Production et distribution du lait: Un système de traçabilité en cours de préparation    Séisme à Jijel : pas de pertes humaines ou matérielles    Services d'urgence et femmes enceintes: le ministère trace une nouvelle feuille de route    PREPARATION DU CONGRES DU RND : Mihoubi évoque de ‘'nouvelles bases'' pour le parti    CORONAVIRUS : L'Algérie met en place un dispositif d'alerte et de riposte    MOSTAGANEM : 5 personnes écrouées pour trafic de drogue et vente d'alcool    La plateforme proposée pour l'aboutissement de la révolution    Tébessa: Recrutement de Trois Gardiens pour sécuriser la Nouvelle Mosaïque découverte à Négrine    PROGRAMME ECONOMIQUE DE TEBOUNE : BATATA ET GAZ DE SCHISTE    Au moins 11 soldats tués par des terroristes    Brexit : Boris Johnson a signé l'accord    Réunion de conciliation avec Téhéran en février    Ferme condamnation algérienne    «Nous devons respecter nos adversaires»    La wilaya de Aïn Témouchent nous écrit    Un gouvernement de la chefferie à la primature    Le procès de Fodil Boumala programmé pour le 9 février    Un vendredi dédié aux détenus d'opinion    Une secousse tellurique de magnitude 3.3 enregistrée à Jijel    Plus de 4 500 postes à pourvoir pour la session de février    Opération coup-de-poing à Oued R'hiou    880 ha réservés à la production d'eucalyptus    Le réflexe de Chitour    Mostaganem abritera la 3e édition du Festival national de la poésie des jeunes    La prochaine édition sous le signe du rapprochement avec le citoyen    ACTUCULT    Les redevances des droits d'auteur, objet d'incompréhension    Célébration de l'anniversaire de la naisance de Matoub Lounès    Le jugement de Si Slimane    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 16ème journée    Bouira : Hommage à Matoub Lounès    Vita Club - JSK (aujourd'hui à 17h) : Belaïli «Nous avons les moyens de les surprendre»    PAC 1 - CSC 2 : C'est le grand retour du CSC    En bref…    CAN-2020 de Handball : Les Verts éliminés par l'Egypte    WAT – JSMB : Les Béjaouis avec les réservistes    Transport de marchandises : La logistique qui fait défaut aux exportations    Venezuela : Maduro célèbre «l'échec de l'aventure putschiste» de Guaido    Energie et télécommunications : L'USTDA confirme l'intérêt américain    Indice de perception de la corruption 2019: L'Algérie à la 106e place    Réunion des voisins de la Libye à Alger: Rejet de l'ingérence étrangère    Pour des travaux de maintenance du réseau: Des coupures d'électricité annoncées dans trois communes    Les raisons de la colère    Lancement d'un nouveau site web    Blessé, Slimani forfait face à Strasbourg samedi    Les nouveaux projets expansionnistes du Maroc dénoncés    Tebboune, à coeur ouvert    Sahara occidental: Podemos dénonce les manœuvres expansionnistes du Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lancement du prix national Mohia d'or
Dramaturgie en tamazight
Publié dans Le Soir d'Algérie le 08 - 12 - 2019

Le prix national Mohia d'or de la meilleure dramaturgie en tamazight devait être lancé hier à Tizi-Ouzou à l'occasion de l'hommage rendu au dramaturge Mohia Abdellah, disparu en 2004, a-t-on annoncé jeudi dans un communiqué de la direction locale de la culture.
Parmi les objectifs assignés à cette compétition, outre mettre en relief l'œuvre de Mohia, la promotion de la pratique théâtrale et l'encouragement des jeunes à la création artistique, en général, et à l'écriture dramatique et la production théâtrale, en particulier, et la promotion de la langue amazighe, a-t-on indiqué de même source.
Le prix Mohia d'or a été instauré en 2014 au niveau local par la direction de la culture en collaboration avec l'Assemblée populaire de wilaya (APW) et le Théâtre régional Kateb-Yacine, il a été institué prix national, en 2018, par le ministère de la Culture pour permettre «la promotion de la pratique théâtrale et l'encouragement des jeunes à la création artistique et à l'écriture dramatique en tamazight». Le concours, qui est ouvert à tous les auteurs dramatiques en tamazight au niveau national, récompensera un seul texte dont les modalités sont définies par le règlement intérieur du concours que les participants peuvent retirer auprès des organisateurs.
A cet effet, il sera constitué une commission de lecture préalable pour la sélection des textes répondant aux conditions techniques et graphiques du texte et un jury constitué de dramaturges, metteurs en scène, scénographes et universitaires spécialisés dans la littérature, la linguistique et le théâtre amazigh pour le choix du lauréat du prix.
La date limite de dépôt des textes est, par ailleurs, fixée par les organisateurs pour le 27 mars de chaque année consacrée Journée internationale du théâtre alors que la cérémonie de remise du prix interviendrait dans le cadre des festivités prévues pour la célébration du Printemps amazigh, coïncidant avec le 20 avril.
Il est aussi souligné dans le règlement intérieur de ce prix doté d'une récompense financière de 500 000 DA pour le lauréat et une autre de 100 000 DA qui sera décernée en guise de soutien à l'écriture en tamazight, que «l'auteur de l'œuvre primé s'engage à céder l'exclusivité de son texte pour une durée de 5 années pour d'éventuelles exploitations théâtrales».
L'œuvre de Mohia, qui s'étale sur plus d'une trentetaine années d'interprétations et de réflexions philosophiques, constitue «un gisement littéraire inépuisable d'expression amazighe et une œuvre novatrice monumentale», a-t-on relevé dans le document de la direction de la culture.
Plus connu sous le nom de Mohand Ouyahia, Abdellah Mohya, né le 1er novembre 1954 à Azazga, effectua des études universitaires à Alger puis s'installa à Paris, dès les années 1970, où il rejoint le groupe d'études berbères et se consacra à la production théâtrale en tamazight et aussi à l'adaptation d'illustres auteurs.
Parmi ses adaptations les plus illustres, Si Pertuff, adaptation de la pièce Tartuffe de Molière, Muhend Ucaban adaptation de Le ressuscité de Lu Sin, Am win Yettrajun Rebbi, celle de la pièce de Bekett En attendant Godot ou encore Thachvaylith qui est celle de La jarre de Luigui Pirandello. Il a été, également, l'auteur de textes poétiques interprétés par plusieurs chanteurs tels les groupes Idheflawen, Imazighen Imula, Matoub Lounès et tout récemment de jeunes artistes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.