Accidents de la circulation et noyades: 15 décès en 48 heures    La réponse de l'UGTA au député    Presse vs pouvoir : une suspicion réciproque    Les ambitions de l'Eniem    «Une audience, Monsieur le Ministre, juste une audience !»    Pékin accuse les USA de «diaboliser» ses instituts Confucius    Trump croit à la théorie sur l'inéligibilité supposée de Kamala Harris    Crash d'un avion dans le Sud-Kivu    Installation du président et du procureur général de la cour    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration de Yellel    Si ! Si ! Les loups peuvent se dévorer entre eux !    Un nouvel ouvrage met à nu les pratiques sournoises du Maroc en Amérique latine contre la RASD    Sans touristes étrangers, la fréquentation de Versailles «s'écroule»    FLN: L'accord de "normalisation" entre les EAU et Israël, un coup dans le dos de la cause palestinienne    14 morts et 5 blessés dans une attaque dans le Centre    100 ans de la Bataille de Varsovie    L'indépendance de l'enquête remise en cause    Benkhelifa et Bouchina très sollicités    Le recrutement de Guendouz "en bonne voie"    Amrane, nouvelle recrue    L'AIE pessimiste pour 2020 et 2021    Les représentants des retraités de l'ANP invités au MDN    Ouverture de la saison estivale à Aïn Témouchent    Arrestation d'un promoteur immobilier à Oran    Reprise des cours le 1er septembre prochain    L'Union européenne se dit "préoccupée"    La direction du RCD chez Tabbou    Un Etat à décongestionner    Une Algérienne met dehors ses parents au Canada    Le baiser de Mahrez et le séisme de Mila et de Tipasa    Attar l'estime nécessaire pour combler les besoins intérieurs : Le débat sur l'exploitation du gaz de schiste relancé    Tlemcen : Coupures répétées de courant    Rififi chez le Doyen    Attia en pole position    FC Nantes : Abeid testé positif au coronavirus    La casbah au-delà du Mythe, la vie : Dar Soltane en travaux, suivez le guide    Mustapha Hadni. petit-neveu de Lechani Mohand Saïd : «Lechani était de tous les combats d'émancipation des Algériens»    Entré en service: La wilaya attend beaucoup du 5e boulevard périphérique    Deux blessés dans un accident de la route    Agressions, trafic de drogue et le reste    Football amateur: Quelle issue pour les groupes DNA ?    CA Bordj Bou-Arréridj: Les supporters montent au créneau    Tiaret: Les nouveaux président de cour et procureur général installés    Signaux d'alarme    Être «Président» !    UNE DIVISION CERTIFIEE    80 logements LPA de Bir El-Djir: Le bout du tunnel !    El-Bayadh: Le doyen des facteurs n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»
Selon le président du CNES :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 07 - 2020

C'est le président du Cnes Rédha Tir, qui l'affirme. L'économie nationale rencontre des difficultés et a besoin de réformes structurelles. Néanmoins, la situation économique est loin de l'«effondrement». L'économie algérienne de demain repose sur plusieurs piliers fondamentaux, à savoir la création d'entreprises, assurer la stabilité de l'emploi et le repositionnement des industries stratégiques.
Abdelhalim Benyellès – Alger (Le Soir) - C'est en ces termes que le président du Conseil national économique et social (CNES), Rédha Tir, s'est exprimé, hier lundi, sur les ondes de la Radio nationale.
Le président de l'institution consultative dans les domaines économique et social insiste sur le rôle du Conseil de la concurrence et le retour à la voie de l'industrialisation, conformément aux normes internationales.
Et, insistant sur la mission de cette autorité administrative sous tutelle du ministère du commerce, il dira que le conseil de la concurrence permet de mettre fin aux monopoles, d'alléger les dépenses publiques, de réduire le coût des produits, l'amélioration de la qualité et de créer un climat de concurrence.
Dans le même sillage, le président du Cnes déclare qu'un travail a été entrepris au cours de la période de confinement dans le cadre de l'application des réformes structurelles de l'économie nationale ,en coordination avec le gouvernement et, particulièrement avec le ministère du Commerce, au cours duquel une étude sur l'application du système statistique et sur la transition énergétique a été dégagée.
Dans ce contexte, il fait savoir que l'Algérie a enregistré un retard dans le domaine de la numérisation de l'administration durant ces 20 dernières années.
Et pour cela, Rédha Tir annonce que le Cnes est en phase de la numérisation de son administration pour une durée qui ne dépasse pas les trois (03) mois. Ceci représentera, selon lui, un modèle à suivre pour toutes autres administrations, dans un contexte où l'Algérie est appelée à améliorer son image de marque en tant que pôle d'investissement «prometteur».
Et de rappeler enfin, que «l'Algérie ne souffre pas de manque de ressources, ni de moyens», mais elle est appelée à mettre en place des «mécanismes de gestion et de bonne gouvernance grâce à l'instauration du système de numérisation».
Ce qui explique, selon lui, que «l'Algérie dispose encore d'une marge de manœuvre pour la réalisation du décollage économique, sans pour autant avoir recours à l'endettement extérieur».
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.