7 façons de faire plus de sport au quotidien sans vous en rendre compte    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Quelles formes pénales ?    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Le compte à rebours commence    Zeghdoud à la barre de l'USMA    "Beaucoup reste à faire"    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    Les femmes battent le pavé à Alger    «Journée de la colère» avec une nouvelle dégringolade monétaire    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Lamentable posture pour les «démocrates»    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Joan Laporta, le grand retour    Brèves Omnisports    Ouallal et Asselah précocement éliminées    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    Le rêve d'une reprise    Quand les banques n'appliquent pas    La santé pour tout le monde    Une neuvième victime retrouvée    Fin de la polémique sur les «tarawih»    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    C'était un certain 08 mars 2007    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une rentrée scolaire sous haute surveillance
Oran
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 10 - 2020

C'est à partir d'aujourd'hui que les élèves du cycle primaire retrouvent le chemin de l'école, dans des conditions qu'impose l'épidémie de coronavirus. Si les équipes de santé scolaire, renforcées pour l'occasion par 125 autres équipes, sont déjà sur le terrain, à travers les 500 établissements avec une couverture estimée à 90%, le constat qu'elles ont fait est loin de répondre aux exigences du protocole sanitaire.
Intervenant lors d'une émission radio, le docteur Boukhari explique que ces équipes sont déjà sur le terrain depuis la reprise des directeurs d'écoles, où un travail d'inspection des lieux révèle plusieurs manquements. «Il faut que nous soyons réalistes. Plusieurs écoles ne disposent pas des conditions d'hygiène : des toilettes dans un état lamentable, manque de femmes de ménage, de gardiens, certaines écoles ne disposent pas encore de gel hydroalcoolique ni de bavettes censés être mis à disposition par les communes. Heureusement, une majorité en dispose.
Des décharges sauvages devant les écoles...
À Oran, estime le docteur Boukhari, il y a eu un grand relâchement de la part de la population mais pas seulement. « Cela a été constaté même au niveau des équipes médicales où on ne respectait plus les mesures de prévention». L'intervenant a fait savoir que, jusqu'à ce lundi, Oran comptait 54 cas positifs hospitalisés et 6 personnes en soins intensifs.
Le protocole sanitaire de la rentrée scolaire prévoit de répartir les élèves en deux groupes, un le matin et un autre l'après-midi. La DSP a prévu des mesures de distanciation au niveau des établissements scolaires. Toutefois, l'intervenant doute que les enfants respectent ces conditions. «Cela fait 8 mois qu'ils ne se sont pas vus. Dans la cour, il est impossible qu'ils puissent respecter ces mesures. Mais les enseignants devront, eux, respecter les mesures de prévention et porter le masque en classe, les enfants n'y sont pas obligés». Une crainte que partage le docteur Boukhari avec le docteur Barhil Kheireddine, médecin coordinateur au niveau de Hassi-Bounif, représentant de la daïra d'Arzew, envers le comportement des parents d'élèves devant les écoles, qui vont s'agglutiner devant les portes.
« Imaginez chaque matin entre 100 et 200 enfants déposés par leurs parents ! Nous avons conseillé aux directeurs d'établissements de mettre en place des barrières avant la porte d'entrée de l'école. Les mamans doivent aussi respecter la distanciation entre elles lorsqu'elles déposent leurs enfants ».
Pour le docteur Barhil Kheïreddine, « le protocole sanitaire n'aura aucun effet sans la contribution des parents. Ils doivent veiller à l'application des mesures de prévention». Il demande aux parents de garder leur enfant à la maison, dès qu'ils constatent qu'il est malade ou qu'il présente des symptômes, de l'emmener chez le médecin et de le garder confiné dans le cas d'une suspicion. Ceci évitera de contaminer ses enseignants et ses camarades, dit-il.
La crise de l'eau que connaissent plusieurs localités de la wilaya d'Oran a été mise en avant par les deux médecins. « Comment voulez-vous appliquer le protocole sanitaire avec cette crise ? Lorsque vous dites à la population, lavez-vous les mains et qu'il n'y a pas d'eau, cela dépasse le secteur de la santé ! » Afin de rassurer les parents qui craignent pour la santé de leurs enfants qui risquent « d'apporter » avec eux le virus de l'école en côtoyant d'autres enfants qui en seraient porteurs, le docteur Boukhari dira : « Nous disposons d'un logiciel qui référencie tous les porteurs du virus.
À ce jour, nous avons 6 élèves dont les parents sont positifs et, par conséquent, nous leur avons accordé une éviction scolaire (en cas d'une éventuelle contamination l'enfant doit cesser de fréquenter l'école) durant 24 jours. »
Amel Bentolba


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.