Covid-19 : Rapatriement des Algériens bloqués en Turquie dans deux ou trois jours    Président Tebboune : l'Algérie a été la première à prendre les mesures contre le coronavirus    Coronavirus: Une aide de 130 millions USD proposée à l'Algérie par la BM et le FMI    Les médecins cubains très sollicités face au coronavirus    L'armée se tient prête pour une"éventuelle intervention"    Ouverture d'un compte courant postal de solidarité pour les dons    L'Algérie face à un casse-tête    Des sanctions prévues…    9 nouveaux décès et 132 cas supplémentaires    Griezmann interrogé sur la polémique Benzema/Giroud    L'infrangible lien…    Le Président de la République s'entretient par téléphone avec son homologue turc    Les feuilles de l'automne    COVID-19 : Ouverture d'un CCP de solidarité pour les dons    UNIVERSITE DES SCIENCES ET TECHNOLOGIES D'ALGER : Reprise des cours le 5 avril via une plateforme numérique    COVID-19 EN ALGERIE : 716 cas confirmés et 44 décès    Une décharge doit être signée avant l'application de la chloroquine !    Aïcha Zinaï claque la porte du CNDH    Propagation du covid19-ANP: des instructions sur les dispositions préventives    Un navire battant pavillon des Iles Marshall impliqué dans le pillage des richesses sahraouies    Ligue 1: le joueur a besoin d'au moins trois semaines pour reprendre la compétition    Sahara Occidental: 139.000 t de poissons congelés exportés illégalement par le Maroc en 2019    Lancement des premières journées virtuelles du court métrage    Coronavirus: Feghouli fait un don pour un hôpital d'Istanbul    Le report des jeux méditerranéens d'Oran officialisé    Pétrole: le prix du Brent en hausse grâce à la reprise de la demande chinoise    Vers une contribution financière et matérielle de la FAF    "L'état de santé de Karim Tabbou s'améliore"    Le gouvernement parie sur la solidarité    Déclaration    TV-6 de l'EPTV récupère des journalistes de Dzair TV    Une exposition virtuelle en temps de confinement    Une ode aux victimes de la décennie noire    Un bébé succombe au Covid-19 aux Etats-Unis    L'Italie espère de bonnes nouvelles la semaine prochaine    En difficulté: Les entreprises demandent l'aide de l'Etat    Bouira: Livraison de 4.900 quintaux de blé aux minoteries    A L'OMBRE DES MURS    LFP - Arrêt des compétitions: De redoutables conséquences pour les clubs    GMS Mercedes-Benz à l'arrêt    Hyundai GMI Al Djazair fermé temporairement    Zoubida Assoul parle de l'état de santé de Tabbou et Nekkaz    Covid-19 : Contribution financière du groupe parlementaire RND au Conseil de la Nation pour endiguer la pandémie    Covid-19 : un lot de 10.000 livres remis aux résidants des hôtels de confinement    N'ASSUME SES MISSIONS Aïcha Zinaï claque la porte du cndh    Musique- Bob Dylan : Sortie d'une nouvelle chanson    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avec la série Hunters, la chasse aux nazis prend des accents «comics»
ETATS-UNIS
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 02 - 2020

Un groupe de chasseurs de nazis, mené par Al Pacino, dans une série truffée de références aux comics et aux super-héros : Hunters, nouvelle production d'Amazon Prime, bouscule les représentations de la Shoah au risque d'en déranger certains.
Après Jojo Rabbit de Taika Waititi, comédie sur l'Allemagne nazie tout juste oscarisée (meilleur scénario adapté), Hunters, diffusée à partir de vendredi, confirme l'ambition d'auteurs-scénaristes de tenter de parler différemment de cette terrible page de l'Histoire.
Le créateur de la série, David Weil, dit s'être nourri des histoires de sa grand-mère, rescapée des camps de concentration, et revendique le mélange des genres. «On était tous curieux de voir comment ça allait cohabiter», a confié l'acteur Josh Radnor, un des «chasseurs» de nazis, lors de son passage à Paris. «On a, tout le temps, réfléchi au ton.» A rebours de mini-séries historiques comme Holocauste (1978) avec Meryl Streep ou du film La vie est belle (1998) de Roberto Benigni, fable récompensée à Cannes puis triplement oscarisée, Hunters puise son inspiration directement dans les comics, l'univers Marvel et celui de DC Comics, et lorgne du côté de Tarantino version Inglourious Basterds (2009).
La série est, en outre, produite par le nouveau roi de l'horreur, Jordan Peele, le réalisateur de Get out.
Dans Hunters, Al Pacino incarne Meyer Offerman, un riche New-Yorkais, rescapé d'Auschwitz, à la tête du gang de chasseurs et que l'on compare successivement à Bruce Wayne, alias Batman, ou au Professeur X, le chef des X-Men.
Autour de ce Simon Wiesenthal à la sauce comics, gravitent une nonne, un couple âgé, une jeune femme noire sortie d'un film de «blaxploitation» (films américains des années 70 valorisant les Afro-Américains), un homme asiatique et un acteur au placard. «Chacun de ces personnages fait partie d'une minorité ou de gens qui n'ont pas voix au chapitre. Chacun a des raisons personnelles de participer à cette chasse», souligne Josh Radnor. On y trouve une jeune recrue : Jonah (Logan Lerman, vue dans Percy Jackson), dont la grand-mère, elle-même rescapée des camps, vient d'être assassinée à son domicile à New York.
Ce meurtre, en plein été 1977, est le point de départ de la série qui met en évidence la présence d'anciens dirigeants nazis vivant sous couverture aux Etats-Unis, et l'émergence d'une nouvelle génération préparant le quatrième Reich. Face à l'inaction des autorités, cette équipe éclectique décide d'agir dans l'ombre, via des règlements de comptes sanguinolents ou faisant lourdement référence aux méthodes nazies (une ancienne chimiste est ainsi gazée, sous sa douche).
La série, «inspirée de faits réels», fait également des retours entre passé et présent, avec des flash-back à Auschwitz ou dans le ghetto juif, soulignant à gros trait la barbarie nazie et l'héroïsme des déportés. D'où une scène avec des musiciens juifs jouant Hava Naguila à l'entrée du camp, dont on vient de commémorer les 75 ans de sa libération. Ou une scène d'échecs, grandeur nature, avec des déportés faisant office de pions.
«Je n'ai pas fait de recherche sur la Shoah, c'est un sujet que je connaissais bien, j'avais plutôt envie de me fondre dans l'époque (les années 70, ndlr)», a souligné Josh Radnor, lui-même d'origine juive et revendiquant l'humour très noir de la série. «L'humour, c'est ce qui nous maintient même dans les situations les plus catastrophiques», a-t-il souligné, souhaitant que la série de dix épisodes soit prolongée. Et «cet humour noir qui parle de la mort, c'est quelque chose que je connais bien et dans lequel les Juifs sont plutôt bons».
Un mélange des genres qui a attiré Al Pacino, dont c'est la première participation, à proprement parler, à une série (sur une plateforme de Svod). L'acteur du Parrain et, plus récemment, de The Irishman (sur Netflix) s'était toutefois déjà illustré à la télévision dans Angels in America (2003), mini-série sur les années sida, adaptée de la pièce de théâtre du même nom.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.