La réalisation de la seconde tranche de la pénétrante reliant Batna à l'autoroute Est-ouest autorisée    Campagne référendaire : voter "oui" pour éviter les dysfonctionnements antérieurs    Real Madrid: Zidane défend Isco    AGO de la FAF: plusieurs points seront débattus le 27 octobre à Alger    Accidents de la route: hausse sensible du nombre de blessés et de morts en une semaine    SADEG invite ses clients à régler leurs factures    Coronavirus : 252 nouveaux cas, 136 guérisons et 7 décès    Zones d'ombre à Tipasa : 60 nouveaux bus pour le transport scolaire    Cour d'Alger: report du procès en appel de l'affaire Mahieddine Tahkout au 28 octobre    NAHD : Leknaoui fait le point sur la préparation    Bouchachi apporte son soutien à Mohcine Belebbas    ‘'DEBUT 2021'' A CONSTANTINE : Mise en exploitation de l'extension de la ligne du tramway    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    RENTREE SCOLAIRE : Tebboune adresse ses vœux de réussite aux élèves    CHLEF : Démantèlement de deux réseaux de trafic de psychotropes    SIDI BEL ABBES : Sortie d'une promotion de 415 agents de rééducation pénitentiaire    HOPITAL DE TLEMCEN : Le service Covid-19 fermé pour travaux    PLF 2021: la Commission des finances de l'APN appelle à alléger la pression fiscale    Real : Encore 3 semaines d'absence pour Eden Hazard ?    MDN : 21 narcotrafiquants arrêtés et plus de 10 qx de kif traité saisis en une semaine    Porsche affiche des chiffres solides    La LFP rejette la demande d'annulation de la licence de Rooney    Dacia Spring Le «low cost» s'électrifie    L'autre révolution de Renault    Renvoi des procès de Yanis Adjlia et Dalil Yamouni    Précisions du P-DG Electro-Industrie d'Azazga    Washington prêt à des discussions avec Moscou    Fiat Chrysler investira 1,5 milliard de dollars au Canada    Vers le renforcement de la législation    3 morts et 6 blessés dans un accident de la route    "La langue maternelle est une langue naturelle que rien ne peut effacer"    Le Sila, vitrine du monde de l'édition en Algérie    "La formation pour élever le niveau de la chanson"    Après Black Lives Matter, les musées américains sortent du silence    Une romance méconnue entre Roosevelt et une princesse norvégienne    Sanjay Dutt, la star de Bollywood en détresse, confirme le diagnostic de cancer    Tissemsilt: Une exploration prochaine des capacités hydriques de la région    Djerad entame une visite de travail et d'inspection dans la wilaya de Batna    Industrie de l'électroménager et de l'électronique: Des milliers d'emplois menacés    Après l'achèvement des travaux d'extension de l'usine de Fleurus: Knauf reprend ses exportations    Un prix pour défier la faim    Si Ahmed nous a quittés    Football - Ligue 1: Un nouveau système en vue ?    Ligue des champions d'Europe: Le Real, Liverpool et City sur leurs gardes    SUSPICION    Professeur décapité en France: La confrérie alawyya condamne    Un scandale nommé Ali Haddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée
Union européenne
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 02 - 2020

De notre correspondante à Rome, Aïcha Abdesslem
Les responsables européens ont décidé d'abandonner l'humanitaire au profit du militaire. La mission Sophia n'a pas été reconduite et il ne sera donc plus question de sauver des vies en Méditerranée ,mais uniquement de traquer les ventes illégales d'armes à la Libye.
«L'Union européenne est maintenant engagée dans une mission navale, aérienne et même terrestre pour bloquer l'entrée des armes en Libye. Ce qui signifie permettre la stabilisation. Si les armes n'arrivent pas, les protagonistes ne vont pas se combattre», a précisé le chef de la diplomatie italienne, Luigi Di Maio, à l'issue du Conseil européen pour les affaires étrangères sur la Libye des 27 ministres des Affaires étrangères européens, qui s'est déroulé le 17 février courant.
Le haut représentant pour l'Union européenne, Josep Borell, avait annoncé, avant le début de la réunion, la «mort» de cette mission sans toutefois pronostiquer le consensus de tous les participants autour de cette décision. Chose inimaginable, jusqu'à il y a quelques mois. Il faut croire que le cynisme a gagné tous les gouvernements de l'UE qui a brisé le tabou du sauvetage des vies comme priorité, pour lui préférer le militaire et la sécurité.
Rappelons que la mission Eunavfor MED, plus simplement connue comme mission Sophia du nom d'une petite fille somalienne née sur un navire allemand en août 2015, a ,depuis sa création, permis des opérations en Méditerranée qui ont sauvé plus de 400 000 personnes, de saisir 303 embarcations dont se servaient les contrebandiers de réfugiés et d'arrêter 89 passeurs et trafiquants présumés par les autorités italiennes. Un demi-million de rescapés sauvés en moins de 5 ans.
Les prochains naufragés, qui ne manqueront pas de risquer leurs vies pour atteindre les côtes européennes, n'auront pas cette chance.
«On a mis sur pied une mission pour faire respecter l'embargo. La Mission Sophia n'existe plus», s'est voulu encore plus catégorique Di Maio.
La mise à mort de la mission humanitaire dont l'Italie avait le commandement, et dont le siège se trouvait à Rome, ne semble pas chagriner le chef de la diplomatie italienne, ancien allié du leader de la Ligue Matteo Salvini, qui était un ennemi juré de ce dispositif européen qui avait sauvé plusieurs vies en mer. Mais plus que De Maio, ce sont les responsables allemands et autrichiens qui ont toujours ramé à contre-courant dans le cadre de cette mission.
Et si le non-renouvellement de cette mission semble satisfaire tout le monde au sein de l'UE, il faudrait attendre pour voir par quel instrument elle sera remplacée et si les Européens seront capables de mettre en place, de manière conjointe et coordonnée, une autre stratégie militaire dans le but de contrôler l'embargo sur les armes à destination de la Libye. Du moins officiellement, vu que l'acheminement de matériel belliqueux vers le pays nord-africain n'a jamais cessé depuis la chute provoquée du régime de Guedafi.
Avant l'expiration officielle de la mission Sophia, le 20 mars prochain, le ministre autrichien des Affaires étrangères Alexander Schallenberg se veut clair : «Il faudrait une opération qui puisse faire effectivement ce qu'il faut : c'est-à-dire contrôler l'embargo sur les armes. On pourra alors discuter de tout mais pas à proximité des côtes libyennes. La Mission Sophia ne sera pas reconduite.»
Son homologue italien renchérit la dose : «La route tracée aujourd'hui à Bruxelles est la juste. La décision d'aller outre la Mission Sophia avec une nouvelle mission via terre, mer et ciel est un signal très fort qui contraste avec un scepticisme initial de certains pays vite démenti : le document final a été signé à l'unanimité. Et je suis très content de cela, vu que l'Italie a beaucoup fait pour réaliser ce pas.»
A. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.