Installation du président et du procureur général de la cour de Sétif    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    BEM-BAC: un processus de conception, d'élaboration et d'impression des sujets    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La traque d'un "sulfureux" général    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Tebboune accuse !    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bekkat Berkani avertit contre une situation incontrôlable
Progression de la pandémie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 07 - 2020

La lutte contre le Covid-19 est une guerre qui concerne toutes les parties. Il faut déterminer les responsabilités de chacun, surtout au niveau local, parce que c'est là où les recommandations de l'Etat n'ont pas été respectées à la lettre. On assiste à un certain nombre de dysfonctionnements, au moment où notre système de santé était déjà dans une situation difficile.
Abdelhalim Benyellès – Alger (Le Soir) - C'est en ces termes que le membre du Comité scientifique de suivi de la pandémie du coronavirus, le docteur Mohamed Bekkat Berkani, s'est exprimé jeudi sur les ondes de la Chaîne 3. Il a fait un constat «alarmant», faisant savoir que «toutes les régions de l'Algérie sont touchées par ce rebond important et inquiétant», et d'assurer à l'occasion qu'«il faut vite trouver des solutions afin d'essayer de freiner la propagation de ce virus». Il considère que ce «rebond» est le fruit du relâchement et du manque de discipline des citoyens. Pour le cas de Sétif, il dira qu'au sortir du confinement après le mois de Ramadhan, les gens sont revenus à une vie normale et des fêtes sont organisées au vu et au su des autorités locales, alors que le gouvernement les avait interdites. Dans ce contexte, il s'élève contre la négligence des recommandations de l'Etat au niveau local, appelant à «déterminer les responsabilités de chacun dans son activité». Et d'ajouter que «les directeurs de la santé et d'hôpitaux n'arrivent pas à suivre les décisions et à transmettre les préoccupations des professionnels. Il y a eu une faille quelque part, que çe soit au niveau politico-administratif ou au niveau sanitaire», affirme encore le docteur Mohamed Bekkat Berkani. «Il est inadmissible qu'il y ait un manque d'oxygène et de moyens de protection, alors que nous avons passé des mois à dire que nous avons reçu des moyens de protection de la Chine», faisant rappeler les images transmises par la télévision. Et sur un ton plus ferme, il interpelle les autorités : «Où sont les tests rapides pour avoir une idée sur l'épidémiologie ?». Et de prévenir que, «c'est une question d'organisation, car la gestion doit être à la hauteur de l'épidémie, sinon la situation deviendrait totalement incontrôlable» dans les prochains jours. Dans l'urgence, il estime que «le confinement est la solution la plus indiquée», mais à condition qu'il soit ciblé et étudié. Pour le cas du Comité scientifique, il estime qu'il constate des carences au niveau de cette structure, et pour cela, il préconise que le comité soit «épaulé» par des spécialistes en sciences sociales. Enfin, parlant des professionnels de la santé qui sont sur le front de la lutte contre la pandémie du coronavirus, Bekkat Berkani a rendu un vibrant hommage à l'«armée blanche», qui «s'est engagée dans une guerre sans s'arrêter pendant des mois. Nos médecins doivent être protégés, tout d'abord psychologiquement», conclut-il.
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.