L'adoption de la nouvelle Constitution "contribuera à l'édification de la nouvelle Algérie"    APN: levée de l'immunité parlementaire des députés Abdelkader Ouali et Mohcine Bellabas    Opep+ : priorité à la conformité totale de tous les pays membres    Le projet d'amendement de la Constitution garantit la souveraineté totale du pays sur ses ressources naturelles    Rentrée sociale: Rezig met en garde contre toute augmentation des prix des articles scolaires    Real Madrid: Ramos forfait contre le Shakhtar    Report du procès de l'ex-wali d'Alger, Zoukh, au 3 novembre prochain    Plus de 5 millions d'élèves rejoindront mercredi l'école dans des conditions sanitaires exceptionnelles    JEUNES ET PECHEURS BENEVOLES PARTICIPENT AUX RECHERCHES : Disparition de 12 harraga sur les côtes de Chlef    BECHAR : Le wali visite les ksour du Nord    REFERENDUM CONSTITUTIONNEL : Talaie El Hourriyet décide de participer    Le procès de l'affaire El Watan et les fils de Gaïd Salah reporté    Tayeb Louh inculpé dans l'affaire des bracelets électroniques    JM Oran-2022 : les aspects organisationnels abordés avec une délégation française    UNIVERSITE ‘'IBN BADIS'' MOSTAGANEM : Journées portes ouvertes pour les nouveaux bacheliers    LDC : Le programme de ce mardi    Accidents de la circulation: 17 morts et 1 263 blessés en une semaine au niveau national    Nouveau round des négociations entre Londres et Bruxelles    Tensions autour de résultats non proclamés    La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France    Le rapport 2019-2020 soumis au gouvernement fin novembre prochain    L'année sans Sila...    Une fresque poétique sur une Algérie de tolérance et de diversité    Un guide pratique sur les traditions anciennes    Les Canaris en stage à Palm-Beach    Le plan stratégique national dévoilé    Luis Arce, le dauphin d'Evo Morales, remporte la présidentielle    Début d'une réunion de la commission militaire conjointe à Genève    Guterres estime «possible» le dialogue avec certains groupes extrémistes    «L'équilibre entre l'offre et la demande est nécessaire»    Les partisans du «non» se plaignent de l'interdiction de leurs activités    Réserves de change, la dégringolade    Doublé de Bendebka face à Al-Nassr    Le Raja Casablanca s'incline devant le Zamalek    «Un crime colonial» peu présent dans le cinéma algérien    «La littérature algérienne en exil», thème d'une conférence tenue à Alger    Banksy revendique une œuvre murale à Nottingham    Culture-PLF 2021: proposition de clôture de 3 comptes spéciaux pour le secteur    Gestion de l'après Covid-19: appel à un nouveau modèle de soutien à la Culture    Présomptions condamnables ?    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    Des opérations en faveur des populations des zones d'ombre    Plusieurs quartiers ciblés par une opération de nettoiement: Plus de 4 tonnes de déchets transférées au CET de Hassi Bounif    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort
ROCK
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 09 - 2020

Certains assurent l'avoir croisé, d'autres disent lui avoir parlé... Cinquante ans après la mort du guitariste légendaire Jimi Hendrix, le petit village de Diabat, battu par les vents de l'Atlantique dans le sud du Maroc, vibre à son souvenir.
«Je l'ai vu ici, il était jeune et portait sa guitare sur le dos», jure Mohammed Boualala, un sexagénaire qui a grandi à Diabat avant de s'engager dans l'armée. À l'été 1969, le musicien de génie fit un passage éclair à Essaouira, une cité fortifiée très touristique située à 5 km de là. De ce voyage, il ne reste pas d'image ni de bande son, mais d'innombrables mythes qui nourrissent la légende de l'enfant vaudou. «Il a rendu visite à des amis qui séjournaient dans le village. C'est la dernière fois qu'on l'a vu. On dit qu'il est mort mais Dieu seul sait», soupire Mohamed Boulala, dans son traditionnel qamis marron.
Son hameau aux maisons blanches est indissociable du musicien américain, disparu tragiquement à 27 ans à Londres après avoir ingurgité un cocktail de somnifères et de vin rouge. Avec son «café Jimi» et son auberge «Hendrix», Diabat a des airs de sanctuaire, mi-rock mi-flower power. À coups de tags et de portraits hauts en couleur, on y célèbre le «passage historique» du «guitar hero» peu avant son passage à l'iconique Festival de Woodstock, alors au sommet de sa gloire. «Hendrix avait l'air en forme.
Il était entouré de ses gardes du corps, des blonds baraqués. Il portait un collier avec trois diamants et une veste en jean fourrée», se souvient Abdelaziz Khaba. Cet homme de 72 ans dit avoir posé avec lui mais a «perdu la photo».

Mystiques
Si les visites au Maroc de Jim Morrison, Paul McCartney ou Robert Plant, dans les années 1960/1970, sont parfaitement documentées, le mystère entoure le séjour de Hendrix et alimente les rumeurs les plus folles. Sa «courte visite pendant l'été 1969 a produit une montagne d'informations erronées et d'histoires fictives», constate un de ses biographes, Caesar Glebbeek, dans un article paru sur le site Univibes. Selon une légende vivace, le flamboyant gaucher se serait même inspiré de «Dar Soltane», une forteresse en ruine, presque ensevelie au pied du village, pour composer son célèbre titre Castle Made of Sand. Problème: la chanson est sortie en... 1967, soit deux ans avant son séjour au Maroc.
Cela n'empêche en rien le petit café de Diabat, parsemé de portraits de la star, d'évoquer triomphalement ce titre sur une pancarte en bois clouée au mur.
Les récits sur les péripéties marocaines de Jimi Hendrix abondent : il aurait sillonné le pays à bord d'une camionnette, tenté d'acheter une île au large d'Essaouira, ou bien tout le village de Diabat, avant de se rabattre sur la forteresse ensablée... «Jimi Hendrix était parti à Essaouira, sur la côte atlantique (...). Il y avait beaucoup de choses mystiques qui se passaient là-bas», confiait en juin 2019 Robert Plant, le chanteur du groupe Led Zeppelin, dans un podcast.
Lui aussi avait préféré se «rapprocher du Sahara» en allant à Marrakech plutôt que de séjourner au Nord, comme Brian Jones, le fondateur des Rolling Stones et d'autres, dans les montagnes du Rif, célèbres pour leurs plantations de cannabis.
Nostalgiques
Le mythe Hendrix enchante Abdelhamid Annajar, un vendeur de disques installé à l'ombre des remparts d'Essaouira. «De nombreux touristes viennent sur ses pas et ils veulent tout savoir. Il y a aussi des nostalgiques qui viennent se rappeler du bon vieux temps», souffle le gérant de «Bob Music». Laurence De Bure fait partie de ces nostalgiques. «Tout était fou à l'époque», dit cette Française de 68 ans qui a passé deux mois à Essaouira au début des années 1970 «avec toute une bande d'Américains».
«Je n'ai jamais vu Hendrix, mais je connaissais une femme marocaine qui lui cousait velours et gilets sous ses vêtements flamboyants», murmure cette «ancienne hippie» installée à Essaouira depuis janvier. Caesar Glebbeek, le biographe du guitariste de Seattle, s'amuse dans ses écrits à démêler le vrai du faux : oui, Jimi Hendrix est bien venu à Essaouira où il a séjourné dans un quatre étoiles, mais quoi qu'en disent les guides touristiques et les fans nostalgiques, il n'a «jamais visité Diabat».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.