Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Biographie du défunt    Lumière sur les zones d'ombre    Les préoccupations locales dominent    La pénurie en eau potable était évitable    182 affaires en 9 mois    Annaba a trouvé la parade    Plus de 4 300 employeurs exonérés à Constantine    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    40 000 ha prévus pour la prochaine campagne agricole    Cinglant revers du makhzen    «La rupture avec le Maroc était nécessaire»    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Le MOC et le CRT dans l'embarras    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Les Vertes bouclent leur stage d'évaluation    Tuchel ne lâche pas Werner    Hakimi veut marquer l'histoire du club    Les projections de l'Anade    Ca grogne    Une saignée inévitable    MERIEM    Démarrage des soldes    De nouveaux établissements inaugurés    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    L'EVEIL DES CONSCIENCES    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Sept ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Lamamra s'entretient avec son homologue français    "Le système de santé doit être revu"    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Séminaire pour les arbitres d'élite    300 milliards de dinars en deux ans    Quel impact sur la Sonatrach ?    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Où sont passés les indépendants ?    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le gouvernement face à un climat social délétère
TUNISIE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 28 - 11 - 2020

De Tunis, Mohamed Kettou
Où va-t-on ? Une question qui revient, tous les jours, dans la bouche des Tunisiens, toutes catégories confondues. Et pour cause. Face à un gouvernement qui tarde à trouver les solutions idoines, les protestataires ne reculent pas. Les juges sont en grève et les journalistes portant le brassard rouge n'entendent pas arrêter leur mouvement avant le 10 décembre, journée choisie pour une grève générale. Voilà pour le niveau national.
Dans les régions, la situation est souvent pire. Car, si les juges et les journalistes protestent dans la discipline, les débordements aboutissent, parfois, à la casse.
C'est que leurs revendications sont insatisfaites depuis plusieurs années bien qu'elles soient consignées, tout comme les promesses des gouvernements précédents. Il s'agit de l'amélioration des conditions matérielles, de l'emploi et du développement régional.
À l'origine, l'accord conclu entre le gouvernement et les contestataires « d'El Kamour » à Tataouine qui avaient arrêté la production des hydrocarbures durant une longue période causant d'énormes pertes pour l'Etat. L'aboutissement à cet accord a incité les citoyens d'autres régions à imiter ceux de Tataouine dans l'espoir de contraindre le gouvernement à répondre à leurs attentes, difficiles, d'ailleurs, à satisfaire. D'autant plus que ces revendications viennent de régions marginalisées et prioritaires en matière de développement.
Aussi, assiste-t-on à la fermeture de l'unité de traitement de gaz à Gabès engendrant une pénurie de ce produit dans plusieurs gouvernorats du Sud, à une grève générale et une suspension du trafic des trains à Béja, au blocage de la vanne de pétrole à Douleb (Kasserine), outre les contestations nocturnes en plein couvre-feu à Jelma (Sidi Bouzid) et l'arrêt de la production du phosphate à Gafsa. Le pire serait à attendre si les Kairouanais venaient à mettre à exécution leur menace de fermer la vanne du gaz algérien acheminé vers l'Italie. Autant de protestations qui rendent invivable le climat politique et social sans compter leur effet négatif direct sur une économie agonisante.
Parmi les citoyens qui se demandent où va le pays, certains donnent des explications qui ne manquent pas de crédibilité. Les citoyens du sud du pays, habitués au commerce légal ou illégal avec la Libye, crient leur désarroi après avoir perdu leur source de vie.
Aujourd'hui, la région est fragilisée sans que les gouvernements successifs en soient responsables.
Cela n'empêche pas certaines personnes de considérer que le gouvernement a fait le mauvais choix en prenant des décisions inadéquates dans l'affaire d'El Kamour.
« Mechichi, estime-t-on, aurait dû exiger la réouverture de la vanne de pétrole, avant même le démarrage des négociations avec les demandeurs d'emploi. Maintenant, toutes les régions ont compris que le gouvernement va se plier à leurs demandes, s'ils optent pour le chantage ».
Les commentaires foisonnent à ce sujet pour mettre en relief les disparités régionales avec cette nuance qui laisse place au bon sens. Cela, indique-t-on, ne représente, en aucun cas, un argument suffisant pour bloquer la production pétrolière, de gaz ou de phosphate.
Face à cette situation cauchemardesque, les autorités, notamment le chef du gouvernement, agissent avec timidité sans recourir à la force pour rétablir la sécurité dans le pays. Les décisions prises au profit de certaines catégories telles que les magistrats n'étaient pas du goût de ces derniers qui continuent à déserter les tribunaux au grand dam des justiciables.
Mais que prévoit-il pour les protestataires dans les régions ? Rien que moins que des décisions semblables prises en faveur de la région de Tataouine. Autrement, le pays s'enflammera de nouveau. Cela sans compter l'impact du coronavirus sur l'économie du pays, sachant qu'à ce jour, le virus a atteint 12% de la population sans que le pic soit encore atteint. Ainsi, la question qui reste posée : où va-t-on aux niveaux politique, économique, social et sanitaire ?
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.