Hydrocarbures: un régime fiscal propre au secteur encouragera l'investissement étranger    L'ex-député ‘'spécifique'' risque 6 mois de prison ferme    CAMPAGNE ELECTORALE : L'ANIE enquêtera sur la provenance des financements    POUR ATTEINTE A L'UNITE NATIONALE : Un an de prison à l'encontre de 21 détenus    Algérie - Gabon: vers la création d'un conseil économique pour les hommes d'affaires    ACCIDENTS DE LA ROUTE A OUARGLA : Trois morts et une quinzaine de blessés    L'OLP condamne l'assassinat d'un chef du Djihad islamique par Israël à Ghaza    SIDI BEL ABBES : Campagne de sensibilisation sur les risques du monoxyde de carbone    Les hauteurs de Bordj Bou-Arréridj revêtus de neige    Liverpool : Mauvaise nouvelle pour Salah ?    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    65 projets agréés et financés par la Cnac depuis le début 2019    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Haddam plaide pour un contrôle plus rigoureux    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Les écoles primaires paralysées hier    Méli-mélo pomme-chocolat    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Vaccination contre la grippe : plus de 46.400 doses réceptionnées    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    26 wilayas au salon des arts plastiques    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La rue gronde toujours
BOUIRA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 10 - 2019

A Bouira, tout porte à croire que les revendications citoyennes qui sont auparavant faites d'une manière sporadique à travers des actions de rue, sont en train de faire tache d'huile pour devenir quasi quotidiennes à travers l'ensemble des communes de la wilaya.
Pas un jour ne passe sans que des villageois de telle ou telle commune sortent dans la rue pour crier haut et fort leur ras-le-bol et réclamer leur part de droits, résumés le plus souvent en des droits sociaux et le bien-être. Et le comble dans toutes ces actions, c'est que le plus souvent, les villageois en colère ne croient plus aux promesses des responsables, et parfois y compris celles du premier magistrat de la wilaya. Une perte de confiance induite par des années de promesses sans lendemain et d'engagements jamais tenus.
Ainsi, et après les actions de la semaine dernière enregistrées du côté d'El Hachimia et de Dirah, et après l'action de dimanche par les villageois de Guelta Zerga de Sour-el-Ghozlane, ce fut au tour des villageois de Ouled Barka qui regroupe quatre hameaux, et relevant de la commune de Maâmora, à 60 kilomètres au sud de Bouira, de procéder à la fermeture du siège de leur APC pour réclamer leur part de développement.
Selon certains villageois que nous avons contactés par téléphone, ce grand village qui compte des centaines de familles, fait partie des oubliés. Un village qui manque de tout, selon nos interlocuteurs, à commencer par le gaz naturel, puis les routes et surtout l'eau potable. « Des produits de première nécessité qui ne sont plus un luxe pour notre pays et surtout pour la wilaya de Bouira qui se targue d'être parmi les pionnières en matière d'AEP et de ressources hydriques avec l'existence de trois barrages hydrauliques d'une capacité totale qui avoisine le milliard de mètres cubes».
Encore une fois, le P/APC de cette commune qui intervenait sur les ondes de Radio Bouira essayait d'être rassurant en indiquant que ce village est inscrit au titre du budget 2020 pour l'AEP avec la réalisation d'urgence d'un château d'eau, alors que pour le gaz naturel, l'enveloppe existe et les études techniques sont engagées.
Du côté de Guelta Zerga et malgré toutes les promesses faites par le maire de Sour-el-Ghozlane, et le chef de daïra, les villageois sont revenus à la charge en procédant à la fermeture de la RN8. Ceux-ci réclament toujours la présence du wali pour pouvoir être rassurés.
Toujours au niveau du chef-lieu de wilaya, ce sont des dizaines de jeunes recrutés dans le cadre des dispositifs du pré-emploi et depuis des années, avec des promesses de recrutements définitifs, qui ont observé un sit-in au niveau du siège de la Wilaya. Ceux-ci dénoncent la précarité dans laquelle ils se retrouvent avec des salaires de misère. Outre la demande de leur intégration, ils réclament la comptabilisation de leurs années de travail dans le cadre du pré-emploi pour l'avancement de leurs carrières ainsi que le calcul des salaires avec les catégories et les échelons.
Toujours au niveau du chef-lieu, les enseignants du primaire qui sont des centaines à quitter leurs postes pour la grève hebdomadaire, se sont rassemblés devant le siège de la Direction de l'éducation de Bouira. Sur place, ils dénoncent la charge qui leur est imposée par le système éducatif actuel et surtout des travaux supplémentaires qui n'ont rien à voir avec la pédagogie, comme la surveillance des élèves lors des récréations, ou encore au niveau des cantines, etc. En outre, ils réclament l'application immédiate du décret présidentiel 214/266 de 2014, qui stipule la classification des enseignants du primaire dans la catégorie 12, ce qui n'est jamais appliqué. Des enseignants qui semblent décidés à aller jusqu'au bout de leurs revendications puisque dès ce mardi, ils comptent refuser tout travail en dehors des cours à dispenser aux élèves à l'intérieur des classes.
Enfin, du côté de M'chédallah, cette fois-ci, c'est du Hirak dont il s'agit puisque des dizaines de citoyens ont organisé un sit-in devant le siège du tribunal pour appeler à la libération du jeune Aloune Nabil arrêté le vendredi passé à Alger et mis sous mandat de dépôt dimanche dernier par le juge d'instruction du tribunal de Sidi M'hamed.
Les manifestants ont, pendant plus de deux heures, réclamé la libération du jeune Nabil et tous les autres détenus du Hirak, tout en scandant les slogans propres au Hirak mais également en fustigeant les juges qui travaillent, selon eux, aux ordres.
Y. Y.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.