Le Président Tebboune adresse ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'avènement du mois de Ramadhan    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupations marocaines    L'investissement agricole et agroalimentaire, levier de la croissance économique nationale    Ramadhan: Echange de vœux entre le Président Tebboune et son homologue égyptien    Bayern Munich: Müller annonce de la prudence    Borussia Dortmund: Raiola n'est pas forcément d'accord avec le BVB dans le dossier Håland    Sétif: saisie de plus de 10 millions d'euros en faux billets    Education : La grève des enseignants largement suivie, selon le CNAPESTE    Coronavirus: 129 nouveaux cas, 104 guérisons et 4 décès    Lutte contre les répercussions de la Covid-19: les agriculteurs algériens ont été à la hauteur du défi    Baouche reste    Crise à la laiterie de Tizi    Des députés français réclament la publication des données sur les déchets nucléaires enterrés en Algérie    Le procès d'Abou Dahdah reporté au 9 mai    Soufiane Djillali ne sera pas candidat    Incident sur le site nucléaire    La CAF «va voir»    290 millions DA dépensés depuis août dernier    Benzema et Zidane domptent le Barça et propulsent le Real Madrid vers le sommet    Processus de réconciliation nationale    Les filiales de Sonelgaz en première ligne    Réunion de travail en présence des imams    La Coquette se prépare pour la saison estivale    Saisie de 200 comprimés psychotropes et arrestation d'un dangereux malfaiteur    Actuculte    Le rapport à l'écriture littéraire présenté par des auteurs algériens    C'est la frénésie !    4 morts et 7 blessés dénombrés    Arezki Hadj Saïd, nouvel inspecteur général des services de police    Et si c'était du schiste ?    Fractures et manœuvres répugnantes    Ibn Sina et Haï El Badr: Relogement de 102 familles à Belgaïd    Appel des étudiants algériens en Russie    Tlemcen: Le mouvement associatif encensé    Les monarchies et les bibelots comme dieux    Voici venir le Ramadhan...    Elle élira domicile à l'espace «Evasion» de l'hôtel Liberté: Une Académie internationale de musique bientôt à Oran    Aboul-Gheit en visite pour discuter des développements régionaux    Une tactique droit dans le mur    L'état doit frapper fort    Le Cnese réactive la Cellule d'équité    Hamdi menace de jeter l'éponge    Deux ministres sur le gril    Le piège de la mémoire    «Personne ne peut porter atteinte à l'unité nationale»    Un roman sur la réalité fabriquée    Abdelaziz Belaid: "nécéssaire cohésion de toutes les franges de la société    Paris réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Personnalités et activistes invitent à une pause du Hirak
EN RAISON DE L'EPIDEMIE DU CORONAVIRUS
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 03 - 2020

Les appels à une pause ou à un arrêt temporaire des manifestations des vendredis et mardis du mouvement populaire, le temps que l'épidémie de coronavirus soit maîtrisée et endiguée, se multiplient.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - L'idée de mettre entre parenthèses les manifestations populaires hebdomadaires, le temps de maîtriser l'épidémie du coronavirus, fait son bonhomme de chemin et enregistre, chaque jour, un peu plus d'adeptes et de partisans. Une épidémie dont le bilan était, avant-hier soir, à 54 cas de personnes infectées par le Covid-19, dont quatre décès.
«Faire prévaloir et prioriser la santé des Algériens est de la responsabilité de tous », a, en effet, écrit sur sa page Facebook Mohcine Belabbas, un des rares chefs de partis à n'avoir raté aucun des 56 épisodes du mouvement populaire en cours dans le pays depuis plus d'une année. Et cette idée de suspension momentanée des manifestations fait tache d'huile parmi les activistes du Hirak qui soutiennent qu'il faut désormais «prendre au sérieux la menace», «cette situation d'urgence sanitaire » et ainsi éviter au pays une «catastrophe sanitaire». Une idée que fait sienne également Saïd Salhi pour qui «l'appel à la suspension des manifestations peut être une initiative révolutionnaire. Au lieu de l'appel à remplir les rues, le Hirak peut demander de les vider et lancer une campagne nationale d'auto-organisation et de sensibilisation ». Le vice-président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (Laddh) explique «ne pas être de ceux qui vont faire de la surenchère sur une question de santé publique et de sécurité nationale, la santé et la vie de nos concitoyens n'ont pas de prix. Oui, il faut prendre au sérieux la menace du corona. Mais encore une fois, la première responsabilité incombe au pouvoir qui se doit de mobiliser le pays, tout le pays dans la sérénité et la solidarité, mettre en place un plan national de prévention, de lutte contre le corona, un plan qui ne concerne pas seulement le Hirak, mais tous les aspects de la vie de tous les jours, tous les espaces publics (marchés, transports, lieux de culte, cafés, places publiques…) ».
