pas été établie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.