Les bienfaits méconnus du citron    Ballon d'Or : Guardiola prend la défense de Messi    Déclaration de patrimoine en question    Quand la chute du dinar fausse les calculs    Elections locales: Les résultats préliminaires connus    Du 4 au 6 décembre: Une conférence nationale sur la relance industrielle    Coupe arabe FIFA: Algérie A' - Soudan, aujourd'hui à 11h00 - Bien entamer la compétition    Ballon d'Or: Messi, un sacre qui fait grincer des dents !    JSK - Les joueurs confinés: Le match face au Royal Léopards reporté    Ténès: Deux morts dans un glissement de terrain    Raffinerie de Skikda: Huit personnes atteintes de brûlures suite à un incendie    Illizi: Quatre morts dans une collision    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Une journée cruciale pour la droite, aujourd'hui en congrès    Le FFS en quête d'alliance    Les indépendants exigent une enquête    Le temps des tractations    Vers la révision des textes juridiques    Témoignages    Messi, le ballon dort    Mahrez au 20e rang    Toujours dans l'impasse    «L'Algérie est ciblée»    Le programme de travail sera valable du 4 décembre 2021 au 31 janvier 2022    L'Algérie souhaite davantage d'investissements chinois    Le docteur Derrar fait le point    82 familles relogées    17 personnes coincées dans un immeuble    Ce que veulent les syndicats de la santé    95 décès depuis le début de l'année    L'hostilité à l'engagement armé de la France de plus en plus visible    Xi Jinping adresse un message de félicitations à une réunion à l'ONU    «L'art : le regard pour ombre»    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Semaine du court métrage    Accélérer la mise en œuvre de l'Accord d'Alger    Maroc Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    Les nouvelles technologies au secours de la culture    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mechichi opte pour un gouvernement de compétences nationales
Tunisie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 28 - 07 - 2020

Hichem Mechichi, chargé par le président tunisien Kaïs Saïed de former un nouveau gouvernement a opté pour le choix d'un gouvernement de compétences nationales avec un nombre «réduit» de portefeuilles, ont rapporté lundi des médias tunisiens citant des sources proches de Mechichi.
«Hichem Mechichi aura, selon ces sources, décidé de former un gouvernement restreint, avec un minimum de ministres et exclusivement composé de technocrates. M. Mechichi aurait, en effet, décidé de ne confier aucun portefeuille aux partis», rapporte un journal électronique tunisien.
Selon la même source, le nouveau chef du gouvernement, qui a entamé officiellement dimanche les concertations, dispose de trois jours pour remettre la liste de son équipe au Président Saïed, qui, à son tour, doit la soumettre à l'Assemblée des représentants du peuple (ARP) pour un vote de confiance. Faute de quoi la Constitution autorise le chef de l'Etat à dissoudre l'Assemblée et à convoquer de nouvelles législatives.
Mechichi, dont le nom ne figure pas parmi ceux proposés par les formations politiques au Président Kaïs Saïed, aurait aussi privilégié l'option d'un gouvernement de compétences nationales pour «gagner du temps» et remettre «le plus tôt possible» la liste des personnalisés choisies au Président Saïed, estiment de nombreux observateurs de la scène politique tunisienne.
Dans ce sens, les analystes politiques affirment que la «déclaration de Mechichi succédant sa réception pour la lettre de mission conforte largement ce choix en ce sens qu'il n'en a mis en avant que le fait de servir les Tunisiens et de répondre à leurs attentes et aspirations».
«Je m'engage à tout mettre en œuvre pour former un gouvernement répondant aux attentes des Tunisiens et à leurs aspirations légitimes», a indiqué M. Mechechi en recevant la lettre de mission des mains du Président Saïed.
Dans ce contexte, de nombreuses voix ont appelé le successeur d'Elyes Fakhfakh à opter pour un gouvernement de compétences nationales «loin des tendances politiques».
C'est le cas notamment du parti du Courant démocrate, disposant de 22 sièges au Parlement, et qui a appelé ouvertement M. Mechichi à «opter pour des compétences nationales et ne pas faire des concessions dans le but d'obtenir le vote de confiance du Parlement».
De son côte, l'ancien ministre des Affaires locales dans le gouvernement Fakhfakh a exhorté le nouveau chef du gouvernement «à privilégier un gouvernement de compétences seul capable de sauver le pays et de réaliser les aspirations du peuple».
La désignation de Hichem Mechichi en tant que chef du gouvernement par le Président Kaïs Saïed sans que son nom figure sur les noms proposés par les formations politiques est pour beaucoup un «pas vers la dissolution de l'actuelle Assemblée».
«En évoquant la nécessité de revoir la légitimité lors de sa désignation pour Mechichi, le président de la République a officiellement annoncé le passage à la troisième République», a dit un ancien député, Sahbi Be Fraj, estimant que Saïed «vise la dissolution du Parlement».
Le Président Saïed a déjà menacé par le passé de dissoudre le Parlement, en affirmant qu'il n'«hésitera pas à recourir à tous les moyens juridiques pour sauver les institutions de l'Etat».
Ainsi, le scénario de la dissolution du Parlement se précise de plus en plus avec le choix de Mechichi pour un gouvernement de compétences, signifiant de «fâcher» le parti Ennahdha disposant d'une majorité relative au sein de l'ARP. L'option de Saïed pour une personnalité indépendante a été interprétée aussi comme étant une «provocation à l'endroit du parti de Ghannouchi».
La dissolution du Parlement s'annonce aussi comme une «évidence» pour beaucoup d'observateurs, et ce, compte tenu de la «crise» qu'il traverse présentement. En effet, une motion a été signée par plus de 73 députés pour «réclamer le départ de Rached Ghannouchi», président de l'ARP, dont le sort sera connu le 30 du mois en cours.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.