Le chercheur algérien Noureddine Melikchi se met de la partie en invitant les Algériens à surseoir à sortir dans les rues. « Mes convictions sur les mérites du Hirak demeurent les mêmes , mais compte tenu de la nature hautement contagieuse de Covid-19, j'exhorte mes compatriotes à suspendre temporairement le mouvement et éviter les foules. Cela n'isolera pas de manière permanente les gens de Covid-19, mais ralentira sa propagation », affirme ce célèbre physicien atomique algérien exerçant à l'agence spatiale américaine Nasa.
Aussi, l'ancien ministre de la Communication et ex-ambassadeur Abdelaziz Rahabi se joint à cet appel. « L'Algérie connaît une situation d'urgence sanitaire imposée par la dangerosité du coronavirus, la précarité de notre système de santé et le non-suivi des mesures préventives nécessaires qu'on observe dans les autres pays. La suspension temporaire des manifestations s'impose comme un devoir national pour préserver la santé publique, et ne constitue nullement une atteinte au droit du citoyen à se déplacer et à manifester pacifiquement pour porter ses revendications légitimes de justice et de liberté, dans des conditions sanitaires sûres», explique-t-il dans un post sur sa page Facebook. «Le Hirak veut une vie meilleure pour les Algériens. La vie meilleure impose aujourd'hui la suspension momentanée du Hirak et la prise de mesures de prévention pour préserver la vie des gens. Le pouvoir est aussi appelé à prendre des mesures préventives, à libérer les détenus du Hirak et à cesser de les harceler », écrit, de son côté, le journaliste Hafid Derradji.
Estimant, pour sa part, que dans le cas de l'Algérie, la pandémie de coronavirus doit interroger davantage les consciences eu égard à l'état de délabrement de nos structures sanitaires et l'irresponsabilité des gouvernants, Djamal Zenati invite le peuple algérien à «ne compter que sur lui-même», en inventant, grâce à son inventivité et son esprit de combativité, les mécanismes et en adoptant les attitudes susceptibles de faire face aux effets potentiellement dévastateurs du coronavirus». Il appelle à «concilier protection et protestation et non les opposer», pour faire échec à ceux tentés «qui pour briser l'élan révolutionnaire, qui pour le pervertir ou l'entraîner dans les voies incertaines».
Dans une déclaration rendue publique, avant-hier dimanche, le Collectif des enseignants et des ATS de l'Université de Béjaïa a décidé de suspendre sa participation à la marche du mardi et appelle la société civile à faire de même pour les marches du vendredi. Comme proposition d'alternatives aux marches, le Collectif des enseignants et ATS «invite les citoyens du Hirak à poursuivre la révolution sous les formes qu'ils jugeraient opportunes : grèves générales, slogans scandés sur les balcons chaque soir…
Les réseaux sociaux et tous les moyens de communication doivent être utilisés pour maintenir notre mobilisation, innover dans nos actions, dénoncer toute tentative d'arrestation ou d'intimidation éventuelle, revendiquer continuellement l'arrêt de la répression et de la torture et la libération immédiate et inconditionnelle de tous les détenus d'opinion». «En révolution, la raison prime sur la passion. Pour vivre libre, il faut être vivant», écrit, pour sa part, l'ancien président du RCD, Saïd Sadi.
«Sincèrement, il faut préconiser l'arrêt des marches et éviter un désastre sanitaire. Il faut lancer un appel à la population de cesser tout rassemblement tant que le mortel coronavirus se propage. Il en va de la santé de tous. Il faut être responsable et clair», écrit une internaute sur Facebook. «Nous serons utiles à la révolution, vivants et en bonne santé. Moi je vote pour la trêve semaine après semaine», propose un autre.
«Préserver la santé des Algériens et sauvegarder la force unitaire du Hirak. Voilà le défi de l'intelligence collective du peuple algérien», estime, pour sa part, un internaute, quand un autre invite à «prendre conscience et à faire preuve d'intelligence devant la gravité de la situation en préconisant une trêve qui s'impose».
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.