Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Le projet de loi en débat au gouvernement    "Je demande pardon au peuple algérien"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Il faut appliquer la loi sans état d'âme»
COVID-19 : LE Dr BEKKAT BERKANI TIRE LA SONNETTE D'ALARME :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 06 - 2020

L'échec cuisant des campagnes de sensibilisation laisse peu de parades aux membres du Comité scientifique face à la recrudescence de l'épidémie de coronavirus. Le tout confinement n'étant plus à l'ordre du jour, seule la force de la loi est en mesure de venir à bout des comportements irresponsables des plus réfractaires, selon le Dr Bekkat Berkani. Le membre du Comité scientifique de suivi du Covid-19 est formel : la loi doit désormais être appliquée sans état d'âme.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Au moment où une grande majorité de structures hospitalières enregistrent un début de saturation, devant l'afflux de patients contaminés au Covid-19, des pans entiers de la société s'installent dans un incroyable déni. Une « inconscience collective » déplore le Dr Bekkat Berkani, membre du Comité scientifique de suivi de l'épidémie de Covid-19.
Chargé d'imaginer des stratégies de riposte, les membres dudit comité disposent de peu de parades face à cette situation. À ce stade, l'option du confinement semble d'ores et déjà dépassée. Seule possibilité évoquée : imposer plus de restrictions aux régions les plus touchées.
Les mesures visant à restreindre la circulation des individus à des heures précises ont montré leurs limites. Que reste-t-il donc à faire ? Le Dr Bekkat Berkani est formel : « En attendant le vaccin, la seule issue, ce sont les mesures barrières .» S'il plaide pour la poursuite des campagnes de sensibilisation en direction du large public, le président de l'Ordre des médecins estime que l'heure est à « l'application stricte » de la loi. Il considère que le décret instituant l'obligation du port du masque ne souffre aucune ambiguïté. Il suffit, dit-il, de veiller à son application. Pour lui, la loi doit être appliquée sans état d'âme pour obliger les moins enclins à respecter les règles sanitaires à le faire. « Nous sommes en situation d'urgence sanitaire, et à ce stade, les libertés de l'individu sont abolies. Mettre en danger la santé d'autrui est un délit », tranche-t-il , appelant les autorités concernées à faire appliquer la loi, estimant que « si tout le monde adoptait ce geste de manière stricte, au bout de dix à quinze jours, il nous serait possible de sortir de cette situation et dépasser la crise ».
Le décret exécutif datant du mois de mai dernier stipule dans son article 13 que « toute administration, établissement recevant le public, ainsi que toute personne assurant une activité de commerce ou de prestation de services, sous quelque forme que ce soit, sont tenus d'observer et de faire respecter l'obligation du port de masque de protection, par tous moyens, y compris en faisant appel à la force publique ». Il précise que « tous les agents publics habilités sont tenus de veiller au strict respect de l'obligation du port de masque de protection », ajoutant que « les personnes enfreignant les mesures de confinement, de port du masque de protection, des règles de distanciation et de prévention et les dispositions du présent décret sont passibles de peines prévues par le code pénal ».
Des amendes et un emprisonnement de un à trois jours sont en effet prévus mais jusqu'à maintenant, les agents de l'ordre s'étaient contentés de verbaliser les automobilistes conduisant sans bavette, alors que les personnes adoptant des comportements à risque dans les transports ou sur la voie publique ne sont pas du tout inquiétées.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.