La réalisation de la seconde tranche de la pénétrante reliant Batna à l'autoroute Est-ouest autorisée    Campagne référendaire : voter "oui" pour éviter les dysfonctionnements antérieurs    Real Madrid: Zidane défend Isco    AGO de la FAF: plusieurs points seront débattus le 27 octobre à Alger    Accidents de la route: hausse sensible du nombre de blessés et de morts en une semaine    SADEG invite ses clients à régler leurs factures    Coronavirus : 252 nouveaux cas, 136 guérisons et 7 décès    Zones d'ombre à Tipasa : 60 nouveaux bus pour le transport scolaire    Cour d'Alger: report du procès en appel de l'affaire Mahieddine Tahkout au 28 octobre    NAHD : Leknaoui fait le point sur la préparation    Bouchachi apporte son soutien à Mohcine Belebbas    ‘'DEBUT 2021'' A CONSTANTINE : Mise en exploitation de l'extension de la ligne du tramway    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    RENTREE SCOLAIRE : Tebboune adresse ses vœux de réussite aux élèves    CHLEF : Démantèlement de deux réseaux de trafic de psychotropes    SIDI BEL ABBES : Sortie d'une promotion de 415 agents de rééducation pénitentiaire    HOPITAL DE TLEMCEN : Le service Covid-19 fermé pour travaux    PLF 2021: la Commission des finances de l'APN appelle à alléger la pression fiscale    Real : Encore 3 semaines d'absence pour Eden Hazard ?    MDN : 21 narcotrafiquants arrêtés et plus de 10 qx de kif traité saisis en une semaine    Porsche affiche des chiffres solides    La LFP rejette la demande d'annulation de la licence de Rooney    Dacia Spring Le «low cost» s'électrifie    L'autre révolution de Renault    Renvoi des procès de Yanis Adjlia et Dalil Yamouni    Précisions du P-DG Electro-Industrie d'Azazga    Washington prêt à des discussions avec Moscou    Fiat Chrysler investira 1,5 milliard de dollars au Canada    Vers le renforcement de la législation    3 morts et 6 blessés dans un accident de la route    "La langue maternelle est une langue naturelle que rien ne peut effacer"    Le Sila, vitrine du monde de l'édition en Algérie    "La formation pour élever le niveau de la chanson"    Après Black Lives Matter, les musées américains sortent du silence    Une romance méconnue entre Roosevelt et une princesse norvégienne    Sanjay Dutt, la star de Bollywood en détresse, confirme le diagnostic de cancer    Tissemsilt: Une exploration prochaine des capacités hydriques de la région    Djerad entame une visite de travail et d'inspection dans la wilaya de Batna    Industrie de l'électroménager et de l'électronique: Des milliers d'emplois menacés    Après l'achèvement des travaux d'extension de l'usine de Fleurus: Knauf reprend ses exportations    Un prix pour défier la faim    Si Ahmed nous a quittés    Football - Ligue 1: Un nouveau système en vue ?    Ligue des champions d'Europe: Le Real, Liverpool et City sur leurs gardes    SUSPICION    Professeur décapité en France: La confrérie alawyya condamne    Un scandale nommé Ali Haddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Genèse d'un rebondissement des contaminations
Corona en Tunisie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 09 - 2020

De Tunis, Mohamed kettou
Venir à bout du Covid-19, c'est, selon les autorités sanitaires tunisiennes, chose impossible. Aussi, faut-il apprendre à vivre avec ce virus qui, estime Nissaf Ben Alaya, directrice de l'Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes, continuera à «nous narguer», durant une longue période. D'autant plus que les cas détectés positifs ont atteint le nombre de six mille depuis le 27 juin.
«Vivre avec», c'est, indique-t-on, observer strictement les gestes barrières qu'on ne cesse de rappeler.
Et pourtant, la Tunisie semblait échapper à la pandémie sévissant dans la région. Mais, une erreur de communication qui aurait été commise en juin dernier par Abdellatif Mekki, à l'époque ministre de la Santé, a «tout foutu en l'air». En effet, il a crié victoire très tôt en annonçant la fin du virus en Tunisie. Mal lui en prit puisque l'ouverture des frontières, le 27 juin, lui a lancé un cinglant démenti. Depuis cette date, la Tunisie a enregistré plus de six mille cas. Le virus a été de retour à travers un premier foyer déclaré à l'aéroport de Tunis-Carthage. La confiance placée en la personne du ministre, par la population, a engendré un relâchement total qui a offert l'occasion au virus de se propager dans toutes les régions du pays considérées, aujourd'hui, «zones rouges». Ce qui a surpris le plus les autorités sanitaires et même les citoyens, c'est la rapidité de la propagation du virus à partir de la deuxième moitié du mois d'août. Contrairement à d'autres pays où la courbe poursuit une descente, peut-être salvatrice, la Tunisie connaît, actuellement, des pics qu'elle n'avait pas atteints comme l'attestent les alertes quotidiennes lancées par les experts et les médias. Car le nombre des cas enregistrés, à ce jour, était impensable il y a quelques jours.
Parmi ces experts, figurent des médecins qui prédisent le pire dans les prochaines semaines. Les médias se mobilisent, de nouveau, pour soutenir les actions du ministère de la Santé qui se heurte à certaines insuffisances au plan de l'infrastructure et même au niveau du personnel. Dans ce contexte, des recrutements de cadres paramédicaux seront engagés incessamment. D'autant plus que des cadres exerçant dans les hôpitaux viennent d'être détectés positifs.
Dans cette situation, le peuple a hâte de tourner cette page sombre de son histoire sans pouvoir compter sur une clarté vivement souhaitée. Mais il semble que la sortie du tunnel n'est pas pour demain. Car, aussi bien les explications que les décisions sont floues. Faut-il assortir ces décisions du respect obligatoire sous peine de s'exposer à la réprimande ? À ce jour, aucun texte ne pénalise les contrevenants dont le nombre ne cesse de croître. En revanche, les gestes barrières sont scrupuleusement respectés, ou plutôt imposés, dans les services publics ou les grandes surfaces.
Sur un autre plan, la rentrée scolaire du 15 septembre a été impactée par le virus. Sans attendre l'apparition des cas de contamination, certaines écoles n'ont pas ouvert leurs portes. Il s'agit d'établissements situés dans des zones rurales où les moyens de lutter contre le virus font encore défaut.
À quand la fin du calvaire ? Le feuilleton aux multiples épisodes tourne encore.
En attendant, chacun agit selon son humeur, dans une impunité quasi totale.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.