Demande de levée de l'immunité à Mohcine Belabbas et Abdelkader Ouali    La colère de Zeghmati    Le procureur veut alourdir les peines pour Ouyahia et Eulmi    "Réunir la famille du FFS sous un même toit"    Louisa Hanoune pointe "une régression des libertés"    Ce qui est reproché à Noureddine Tounsi    Près de 1 270 000 bénéficiaires en 20 ans    L'Algérie exclut le retour aux licences d'importation    Les précisions de la direction de Batimetal    Quid des conteneurs des produits dangereux au port d'Oran ?    Incendie dans un bâtiment de Huawei    Deux militaires tués dans l'explosion de leur véhicule    Mandat d'arrêt contre 82 personnes prokurdes    Messi, prié de rester mais privé de sa garde rapprochée    Zelfani : "Je suis soulagé !"    La fille des Aurès    Les non-dits    Démantèlement d'un réseau spécialisé dans le vol de véhicules    Les spécialistes plaident pour des décisions prudentes    Affichage des listes des bénéficiaires    «Pas d'inquiétude, vos enfants seront bien accueillis»    Les bavettes non distribuées dans les campus    Les paramédicaux face à la sourde oreille de la DSP de Bouira    Le musée des beaux-arts d'Alger rouvre ses portes aux visiteurs    Une association française demande la reconnaissance du crime par l'Etat    Plus loin avec Hamdi Benani... la muse... !    Quid des arts et de la culture ?    JSMB : La saignée a commencé    AGEx de la SSPA/USM el Harrach : Retrait de confiance à Laïb acté aujourd'hui    Tizi Ouzou : Les souscripteurs AADL maintiennent la pression    Oussama Sahnoune, nageur International : «Je vise la finale olympique à Tokyo»    Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois : «J'ai un peu improvisé avec Sabrina Ouazani»    «C'était un bonheur que de camper le rôle du frère Luc, un philanthrope universel...»    Malek Souagui. Poète : «L'écrivain dans la société est celui qui contribue à créer une transmission»    Marchandise à caractère commercial: Plus de 900 smartphones saisis à l'intérieur d'un car-ferry    Tiaret: 20 jeunes chômeurs en formation en entrepreneuriat    Bouira - Algérie Télécom : forum sur les nouvelles technologies numériques    Mascara: Le stade de l'Unité Africaine fait peau neuve    Importation: Pas de retour aux licences    Un mort et six blessés dans deux accidents de la route    LES FAUSSES INTIMITES DANS UN MONDE NU    M6, La petite chaîne qui «mente» !    Le président et le vice-président de transition du Mali ont prêté serment    Zimbabwe appelle l'ONU à redoubler d'efforts pour mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel par les plaidoiries de la défense    Participation de l'ANP au maintien de la paix : une évolution dictée par le contexte géopolitique    Belhimer: le débat sur la Constitution dénote la conscience du peuple qui suit de près le sujet    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avec la série Hunters, la chasse aux nazis prend des accents «comics»
ETATS-UNIS
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 02 - 2020

Un groupe de chasseurs de nazis, mené par Al Pacino, dans une série truffée de références aux comics et aux super-héros : Hunters, nouvelle production d'Amazon Prime, bouscule les représentations de la Shoah au risque d'en déranger certains.
Après Jojo Rabbit de Taika Waititi, comédie sur l'Allemagne nazie tout juste oscarisée (meilleur scénario adapté), Hunters, diffusée à partir de vendredi, confirme l'ambition d'auteurs-scénaristes de tenter de parler différemment de cette terrible page de l'Histoire.
Le créateur de la série, David Weil, dit s'être nourri des histoires de sa grand-mère, rescapée des camps de concentration, et revendique le mélange des genres. «On était tous curieux de voir comment ça allait cohabiter», a confié l'acteur Josh Radnor, un des «chasseurs» de nazis, lors de son passage à Paris. «On a, tout le temps, réfléchi au ton.» A rebours de mini-séries historiques comme Holocauste (1978) avec Meryl Streep ou du film La vie est belle (1998) de Roberto Benigni, fable récompensée à Cannes puis triplement oscarisée, Hunters puise son inspiration directement dans les comics, l'univers Marvel et celui de DC Comics, et lorgne du côté de Tarantino version Inglourious Basterds (2009).
La série est, en outre, produite par le nouveau roi de l'horreur, Jordan Peele, le réalisateur de Get out.
Dans Hunters, Al Pacino incarne Meyer Offerman, un riche New-Yorkais, rescapé d'Auschwitz, à la tête du gang de chasseurs et que l'on compare successivement à Bruce Wayne, alias Batman, ou au Professeur X, le chef des X-Men.
Autour de ce Simon Wiesenthal à la sauce comics, gravitent une nonne, un couple âgé, une jeune femme noire sortie d'un film de «blaxploitation» (films américains des années 70 valorisant les Afro-Américains), un homme asiatique et un acteur au placard. «Chacun de ces personnages fait partie d'une minorité ou de gens qui n'ont pas voix au chapitre. Chacun a des raisons personnelles de participer à cette chasse», souligne Josh Radnor. On y trouve une jeune recrue : Jonah (Logan Lerman, vue dans Percy Jackson), dont la grand-mère, elle-même rescapée des camps, vient d'être assassinée à son domicile à New York.
Ce meurtre, en plein été 1977, est le point de départ de la série qui met en évidence la présence d'anciens dirigeants nazis vivant sous couverture aux Etats-Unis, et l'émergence d'une nouvelle génération préparant le quatrième Reich. Face à l'inaction des autorités, cette équipe éclectique décide d'agir dans l'ombre, via des règlements de comptes sanguinolents ou faisant lourdement référence aux méthodes nazies (une ancienne chimiste est ainsi gazée, sous sa douche).
La série, «inspirée de faits réels», fait également des retours entre passé et présent, avec des flash-back à Auschwitz ou dans le ghetto juif, soulignant à gros trait la barbarie nazie et l'héroïsme des déportés. D'où une scène avec des musiciens juifs jouant Hava Naguila à l'entrée du camp, dont on vient de commémorer les 75 ans de sa libération. Ou une scène d'échecs, grandeur nature, avec des déportés faisant office de pions.
«Je n'ai pas fait de recherche sur la Shoah, c'est un sujet que je connaissais bien, j'avais plutôt envie de me fondre dans l'époque (les années 70, ndlr)», a souligné Josh Radnor, lui-même d'origine juive et revendiquant l'humour très noir de la série. «L'humour, c'est ce qui nous maintient même dans les situations les plus catastrophiques», a-t-il souligné, souhaitant que la série de dix épisodes soit prolongée. Et «cet humour noir qui parle de la mort, c'est quelque chose que je connais bien et dans lequel les Juifs sont plutôt bons».
Un mélange des genres qui a attiré Al Pacino, dont c'est la première participation, à proprement parler, à une série (sur une plateforme de Svod). L'acteur du Parrain et, plus récemment, de The Irishman (sur Netflix) s'était toutefois déjà illustré à la télévision dans Angels in America (2003), mini-série sur les années sida, adaptée de la pièce de théâtre du même nom.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.