Coupe de la Confédération (Gr. B / 5e J): victoire de la JS Kabylie devant Coton Sport (2-1)    Gouvernement: examen d'un projet de création d'une autorité de régulation du marché du tabac    La Commission africaine des droits de l'Homme appelée à protéger les sahraouis dans les territoires occupés    Décès d'Idris Deby : la communauté internationale appelle à préserver la paix    Coronavirus: 182 nouveaux cas, 129 guérisons et 7 décès    Grandiose marche nocturne à Akbou    Perturbation dans l'approvisionnement en huile de table    Manojlovic, nouvel entraîneur    Le MJS invalide l'élection de Labane    Le MJS met la pression sur les élus    Le marché dans tous ses états    Bechar: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Les appels à la libération de Rabah Karèche se multiplient    Le Cnese fait peau neuve    Evolution technologique    Paré pour l'aventure    Youcef Bouzidi apporte ses précisions    Brahmia succède à Almas    Programme national des énergies renouvelables: création d'une société mixte Sonatrach/Sonelgaz    Le front social s'emballe    Installation d'un nouveau directeur des douanes    L'Algérie à la 146e place    Le président de SOS Bab El-Oued sous mandat de dépôt    Hausse au premier trimestre 2021    la liste des membres sélectionnés approuvée    Sécurité régionale et relance de l'UMA au menu    Pourquoi il faut rester vigilants    Les travailleurs de l'éducation maintiennent la pression    Béni Douala célèbre ses héros    La Chaîne II inaudible sur la bande FM    La chanson surprise de Lounis Aït Menguellet    Lutte contre la criminalité : Démantèlement de groupes criminels    Coupe arabe de la FIFA 2021 : L'Algérie sera présente au rendez-vous qatari    A partir de la citadelle d'Alger : Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine    Tiaret: La ville croule sous les ordures    Aïn El Turck: Une dizaine de baraques de fruits et de légumes démantelées    Chlef: Les infrastructures seules ne font pas le tourisme    La tomate n'a pas partout le même goût    Marche pacifique à Béjaïa    Le FMI livre ses prévisions    Les oligarques sont-ils de retour?    La Turquie maintient le flou    Fin des poursuites dans une affaire de déstabilisation de l'Etat    L'Algérie condamne l'attaque terroriste du village de Gaigorou    Attaque terroriste sur une base militaire dans le Nord-Est    Le patrimoine et la spiritualité à l'affiche    «Le livre en tamazight a fait des pas de géant»    L'ONDA a versé plus de 50 millions DA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jeux troubles dans un conflit qui s'enlise
Sommet G5-Sahel au Tchad
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 02 - 2021

Cinq pays du Sahel et la France se sont réunis en sommet, lundi 15 et mardi 16 février 2021, au Tchad pour «faire le point sur la lutte antiterroriste dans la région.
Si les présidents du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) ont pris part à la rencontre de N'Djamena, le Président français Emmanuel Macron a participé en visioconférence, ainsi que le président du Conseil européen Charles Michel, à cause du coronavirus.
Une autre surprise vient de la présence à ce sommet du Premier ministre du royaume du Maroc, sans doute à l'invitation de la France dont on connaît les positions ouvertement pro-marocaines dans la question du Sahara Occidental.
L'on se demande à quoi rime cette initiative qui s'apparente à une manœuvre, prenant comme prétexte la lutte antiterroriste au Sahel, qui ne concerne ni de près ni de loin le Makhzen. En fait, c'est toute la politique de l'ancienne puissance coloniale qui serait en train d'être redéployée pour des raisons qui tiennent principalement à son rôle sur le terrain militaire avec l'opération Barkhane, lancée il y a 8 ans. En France, des voix de plus en plus insistantes se font entendre quant au coût de cette guerre dans des contrées frappées de dénuement complet.
De l'aveu même des officiels français, les victimes principales sont les civils. Malgré les effectifs militaires engagés, la bataille n'est pas pour autant gagnée, loin s'en faut ! Au moins 50 soldats ont trouvé la mort dans les affrontements dans des opérations aux conséquences financières de plus en plus insoutenables.
C'est pourquoi il est question en France d'une volonté d'«ajuster» son engagement, comme l'assurait en janvier dernier Emmanuel Macron en personne.
Ce dernier n'ignore pas aussi la montée du sentiment anti-français dans la région du Sahel, des manifestations populaires ont même eu lieu au Mali, notamment. Mais la France semble hésiter à couper immédiatement dans ses effectifs devant l'échec de sa politique interventionniste.
A ce propos, Niagalé Bagayoko acte l'échec de la coopération militaire occidentale dans le volet de la formation des armées sahéliennes. Niagalé Bagayoko est politologue, présidente de l'African Security Sector Network, une organisation panafricaine qui rassemble des spécialistes de la réforme des systèmes de sécurité. Elle estime que les réponses sécuritaires locales et internationales apportées pour résoudre la crise au Sahel sont inadaptées. Volonté de désengagement ? Quelle est, par ailleurs, la mission dont est chargé le Premier ministre marocain par Paris, sachant aussi que son pays n'est pas membre du G5 ? La France continue dans son jeu trouble, capable, à brèves échéances, de provoquer le chaos dans toute la région. La «sahélisation», c'est-à-dire abandonner les armées nationales des pays du G5 dans une pseudo-relève aux forces armées françaises, une option suicidaire dans un conflit qui rappelle la guerre en Afghanistan, dans laquelle s'était embourbée l'ex-Union soviétique. Ces armées nationales sont sous-entraînées et sous-équipées.
Au Burkina, les soldats ne sortent plus guère des bases quand ils ne sont pas parfois directement attaqués. Dépassée par la tournure des événements, la France choisit-elle par vengeance d'internationaliser le conflit sahélien en faisant appel à l'entrée en lice de troupes d'autres nationalités, au demeurant déjà en place ? Tout cela n'augure guère d'une sortie de crise aux multiples dommages collatéraux.
Brahim Taouchichet


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.