Sidati: le parti pris aveugle de la France retarde et complique la tâche de la Minurso    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Tribunal de Tipasa: report du procès d'Abdekader Zouk au 8 décembre prochain    Maradona, l'homme de la métamorphose    Le Mossad, Israël et la démocratie à géométrie vachement variable !    Castex attendu à Alger    Non, je préfère me taire...    Football/Ligue 1 Algérienne - Transfert : Youcef Bouzidi nouvel entraîneur de la JSK    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Bonne opération pour le Mouloudia    Guardiola fixe les nouvelles règles à Riyad Mahrez    Plus du quart des tests positifs au Covid-19    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Grippe, Covid-19... Bientôt un vaccin à base de plantes ?    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    Large mobilisation en France    Aribi termine meilleur buteur    L'héritage    Les non-dits    Le Cerefe publie son premier rapport annuel    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    Les candidatures des groupes armés rejetées    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Les pilotes de ligne demandent la reprise du trafic aérien    Un projet qui risque le naufrage    Alger dénonce des "accusations gravissimes et malveillantes"    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    Tiaret : 2322 logements attribués    Mostaganem : Les établissements scolaires manquent de moyens anti-Covid    Nouveau projet AADL : Les inscriptions à partir d'hier    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    L'asymétrie des idioties    USTO Mohamed Boudiaf: Signature de deux nouvelles conventions de partenariat    Bouira: Un policier retrouvé pendu    Mercuriale: Des hauts et des bas    El-Bayadh: Le maïs au secours des éleveurs    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    Droits de l'homme en Algérie: des partis et des organisations nationales condamnent le contenu de la résolution du PE    L'impuissance de la communauté internationale    15 ans de prison requis contre Zoukh pour octroi d'indus privilèges à la famille Hamel    L'affaire de l'automobile sera rejugée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Macron, Erdogan, Djaballah et la rue arabe
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 10 - 2020

Le Président turc a eu des mots particulièrement insultants envers le président français Emmanuel Macron dont il dit qu'il avait besoin d'une consultation psychiatrique.
En cause, le fait qu'il «soutienne» la publication des «caricatures du prophète», ponctuée par un premier attentat à l'arme blanche devant l'ancien siège de Charlie Hebdo, puis la décapitation d'un professeur coupable d'avoir montré les mêmes caricatures en classe lors d'un cours d'éducation civique. Sur le fond, il ne devrait pas y avoir grand-monde à être surpris par la réaction du chef de l'Etat turc. Ça fait des années qu'il a entrepris d'enterrer l'héritage laïc kémaliste puis, chemin faisant, à jeter les bases d'un califat islamiste dont le projet n'est plus un secret pour personne. Seul le ton, autant dire la forme donc, a quelque peu surpris. La surprise est ailleurs. Précisément chez... Erdogan qui fait mine d'attendre autre chose du chef de l'Etat français. Imaginons un peu la situation où le président Emmanuel Macron, après l'effroyable décapitation d'un enseignant, après l'élan unanime de dénonciation, de colère et de solidarité, après les appels à la guerre contre le terrorisme et la réaffirmation des valeurs qui font la France. Erdogan pouvait un seul instant penser qu'Emmanuel allait déjuger tout le monde, lui-même en premier, sa famille politique, lui-même, son peuple de France et de Navarre ? Non, Erdogan n'est peut-être pas une lumière, mais il connaît ses fondamentaux. Il aurait même pu se taire et personne n'aurait remarqué son silence. Mais la bonne vieille formule n'a pas pris une ride : pour comprendre quelque chose, il faut commencer par chercher — et savoir — où est l'intérêt. Une «petite tension» de conjoncture pour rappeler l'existence turque de l'autre côté de minuit, maintenant que l'adieu à l'Europe est quasiment consacré ? Et de ce côté-ci de la vie ? Il y a une formule qui a pris plus qu'une ride. Les vagues humaines qui déferlent dans les villes du Proche et du Moyen-Orient du Maghreb... la «rue arabe» qui s'enflamme à chaque fois qu'elle est actionnée pour une cause qui est rarement la sienne, tout ça semble avoir vécu.
Contre «la provocation» du Président français, il suffit pour le constater, de voir la rachitique mobilisation du Hamas palestinien, la dérision qui a accueilli les appels qataris au «boycott des produits français» l'incantation de Abdallah Djaballah qui semblait parler lui-même sans conviction. Au point où on se demandait s'il y aurait pensé si ça ne coïncidait pas avec son meeting de campagne pour le référendum. Les temps sont durs pour beaucoup de monde, décidément.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.