L'affaire de l'automobile sera rejugée    La semaine des procès en appel à la cour d'Alger    Des membres du COA convoqués par la justice    Ça coupe à Aïn-Naâdja !    La société civile espagnole renforce son soutien aux populations sahraouies    Abiy Ahmed rencontre les envoyés spéciaux de l'UA    La dernière de Trump    La LFP ouvre un dossier disciplinaire à l'encontre de 15 clubs    «À Omar-Hamadi pour un résultat positif»    Ciccolini signe sa lettre de licenciement et rentre chez lui    «Tant que le virus est là, il n'y aura pas de reprise»    Pr Amar Aït Ali Slimane plaide pour une gestion centralisée des lits d'hôpitaux    Saisie de 100 grammes de kif traité    Beyoncé en tête avec 9 nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Réparation du grand orgue de Notre-Dame, un chantier très délicat    Cambridge lance un appel pour retrouver des carnets de Darwin «volés»    Des campagnes de vulgarisation pour améliorer les récoltes    L'OAIC confirme et précise    Vers l'extension de l'actuel accord de réduction    Le Mouloudia d'Alger vise la victoire    Nul sur toute la ligne    L'héritage    Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Sous pression    Sit-in de soutien à Walid Nekkiche et aux détenus d'opinion    Les étudiants maliens en Algérie bloqués à Bamako    Bientôt de nouvelles aides    Ouverture d'un guichet de la Casnos    Parfaite lune de miel dans un climat de tempête géopolitique    Le dernier Premier ministre élu démocratiquement emporté par le coronavirus    Le président Kaboré tend la main à l'opposition    Vers la réalisation d'un théâtre de verdure et d'une bibliothèque    Lancement du concours "Ungal" du meilleur roman en tamazight    Les actrices intensifient la sensibilisation citoyenne    Secteur de l'habitat à Bouira : Les projets de logement social à la traîne    Ruines romaines de Bellimor à Bordj Bou Arréridj : Un patrimoine historique menacé    La main de l'étranger à géométrie variable    Suppression de visas pour les Emirats: Le ministère des Affaires étrangères dément    Le foot est mort    Ligue des champions: Buffles du Borgou - MCA, aujourd'hui à 15h00: Mettre fin à un syndrome africain    Le ministre des Finances: Le problème de liquidités réglé dès décembre    Acquisition du vaccin anti-Covid: L'Algérie prudente    Une bande de malfaiteurs qui semait la terreur arrêtée    ANSEJ: Les créances des startups en difficulté rééchelonnées    LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS : Conversion de l'hôtel militaire en structure sanitaire    Moulay El Hassan sera-t-il roi du Maroc ?    Le secteur de la communication a amorcé "des changements profonds" adaptés aux différentes évolutions    Résolution du Parlement Européen concernant les graves atteintes aux Droits Humains en Algérie.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sous le sceau du numérique et des solutions technologiques
JOURNEE NATIONALE DE LA PRESSE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 10 - 2020

Le projet de révision constitutionnelle, objet du référendum du 1er novembre prochain, consacre des garanties à même de renforcer la scène médiatique » dans le pays.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - C'est ce que le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement a affirmé, avant-hier en soirée, dans son allocution d'ouverture de la cérémonie de remise du prix du président de la République du journaliste professionnel. Un projet qui «conférera au système des droits et libertés une nouvelle dimension dans le cadre de notre identité et constantes nationales en offrant des garanties susceptibles de renforcer la performance des journalistes», a-t-il encore ajouté.
Pour Ammar Belhimer, ce projet de révision constitutionnelle à travers l'article 54 consacre également «l'intérêt qu'accorde l'Etat à la presse», vu que cette disposition consacre le «principe de liberté de la presse en détaillant les composantes de cette liberté, stipule le droit à la création de chaînes télévisées, de sites et journaux électroniques, interdit le discours de discrimination et de haine». Aussi, cet article stipule qu'«aucune activité de journaliste ne saura être arrêtée sans décision judiciaire».
Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement a également mis en valeur les grands axes contenus dans le message du chef de l'Etat adressé aux journalistes à l'occasion de leur Journée nationale, le 22 octobre de chaque année. Dont «les apports des journalistes à travers toutes les étapes qu'a traversées le pays, l'incitation au numérique et aux solutions technologiques, l'élaboration d'un cadre juridique pour se mettre au diapason du développement technologique, faire preuve de patriotisme pour faire face à la cybercriminalité et l'impératif de moraliser la profession et le soutien des différentes compétences».
Le ministre de la Communication voit en ce projet d'amendement constitutionnel «l'intérêt qu'accorde l'Etat à la presse», traduit par l'article 54 qui «consacre le principe de liberté de la presse en détaillant les composantes de cette liberté, stipule le droit à la création de chaînes télévisées, de sites et journaux électroniques, interdit le discours de discrimination et de haine». Un article en vertu duquel «aucune activité de journaliste ne saura être arrêtée sans décision judiciaire».
À cette occasion, le ministre a souligné l'importance accordée par le président de la République à la corporation de la presse, mettant en avant les grands axes contenus dans son message adressé aux journalistes à l'occasion de leur Journée nationale, à savoir, entre autres, «les apports des journalistes à travers toutes les étapes qu'a traversées le pays, l'incitation au numérique et aux solutions technologiques, l'élaboration d'un cadre juridique pour se mettre au diapason du développement technologique, faire preuve de patriotisme pour faire face à la cybercriminalité et l'impératif de moraliser la profession et le soutien des différentes compétences». S'exprimant, pour sa part, en marge de cette cérémonie, le Premier ministre a soutenu que le projet d'amendement de la Constitution accorde aux journalistes «une plus grande liberté d'expression». Un projet que Abdelaziz Djerad dit souhaiter qu'il puisse aboutir à «une presse libre qui permettra aux journalistes professionnels de développer leurs points de vue et leurs analyses dans le respect de la déontologie de la profession», ainsi qu'à l'émergence d'une presse «contre-pouvoir».
Pour revenir à la cérémonie de remise des distinctions aux lauréats de la sixième édition du prix du président de la République du journaliste professionnel organisé cette année sous le thème «le Numérique... une passerelle pour l'édification de l'Algérie nouvelle», elle a vu la distinction, concernant la presse écrite, de Leila Zerguit du quotidien El Djoumhouria, suivie de Fahima Benakrouf du quotidien Saout El Ahrar, et de Hadj Tahar Ali de El Hayat El Arabia.
Dans la catégorie des médias radiophoniques, deux journalistes de la Chaîne 1 se sont partagés la première place, à savoir Abdenacer Kasseh Laâouar et Ahmed-Amine Harane alors que la deuxième est revenue à Rahima Aït Hamiche de la Radio Tizi Ouzou et la troisième à Salah-Eddine Benghedka de la Radio Sétif.
Pour les médias télévisés, le jury a décidé de ne pas décerner le premier et le troisième prix, alors que le deuxième a été accordé à la journaliste de la télévision algérienne Amel Merir. Pour ce qui est de la catégorie des médias électroniques, Houssam Eddine Fodil d'Echorouk online s'est adjugé le premier prix, le deuxième ayant été attribué à Abdelkader Chems-Eddine Houari de l'APS, le troisième à Ahmed Laâlaoui de El Watan press.
Le jury a également décerné son prix spécial à la journaliste Nesrine Rabehi de la Radio du Saint Coran.
Il faut noter que cette cérémonie a vu plusieurs journalistes ayant marqué le champ médiatique national distingués, à l'image du défunt ex-ministre Lamine Bechichi ou encore les anciens directeurs des quotidiens La Tribune et Horizons, respectivement, Kheireddine Ameyar et Lyes Hamdani de même que le défunt journaliste Madjid Hadji, l'ancien directeur de publication du quotidien El Moudjahid, Morsli Aziz, l'ex-directeur de la télévision algérienne Abdou Benziane, le journaliste et auteur Abdelaziz Boubakir et, enfin, l'ex-directeur général de l'APS, Talmat Ammar Ali (Algérie Presse Service).
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.