Rapatriement de 740 ressortissants algériens bloqués en Turquie    Extension du confinement partiel à toutes les wilaya et rallongement des horaires pour neuf autres wilayas à compter de dimanche    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le président Tebboune interdit les cadeaux entre responsables de l'Etat    ORAN : Deux secteurs seulement pourvoyeurs d'emplois    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    Coronavirus : la Cnep-Banque prend de nouvelles mesures    MOSTAGANEM : L'Association Salsabil intensifie ses actions envers les établissements de santé    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    La chute de la maison Bouteflika    80 nouveaux cas confirmés et 25 nouveaux décès en Algérie    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    JM d'Oran: vers l'organisation d'un maximum de manifestations sportives pour tester les infrastructures    Covid-19: des aides financières au profit des artistes dont les activités sont suspendues    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    L'Unep mobilise les entreprises publiques    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    Premier prototype de respirateur artificiel 100% algérien    Douanes : entrée en vigueur des mesures exceptionnelles    Boudouaou : Distribution défaillante du lait en sachet    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Wilaya de Tizi Ouzou : Les actions citoyennes solidaires se multiplient    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les «gilets jaunes» s'invitent à la Berlinale
Avec le film français Effacer l'historique
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 02 - 2020

Le mouvement des «gilets jaunes» s'est invité lundi en mode comique à la Berlinale, avec Effacer l'historique du duo français Kerven-Delépine, sur trois anti-héros partis en guerre contre les géants du numérique.
A l'écran d'abord, avec l'histoire de trois voisins qui se sont rencontrés deux ans plus tôt sur un rond-point, un des lieux de mobilisation du mouvement social, et en conférence de presse où l'actrice Corinne Masiero arborait fièrement un tricot jaune sans manches. Un clin d'œil assumé à l'objet devenu le symbole du mouvement né en novembre 2018, sur fond de hausse des prix du carburant.
«Je pense qu'on est tous des gilets jaunes, à un moment on se rend compte qu'il faut ouvrir sa gueule. Ici, ailleurs, en Europe. Et ça bouge», a lancé l'actrice connue pour son franc-parler et ses engagements à gauche.
Le sujet du film, c'est «le rouleur-compresseur de la société actuelle», a renchéri Benoît Delépine, un des deux réalisateurs. Jusqu'ici, le cinéma ne s'était pas vraiment emparé du sujet : hormis un documentaire (J'veux du soleil en 2019 du député insoumis François Ruffin) et un projet du vétéran de la Nouvelle vague, Jean-Luc Godard, les «gilets jaunes» n'avaient pas encore eu le droit à leur film. C'est chose faite avec le duo formé par Benoît Delépine et Gustave Kerven, cinéastes insolents et contestataires (Louise Michel, Mammuth pour lequel ils étaient déjà venus à la Berlinale en 2010). Pour leur dixième long métrage, en lice pour l'Ours d'or, ils ont réuni à l'écran l'humoriste Blanche Gardin, en mère de famille victime d'un chantage à la sextape, Denis Podalydès en veuf surendetté et Corinne Masiero en chauffeur de VTC désespérant de sa note professionnelle.
Ecrasés par leurs problèmes d'argent, ces trois voisins passent leur temps sur leurs portables à tenter de revendre des objets, à répondre aux sollicitations de démarcheurs appelant du bout du monde, à comparer les tarifs des mutuelles ou à appeler des numéros verts surtaxés. Jusqu'au moment où ils décident de ne plus subir et de s'en prendre directement aux géants du numérique, avec le personnage de Blanche Gardin s'envolant pour la Californie tenter de récupérer sa sextape.
«On est réellement handicapé par le numérique», confesse Benoît Delépine, pour expliquer la naissance du projet. Avec son compère, il s'est appuyé sur notre rapport au monde numérique pour brosser un tableau très actuel, entre ubérisation du travail, exploitation des données personnelles, développement de l'intelligence artificielle... Avec beaucoup d'absurde et de dérision. «On a pu croire que le thème de la vie privée est minime par rapport à d'autres problèmes plus importants, mais il est représentatif d'un cercle vicieux dans lequel on tombe. Les Gafa sont d'immenses sociétés qui contrôlent le monde et ne paient pas d'impôts», soulève Gustave Kerven. Evoquant une époque où les «individus sont forcés de donner en pâture leur vie privée au monde entier», l'humoriste Blanche Gardin met en évidence la difficulté de ne pas «faire de vagues» car «personne n'est irréprochable». «J'ai eu un sentiment de compassion» pour mon personnage, dit-elle. La question de la protection de la vie privée s'est invitée récemment dans la campagne des municipales pour la ville de Paris, avec le candidat de la majorité qui a renoncé, à un mois du premier tour, après la diffusion d'une vidéo à caractère sexuel.
«Le fait que les outils technologiques soient aussi ludiques fait qu'il y a eu un changement anthropologique», estime l'humoriste, à l'affiche depuis le début de l'année de deux films parlant du monde numérique (Selfie et îJeSuisLa). «Aujourd'hui, on porte tous des caméras de surveillance, on est devenu les instruments de contrôle de tout le monde.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.