Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Mostaganem: 5 personnes secourues et 4 corps sans vie repêchés en mer    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Covid-19: 228 nouveaux cas, 158 guérisons et 9 décès    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Le Bébête Show, version élections US    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Régime sec    Signature de six conventions avec Algérie Poste    75 permis de chasse délivrés    Les commerçants en colère demandent la réouverture du marché    Plus de 668 000 têtes à vacciner    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Mahrez a repris les entraînements    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    Les non-dits    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    Religion et politique : pourquoi craignons-nous la traduction ?    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications
Grande-Bretagne
Publié dans Le Soir d'Algérie le 08 - 08 - 2020

Le rappeur britannique Wiley s'est excusé mercredi «pour avoir fait des généralités» sur les juifs, tout en défendant ses publications jugées antisémites sur Twitter, qui lui ont valu d'être banni définitivement du réseau social.
«Je tiens à m'excuser pour avoir fait des généralités et des commentaires qui ont été considérés comme antisémites», a-t-il déclaré à la chaîne de télévision Sky News. «Je ne suis pas raciste, vous savez. Je suis un homme d'affaires», a affirmé le rappeur de 41 ans, un des plus populaires du Royaume-Uni, dont le vrai nom est Richard Cowie. «Mes commentaires n'auraient pas dû viser tous les juifs ou le peuple juif.»
Son ancien manager, John Woolf, qui est juif, a «coupé les liens» avec l'artiste qu'il ne souhaite plus représenter. Six jours après la publication de ces messages, Twitter a fermé mercredi le compte du rappeur et présenté ses excuses pour avoir tardé à réagir. Le réseau social s'était retrouvé sous le feu des critiques, notamment de la part du gouvernement britannique. «Après enquête, nos équipes ont suspendu de manière permanente le compte en question pour des violations répétées de notre politique en matière de contenus haineux», a déclaré un porte-parole de Twitter. «Nous condamnons fermement l'antisémitisme» et «sommes désolés de ne pas avoir agi suffisamment rapidement».
L'association de lutte contre l'antisémitisme The Campaign Against Antisemitism s'est réjouie que Twitter ait fini par agir, tout en estimant que le réseau social a fait «trop peu, trop tard». «C'est au moins un début pour ce réseau social profondément irresponsable», a ajouté l'association dans un communiqué.
Wiley, considéré comme l'un des pionniers de la musique grime, avait dans un premier temps été banni de Twitter et d'Instagram vendredi dernier pour sept jours, après une série de commentaires, ensuite supprimés, sur lesquels la police a lancé une enquête. Il avait notamment comparé la communauté juive au Ku Klux Klan et affirmé que les juifs contrôlaient le commerce et qu'ils devaient quitter Israël car «ce n'est pas votre pays». Facebook (propriétaire d'Instagram) avait banni le rappeur de ses plateformes mardi. La ministre britannique de l'Intérieur Priti Patel a écrit aux géants des réseaux sociaux pour demander pourquoi ces messages étaient restés visibles plus de 12 heures avant d'être retirés.
Les critiques ont donné lieu à un mouvement de boycott de 48 heures de Twitter lancé lundi au Royaume-Uni. Wiley a expliqué mercredi que ses commentaires s'adressaient aux juifs qu'il a rencontrés dans l'industrie musicale, et pas à tous les juifs.
«Je parlais de la communauté juive au sein de l'industrie musicale avec qui j'ai travaillé ces 20 dernières années», a-t-il dit, jugeant «idiot» de suggérer qu'il était raciste de dire que «la communauté juive est puissante» dans son milieu. «C'est du racisme systémique de leur part», a-t-il affirmé, sans plus de précisions.
Le rappeur Solo condamné à 24 ans de prison pour viols et séquestration
Le rappeur britannique Solo 45, une figure du grime en pleine ascension, a été condamné jeudi à 24 ans de prison pour avoir infligé viols et séquestration à quatre femmes, filmant certains de ses actes avec son téléphone portable. Agé de 33 ans, Andy Anokye a été condamné à Bristol pour 30 chefs de poursuites sur une période de deux ans. Le rappeur faisait partie de Boy Better Know, un collectif d'artistes grime, mélange de hip hop et de rap apparu dans les années 2000 au Royaume-Uni. Il faisait subir à ses victimes des séances de tortures, simulacres de noyades, interrogatoires. Il a soutenu qu'il s'agissait de jeux des rôles consentis, ou d'un jeu intitulé «attrape-moi, viole-moi», et a affirmé qu'il avertissait ses partenaires qu'il les «terroriserait».
La police avait ouvert une enquête après la plainte d'une jeune femme pour viol en 2017. Après l'avoir arrêté, les enquêteurs ont découvert des vidéos sur son téléphone portable montrant qu'il avait agressé plusieurs femmes. Sa peine s'accompagne d'une inscription à vie au fichier des délinquants sexuels.
Lors du prononcé de la peine, le juge William Heart a souligné l'absence de «limites» et d'empathie de l'accusé à l'égard de ses victimes. Les autres membres du groupe ignoraient le «côté sombre» du jeune homme, qui était promis à un brillant avenir. Il avait signé chez la maison de disques Island Records et avait, notamment, collaboré avec Stormzy. «Votre condamnation vous prive de cette carrière, mais la faute n'incombe qu'à vous-même», lui a lancé le juge. Lors du procès, les images de ses méfaits ont été diffusées, montrant, notamment, une de ses victimes en larmes, lui criant «je te hais». Le procureur l'a décrit comme un homme «dangereux», «calculateur et hautement manipulateur». Son avocate a, quant à elle, indiqué qu'il souhaite suivre un traitement en raison de son comportement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.