7 façons de faire plus de sport au quotidien sans vous en rendre compte    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Quelles formes pénales ?    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Le compte à rebours commence    Zeghdoud à la barre de l'USMA    "Beaucoup reste à faire"    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    Les femmes battent le pavé à Alger    «Journée de la colère» avec une nouvelle dégringolade monétaire    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Lamentable posture pour les «démocrates»    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Joan Laporta, le grand retour    Brèves Omnisports    Ouallal et Asselah précocement éliminées    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    Le rêve d'une reprise    Quand les banques n'appliquent pas    La santé pour tout le monde    Une neuvième victime retrouvée    Fin de la polémique sur les «tarawih»    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    C'était un certain 08 mars 2007    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Charge pénale des réseaux sociaux ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 10 - 01 - 2021

Les entreprises qui pilotent les réseaux sociaux ont-elles agi de leur propre chef ou sous une pression extérieure en procédant à la suspension des comptes du président américain sortant ? Ce n'est pas une mince affaire pour les patrons de Twitter et Facebook de proscrire des réseaux sociaux un président encore en exercice, même si c'est pour quelques jours, d'une façon permanente ou indéfiniment depuis vendredi dernier pour le premier et pour une durée indéterminée pour le second depuis jeudi. Il faut croire qu'en agissant de la sorte, les deux puissantes entreprises sont les premières à condamner le président américain sortant pour des faits graves, sans précédent dans l'histoire.
«Après examen approfondi des tweets récents de @realDonaldTrump et du contexte actuel - notamment comment ils sont interprétés (...) - nous avons suspendu le compte indéfiniment à cause du risque de nouvelles incitations à la violence» de la part du président américain sortant, a expliqué l'entreprise dans un communiqué. En termes claires, l'entreprise lui reproche d'utiliser son compte sur Twitter, qui totalise 88 millions d'abonnés, pour exciter les foules et les pousser à commettre des actes de violence. Facebook a, pour les mêmes motifs, pris la décision de suspendre le profil du locataire de la Maison Blanche de tous ses services (Facebook, Snapchat et Twitch) une journée avant Twitter. S'agit-il d'un pré-acte pour l'application de l'article 5 de la Constitution américaine ?
Il a été question de la procédure de destitution de Trump depuis l'assaut de ses partisans contre le Capitole. On est allé jusqu'à demander son éloignement des codes nucléaires. Chose qui laisse croire que les patrons des réseaux sociaux ont été encouragés et soutenus dans leur action. Reste maintenant à savoir si ses adversaires peuvent utiliser cet argument et le charger d'incitation à la violence, par le biais des réseaux sociaux, pour l'attaquer devant les tribunaux, d'autant qu'il y a eu mort d'hommes lors des incidents du Capitole. Le président élu, Joe Biden, a menacé en termes à peine voilés en lançant dans le sillage de ces troubles que «les présidents américains ne sont pas au-dessus de la loi». Probablement qu'on n'irait pas jusque-là, mais pour faire pression sur Trump et le pousser à démissionner il est possible d'utiliser cette carte.
Un point noir dans l'histoire que représente l'assaut contre le Capitole par les partisans de Trump, est déjà de trop pour les Américains qui ont toujours évité d'entacher l'histoire en traînant un président devant les tribunaux ou devant une commission parlementaire. Dans des cas pareils, on préfère que le président dépose une démission, comme l'a fait Richard Nixon après l'éclatement du scandale du Watergate. D'ailleurs, les avertisseurs sont nombreux, dont le quotidien américain The Wall Street Journal, qui a appelé Donald Trump à «prendre sa responsabilité personnelle et à démissionner» car «c'est mieux pour tout le monde, y compris lui-même, s'il s'en va tranquillement». Le concerné entendra-t-il cet appel ? Ses dernières sorties laissent croire le contraire, car il considère que les réseaux sociaux ont «interdit la liberté d'expression», et compte lancer sa propre plateforme dans un futur proche et refuse de participer à la cérémonie d'investiture du nouveau président le 20 janvier prochain. L'Amérique n'a pas encore clos ce sombre chapitre de son histoire, car on craint de nouvelles émeutes avant le 20 janvier selon des plans de manifestations armées que font circuler les partisans de Trump sur Twitter.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.