Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    Le vieux de mon village    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Un Palestinien tombe en martyr    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un génie, deux lauréats et un autre son de cloche
Le prix Nobel de littérature à Olga Tokarczuk et Peter Handke
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 10 - 2019

Le prix Nobel de littérature a été décerné jeudi à Stockholm, à l'écrivaine polonaise de gauche Olga Tokarczuk, saluée pour son «imagination narrative», pour l'édition 2018 reportée d'un an, et pour l'édition 2019 à l'Autrichien Peter Handke, qualifié d'«héritier de Goethe», mais accusé de «négationnisme».
Quinzième femme seulement à recevoir le prix Nobel de littérature depuis sa création en 1901, Olga Tokarczuk est récompensée pour «une imagination narrative qui, avec une passion encyclopédique, symbolise le dépassement des frontières comme forme de vie», a déclaré le secrétaire perpétuel de l'Académie suédoise, Mats Malm. «Héritier de Goethe» pour les académiciens suédois, Peter Handke, de son côté, est distingué pour une œuvre qui, «forte d'ingénuité linguistique, a exploré la périphérie et la singularité de l'expérience humaine».
L'écrivain, qui vit en France, s'est dit «étonné» par cette récompense, une décision qu'il a qualifiée de «très courageuse», «après toutes les querelles» suscitées par son œuvre. Des voix se sont d'ailleurs élevées, en Bosnie et au Kosovo, pour dénoncer l'attribution du Nobel de littérature à celui qui y est vu comme un admirateur de l'ex-Président serbe Slobodan Milosevic et un «négationniste» des crimes durant les guerres dans l'ex-Yougoslavie. Le Nobel de littérature ? «Il faudrait enfin le supprimer. C'est une fausse canonisation» qui «n'apporte rien au lecteur», avait-il déclaré en 2014.
Olga Nawoija Tokarczuk, née le 29 janvier 1962 à Sulechov, est considérée comme la plus douée des romanciers de sa génération en Pologne. Son œuvre, qui compte une douzaine d'opus traduits dans plus de 25 langues, va d'un conte philosophique, Les Enfants verts (2016), à un roman policier écologiste engagé et métaphysique Sur les ossements des morts (2010), en passant par un roman historique Les livres de Jakob (2014).
«C'est un honneur et une source de fierté», a réagi la femme de lettres à sa consécration. Engagée politiquement à gauche, écologiste et végétarienne, l'écrivaine n'hésite pas à critiquer la politique de l'actuel gouvernement polonais, conservateur et nationaliste. Elle «pense maintenant à la Pologne et aux Polonais, qui vivent des moments difficiles, qui ont devant eux des élections, dimanche, décisives pour la forme que prendra la démocratie, voire carrément pour la survie de la démocratie».
Olga Tokarczuk a félicité Peter Handke. «Je suis contente que Peter Handke, que j'apprécie particulièrement, ait reçu ce prix en même temps que moi», a-t-elle déclaré au quotidien polonais Gazeta Wyborcza. «C'est formidable que l'Académie suédoise ait apprécié la littérature d'Europe centrale. Je suis contente qu'on tienne encore le coup», a-t-elle encore déclaré. Auteur lui aussi très engagé, Peter Handke, né le 6 décembre 1942 à Griffen, a publié plus de 80 ouvrages. Il est l'un des écrivains de langue allemande les plus lus dans le monde. Il avait publié son premier roman, Les frelons, en 1966, avant d'accéder à la notoriété avec L'Angoisse du gardien de but au moment du penalty, en 1970, puis Le malheur indifférent (1972), un bouleversant requiem dédié à sa mère.
Handke est aussi un intellectuel en lutte contre les conventions, au prix de violentes polémiques, notamment en raison de ses prises de position pro-serbes. Il avait provoqué un tollé, en 2006, en se rendant aux funérailles de l'ex-Président yougoslave Slobodan Milosevic, accusé de crimes contre l'humanité et de génocide.
«Un admirateur de Milosevic, doublé d'un négationniste, reçoit le prix Nobel de littérature», a titré le premier quotidien du Kosovo, Koha Ditore. En Serbie, par contre, des journaux saluaient l'attribution du prix à un «ami des Serbes». «Handke n'est pas un écrivain politique», a expliqué le président du comité Nobel de littérature, Anders Olsson.
L'Académie suédoise, qui s'est toujours défendue de faire de la politique, s'est surtout employée, ces deux dernières années, à se reconstruire. L'institution avait implosé après la publication en novembre 2017, en plein mouvement MeToo, des témoignages de 18 femmes accusant de harcèlement, d'agression sexuelle et de viol un Français, Jean-Claude Arnault.
Au-delà de son volet purement judiciaire, l'affaire a révélé le huis clos d'une institution rongée par les intrigues et les prébendes. Privée du quorum de membres siégeant requis pour désigner un lauréat après plusieurs démissions, l'académie avait dû reporter d'un an l'édition 2018, pour la sixième fois depuis 1901, la dernière en 1949.
Les deux écrivains de la Mitteleuropa succèdent dans le palmarès du Nobel de littérature au romancier britannique d'origine japonaise Kazuo Ishiguro, auteur des Vestiges du jour, lauréat en 2017.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.