Alors que la défense d'Oultache évoque un tir mortel d'une tierce personne : La partie civile s'interroge sur les commanditaires de l'assassinat de Tounsi    30 000 comprimés de Lyrica et 300 millions de cts à bord d'une 4×4 à El Tarf    Imposante mobilisation à Alger    À qui distribuer les bons points ?    L'Opep+ affole les banques d'affaires    L'Algérie enregistre un net progrès en 2020    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Une lettre du Président sahraoui adoptée comme document officiel    Brahim Ghali dénonce l'inaction de l'ONU    Qui s'y frotte s'y pique    Algérie : l'ONU réclame une enquête et la fin des détentions arbitraires    La violation par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu "met à nu son échec cuisant"    Résultats    Boudaoui forfait face à la Zambie et au Botswana    Sous haute tension    Zetchi, réhabilité, ira à Rabat    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    La rencontre fédérale a failli dégénérer    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Près de 600 millards pour une centaine de zones d'ombre    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    Le court métrage algérien Mania primé    APLS: poursuite des attaques contre les forces d'occupation marocaine    Ligue 1 (16e j): l'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    En finir avec les pratiques du passé    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Tlemcen: Les directeurs des services agricoles recadrés    El Tarf: Sensibilisation des agriculteurs sur la protection des arbres fruitiers    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Côte d'Ivoire et Zambie en amical    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Facebook (35,3 millions d'abonnés) et Instagram (24,6 millions)
Le point sur sa présence sur les réseaux sociaux
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 01 - 2021

Les deux réseaux, qui appartiennent au groupe Facebook, ont d'abord suspendu temporairement les comptes de Donald Trump juste après l'attaque à Washington, avant de prolonger cette mesure pour une durée indéterminée le lendemain, au moins jusqu'à la transition du 20 janvier, lorsque le démocrate Joe Biden prendra officiellement ses fonctions à la Maison-Blanche.
«Nous pensons que permettre au Président de continuer à utiliser nos services pendant cette période pose des risques trop grands», s'est justifié sur son compte Facebook Mark Zuckerberg, P-dg du groupe.
Twitter (88,8 millions d'abonnés)
Canal de communication le plus utilisé par le 45e Président américain, qui passait presque exclusivement par son compte personnel et non celui réservé au Président américain, Twitter a suspendu indéfiniment le compte àrealDonald Trump vendredi, privant le milliardaire d'un accès à ses quelque 89 millions d'abonnés.
«Après examen approfondi des tweets récents de àrealDonaldTrump et du contexte actuel — notamment comment ils sont interprétés (...) — nous avons suspendu le compte indéfiniment à cause du risque de nouvelles incitations à la violence» de la part du Président américain sortant, a expliqué l'entreprise dans un communiqué.
Le réseau des gazouillis, qui est la plateforme où Donald Trump comptait le plus d'abonnés, avait déjà durci ses mesures de rétorsion mercredi, en supprimant plusieurs messages du chef d'Etat, au lieu de simplement les masquer avec des notes d'avertissement.
Twitter avait ensuite suspendu son compte pendant douze heures avant de le réactiver jeudi, à la surprise générale.
Youtube (2,7 millions d'abonnés)
La chaîne de Donald Trump sur la plateforme de Google est encore en ligne mais plusieurs vidéos contestant les résultats du scrutin ont été retirées.
La politique de Youtube (Google) sur ce type de désinformation a également été durcie: «Les chaînes qui reçoivent trois avertissements en 90 jours seront retirées de façon permanente», a prévenu Youtube.
Snapchat (2 millions d'abonnés)
Le réseau social très apprécié par les jeunes générations pour ses envois de contenus éphémères a bloqué le profil du Président sortant jeudi.
En juin, son P-dg Evan Spiegel avait déjà semblé adresser - sans le mentionner - un premier avertissement en filigrane à Donald Trump, au moment des manifestations du mouvement Black Lives Matter.
«Nous continuons à autoriser des personnes clivantes à conserver un compte sur Snapchat, tant que le contenu publié respecte nos conditions d'utilisation, mais nous ne promouvrons pas ce compte ou son contenu», écrivait-il, alors que la plateforme dispose d'un espace «Discover» pour mettre en avant du contenu qu'elle a choisi.
Twitch (152 000 abonnés)
La plateforme de diffusion de vidéos, propriété du géant du e-commerce Amazon et très prisée des gamers pour y diffuser leurs parties en direct, a pris elle aussi la décision de suspendre le compte du Président des Etats-Unis jeudi.
«Au regard des circonstances exceptionnelles et de la rhétorique incendiaire du Président, nous croyons qu'il s'agit d'une mesure nécessaire pour protéger notre communauté et empêcher Twitch d'être utilisé pour inciter à davantage de violences», a fait valoir le réseau dans un communiqué aux médias américains.
Il prévoit lui aussi de réévaluer sa position après la transition du 20 janvier.
Trump et les réseaux sociaux : qui fait quoi ?
Particulièrement friand des réseaux sociaux, Twitter en tête, Donald Trump a perdu son moyen de communication favori après l'attaque du Capitole mais d'autres plateformes ont également suspendu le compte du Président américain, accusé d'avoir chauffé à blanc les esprits de ses partisans en continuant à contester les résultats de l'élection présidentielle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.