Aucun "dépassement" enregistré lors du vote de la communauté nationale en Tunisie    Loi de finances 2020: de légères augmentations d'impôts, une nouvelle taxe sur les véhicules    Un décret présidentiel portant création d'une agence nationale de développement du numérique (JO)    Les populations nomades de Laghouat et Béchar accomplissent leur devoir    Les banques appelées à participer au financement "sain et durable" de l'économie nationale    Belmadi : «Le Sénégal Champion d'Afrique ? Ce sera le jour où je ne serai plus là, peut-être en 2030 (Rires)»    Gattuso est arrivé à Naples    LFP : une réunion "prochainement" avec les représentants des clubs pour solutionner les problèmes financiers    Les actes d'accusation votés au Congrès d'ici la fin de semaine    Subsistance de divergences    Le président annonce des mesures d'apaisement    Du renouveau pour C3 Aircross    Le père du «low cost» s'en va    Imposante mobilisation des campus    Des personnalités appellent à éviter les dépassements    Le bouleversement technologique, un facteur amplificateur    Un programme chargé pour les Canaris    Coupe d'Algérie de Football : JSM Béjaia - ES Sétif en 1/32es de finale    L'EN sacrée meilleure équipe, Mahrez meilleur joueur    Centre Anti-Cancer : Le scanner en panne depuis plusieurs mois    Mobilisation de 150 000 hectares pour la céréaliculture    36 nouveaux bus affectés aux communes    Setif : le secteur de la formation accuse un déficit    Rétention d'eau    Khatini, une nouvelle pièce sur les planches    ACTUCULT    La Maison de la culture de Aïn Témouchent rebaptisée    L'œuvre du ciseleur des mots revisitée    Ettiki !    Tribunal de Sidi M'hamed: le Parquet publie les jugements prononcés    Enième effondrement partiel au 1, Rue Mezouar Mohamed: Des familles en danger de mort interpellent le wali    Benflis dénonce une «cabale»    Alger: Les étudiants toujours mobilisés    Le tribunal de Sidi M'hamed rend son verdict: 15 ans de prison pour Ouyahia et 12 pour Sellal    Ligue des champions d'Europe: Duels à distance pour la seconde place    Chlef: Du nouveau à la Caisse de retraite    LA COULEE DE LAVE    Equipementier automobile : Valeo vise plus de 15% de marge avec l'électrification et les ADAS    Maroc : Visite du secrétaire d'état américain au Maroc    Les conditions d'inscription fixées    Qualifications Afro-paralympiques-2020 de handi-basket: L'Afrique du Sud obtient l'organisation du tournoi    Gita Gopinath, conseillère économique auprès du FM "Les réformes dans les pays émergents et les pays en développement sont plus efficaces ...    Selon Ghania Eddalia, ministre de la Solidarité " Près de 900 000 bénéficiaires de micro-crédits jusqu'en octobre dernier"    Ghardaïa: L'étude d'aménagement de la wilaya d'El-Menea présentée aux autorités locales    Banques De nouveaux P-DG à la tête de la BEA et de la BNA    Arabie-Saoudite : Quels enjeux concernant le plan Vision 2030 ?    La mosquée de Sidi Ghanem à Mila : Un centre de rayonnement de l'Islam et un haut lieu de la mémoire    Manifestations du 11 décembre 1960/Mouvement populaire 2019 : 59 ans après, la soif de l'indépendance est toujours vive    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vivre avec et contre le passé
FICA côté court
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 11 - 2019

La compétition des courts-métrages, introduite cette année au FICA, a débuté lundi à la salle Ibn-Zeydoun, avec l'entrée en lice de trois films réalisés par de jeunes cinéastes algériens.
Des traumatismes de la décennie noire aux combats d'aujourd'hui, un film historique et sociologique relie les trois courts-métrages projetés lundi dans le cadre de ce 10e Festival international du cinéma d'Alger dédié au film engagé qui se poursuit jusqu'au 16 novembre.
Hadi hiya (28mn) de Youcef Mahsas interroge les séquelles d'une guerre dont on n'a jamais pu panser les plaies. Le film s'ouvre sur une scène enchantée où de petites filles jouent gaiement dans un jardin tandis qu'une jeune femme arrose les plantes avant qu'un bruit étrange ne secoue la tranquillité des protagonistes. Nous sommes ensuite transportés vingt ans plus tard où Sarah (Amira Hilda Douaouda) gratte compulsivement le sol dans une maison sinistre et froide. Son mari (Aïssa Segueni), qui doit de l'argent à la terre entière, se terre et la charge d'affronter les nombreuses personnes venues toquer à la porte pour récupérer leur dû. Leur fille Nazek (Maria Silini), enjouée et espiègle, attend toujours cette photo de famille que ses parents lui promettent depuis des mois. Le couple va mal et Sarah, névrosée et mélancolique, est au bord de l'explosion.
Construit comme un thriller psychologique qui aborde aussi bien les traumas du passé et la question du couple, Hadi hiya recèle une atmosphère singulière et une démarche esthétique évidente, malheureusement ternies par des accès de théâtralité et de pathos qui desservent sa mise en scène.
Par ailleurs, la dramaturgie d'abord corsée et nébuleuse verse soudain dans l'explication et le discours direct lorsque Sarah raconte et déchiffre pour le spectateur l'origine de son mal-être, lequel est évidemment lié à la première scène du film, vingt ans plus tôt.
La fausse saison de Mennad Embarek revient sur la même période avec l'histoire de Djamel (Oussama Boudchiche), un jeune homme taciturne et mystique amoureux des chardonnerets et des grands espaces, endoctriné par les islamistes au début des années 1990 et missionné par leur bras armé à exécuter Midou (Ahmed Meddah), son voisin chanteur de cabaret. Le jour même de l'assassinat de Tahar Djaout, Djamel s'apprête donc à honorer son engagement dans « l'armée d'Allah » et tente de résister au malaise et à l'hésitation de plus en plus insistante.
Le réalisateur qui s'est distingué, en 2013, avec son premier court-métrage de fiction Iminig (La partance), garde intacte sa maîtrise scénaristique et formelle à travers un récit dense et calibré et une mise en scène poétique et lumineuse malgré son académisme. Cependant, le traitement fait ici du thème de la décennie noire ne sort pas des sentiers battus et demeure dans un schématisme étroit.
Malgré les efforts consentis pour conférer du relief psychologique aux personnages, ces derniers n'échappent pas à des figures archétypales déjà vues dans d'autres films sur la question, de même que l'angle d'approche qui correspond à un canevas prévisible où l'on retrouve les mêmes poncifs dramaturgiques : les dégâts de l'endoctrinement, la résistance, le désir de vie et l'éternel repère temporel de l'assassinat de Djaout. C'est sans doute dans le dernier film projeté lors de cette séance que l'on va toucher du regard un cinéma vivant. Une histoire dans ma peau , un court-métrage documentaire de Yanis Kheloufi, dresse un portrait intimiste et sobre du militant associatif Farès Kader Affak. Cet activiste infatigable présent aussi bien sur le terrain caritatif (l'association le Cœur sur la main) que culturel (le café littéraire Sous-marin) nous livre des fragments de sa vie à travers une série de plans où le cinéma et l'émotion respirent à la même cadence.
Kheloufi érige en effet un édifice filmique d'une solidité remarquable où la justesse du cadre n'a d'égale que l'extrême liberté donnée au regard du spectateur. Ce dernier a tout le loisir pour deviner les hors-champs et élaborer sa propre lecture de ces bribes de vie d'un personnage intense et quasi-christique.
S. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.