Montpellier : Delort retourne le couteau dans la plaie du PSG    Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    Une délégation de l'APN prend part à la 14e session de l'APM à Athènes    Le ministère du Commerce disposé à apporter toute l'aide nécessaire aux éleveurs    Libye: le règlement de la crise est lié à l'engagement des parties libyennes    Presse électronique: nécessaire régularisation juridique pour mettre fin aux "ambiguïtés"    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 45 décès et 1494 blessés en une semaine    Mouvement de protestation du PNC: poursuite des perturbations des vols d'Air Algérie    OUVERTURE D'UN CONSULAT IVOIRIEN AU SAHARA OCCIDENTAL : L'Algérie dénonce une violation du droit international    RECUPERATION DES FONDS TRANSFERES VERS L'ETRANGER : Un dispositif sous tutelle du ministère de la Justice    LOGEMENTS AADL : Nasri ordonne la finalisation des projets programmés    LUTTE CONTRE LE COMMERCE INFORMEL DES OISEAUX PROTEGES : Vers l'installation d'une commission mixte à Oran    ORAN : Saisie de plus de 58 tonnes de tabac à chiquer    Ferhat Ait Ali charge les opérateurs de l'électroménager    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    L'an II de la révolution algérienne .Les mots du Hirak    Le procès de l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, reporté au 11 mars    Hausse des frais du visa aux consulats algériens    Les Sang et Or n'y arrivent plus    L'année du sacre du Chabab ?    Belhocini file en tête avec 10 buts    "C'est frustrant d'avoir perdu deux points face au PAC"    Le Targui    À tout jamais…    Un an d'assiduité au hirak    Poutine limoge l'un de ses conseillers emblématiques    La communauté indigène visée par un autre assassinat    Lancement prochain d'une opération de pêche préventive    Près de 1 900 morts, mais l'OMS se veut rassurante    Mandat d'arrêt contre 700 personnes pro-Gulen    ACTUCULT    Exposition géante sur la guerre d'Algérie dans l'Oise    Mouni Benkhodja expose le "Corpo" et ses tourments    L'engagement de Mouloud Feraoun durant la guerre en débat    Graeme Allwright : l'âme des «protest singers» en France    LFP/Sanctions : Cinq entraîneurs suspendus    Le Président Tebboune reçoit le Directeur du département Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale au FMI    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Tiaret: Des distributeurs automatiques hors service    Plus de 207 km de fibre optique réalisés en 2019    Amnesty Algérie: Le Hirak, une mobilisation «exceptionnelle»    Procès de Kaddour Chouicha à Oran: Verdict le 3 mars    En réaction à la «répression policière»: Les enseignants du primaire appellent à une action nationale    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Tebboune relence le débat sur lamémoire    "Je ne suis pas mort"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hirak : discuter pour être indiscutable
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 01 - 2020

Il y a d'abord ce malaise profond qui s'est emparé des élites et plus largement de la société protestataire : faut-il renvoyer, séance tenante et toutes affaires cessantes, l'ensemble des questions liées à la vie ordinaire et à l'activité nationale pour se consacrer entièrement au politique parce que la conjoncture en fait une priorité sans concurrent ? Les deux types de réponse, forcément antagoniques, introduisent des situations aussi, sinon plus embarrassantes encore. Il y a, d'un côté, ceux plus nombreux et sans doute plus légitimes du fait que leurs discours intègrent plus nettement et plus résolument les revendications du mouvement populaire. D'aucuns diront qu'ils sont dans le confort de ceux qui ont le privilège du beau rôle. Ils n'ont pas toujours raison, sinon le « débat » serait clos. Surtout pas quand ils sont dans le réflexe accusateur et ont l'oreille lourde. La propension à évacuer des préoccupations ordinaires sous prétexte qu'elles sont systématiquement et forcément portées par des forces mobilisées pour faire diversion et polluer les nobles combats révolutionnaires révèle parfois des péremptions contreproductives et quelques conclusions inexactes, quand elles ne sont pas injustes. Pour autant, les troupes en service commandé qui « grenouillent » le mouvement populaire avec le dessein de lui faire lâcher la proie pour l'ombre, ne sont pas une vue de l'esprit. Vieux clients du système toujours en quête d'acclimatation, professionnels de l'alignement en démonstration de disponibilité, aigris politiques incapables de se fondre dans la foule, opposants du dimanche surpris que « ça se passe sans eux », tout ce beau monde s'active à mettre son grain de sel qui les remettrait au-devant de la scène. Ils peuvent se revendiquer du « Hirak originel » qui aurait dévié de ses premiers objectifs, du « soutien critique » d'un mouvement populaire qu'ils suggèrent « avoir à l'œil » ou s'agiter au bout des ficelles « traditionnelles », ils sont nettement visibles et audibles. C'est en acceptant qu'il y ait une… vie en dehors du Hirak, en intégrant le fait que tout peut se discuter dans les rangs du mouvement et ses prolongements dans la société, que les « pollueurs » apparaîtront dans leurs oripeaux du jour. C'est aussi de cette façon que les hésitants sincères rejoindront les rangs d'un mouvement qui, quoi qu'on en dise, n'est pas à l'abri de tout. Bien sûr, les discussions ont déjà commencé. Peut-être pas de tout mais ça viendra, quand tout se fera à hauteur de la représentation que méritent la qualité et le volume du mouvement, ainsi que la grandeur de ses projections.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.