ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    Perspectives prometteuses pour le renforcement de la coopération bilatérale    Dziri Billel n'est plus entraineur de l'Usm Alger    Berraf maintient sa démission    Ce qu'il faut savoir    Le prix des masques chirurgicaux flambent    Tebboune appelle à une "extrêmevigilance"    Les avocats continuent de denoncer    Coronavirus en Algérie : L'inquiétude monte à Sétif    ARABIE SAOUDITE : Le président Tebboune en visite d'Etat    L'UA attachée à la tenue d'un référendum au Sahara occidental    Djerad reçoit l'Envoyé spécial du PM britannique pour le partenariat économique avec l'Algérie    ILS SE SERAIENT ACCAPARES DE 600 TERRAINS : Vers la levée de l'immunité de 2 députés FLN    Education: sit-in des enseignants et travailleurs de l'Unpef    Mustapha Berraf renonce à sa démission !    COUR D'ALGER : Le procès Ouyahia-Sellal à nouveau reporté    REMISE DES DECISIONS D'AFFECTATION AADL : Vers la convocation de 120 000 souscripteurs    Le parquet requiert des peines allant de 2 à 10 ans de prison    RENAULT ALGERIE FERME SES PORTES : Près de 1300 travailleurs au chômage technique    Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    L'inébranlable détermination des étudiants    Une médaille pour le hirak à Montréal    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    La Libye en tête des préoccupations    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Seddik Chihab conteste son exclusion    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dramaturgie en tamazight : lancement samedi du Prix national "Mohia d'Or"
Publié dans Algérie Presse Service le 05 - 12 - 2019

OUZOU- Le Prix national "Mohia d'or" de la meilleure dramaturgie en tamazight sera lancé samedi prochain à Tizi-Ouzou à l'occasion de l'hommage qui sera rendu au dramaturge Mohia Abdellah disparu en 2004, a-t-on annoncé jeudi dans un communiqué de la direction locale de la culture.
Parmi les objectifs assignés à cette compétition, outre mettre en relief l'œuvre de Mohia, la promotion de la pratique théâtrale et l'encouragement des jeunes à la création artistique en général et à l'écriture dramatique et la production théâtrale en particulier et la promotion de la langue amazighe, a-t-on indiqué de même source.
Le prix "Mohia d'or" a été instauré en 2014 au niveau local par la direction de la culture en collaboration avec l'Assemblée populaire de wilaya (APW) et le Théâtre régional Kateb Yacine, il a été institué prix national en 2018, par le ministère de la culture pour permettre "la promotion de la pratique théâtrale et l'encouragement des jeunes à la création artistique et à l'écriture dramatique en tamazight".
Le concours ouvert à tous les auteurs dramatiques en langue Tamazight au niveau national, et qui récompensera un seul texte dont les modalités sont définies par le règlement intérieur du concours que les participants peuvent retirer auprès des organisateurs.
A cet effet, il sera constitué une commission de lecture préalable pour la sélection des textes répondant aux conditions techniques et graphiques du texte et un jury constitué de dramaturges, metteurs en scène, scénographes et universitaires spécialisés dans la littérature la linguistique et le théâtre Amazigh pour le choix du lauréat du prix.
La date limite de dépôt des textes est, par ailleurs, fixée par les organisateurs pour le 27 Mars de chaque année consacrée journée internationale du théâtre alors que la cérémonie de remise du prix interviendrait dans le cadre des festivités prévues pour la célébration du printemps amazigh, coïncidant avec le 20 Avril.
Il est aussi souligné dans le règlement intérieur de ce prix doté d'une récompense financière de 500.000,00 DA pour le lauréat et une autre de 100.000 DA qui sera décerné en guise de soutien à l'écriture en tamazight, que "l'auteur de l'œuvre primé s'engage à céder l'exclusivité de son texte pour une durée de 05 années pour d'éventuelles exploitations théâtrales".
L'œuvre de Mohia, qui s'étale sur plus d'une trente années d'interprétation et de réflexions philosophiques, constitue l"un gisement littéraire inépuisable d'expression amazighe et une œuvre novatrice monumentale", a-t-on relevé dans le document de la direction de la culture.
Plus connu sous le nom de Mohand Ouyahia, Abdellah Mohya, né le 1er novembre 1954 à Azazga, effectua des études universitaires à Alger puis s'installa à Paris, dès les années 1970, où il rejoint le groupe d'études berbères et se consacra à la production théâtrale en tamazight et aussi à l'adaptation d'illustres auteurs.
Parmi ses adaptations les plus illustres, "Si Pertuff", adaptation de la pièce "Tartuffe" de Molière, "Muhend Ucaban" adaptation de "Le ressuscité" de Lu Sin, "Am win Yettrajun Rebbi", celle de la pièce de Bekett "En attendant Godot" ou encore "Thachvaylith" qui est celle de "La jarre" de Luigui Pirandello.
Il a été, également, l'auteur de textes poétiques interprétés par plusieurs chanteurs tels les groupes Ideflawen, Imazighen Imula, Matoub Lounès et tout récemment de jeunes artistes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.