Compétitions interclubs 2021-2022 : La CAF fixe les dates    JS Kabylie : Convention de partenariat avec Sonelgaz    NA Hussein Dey – USM Alger : Victoire impérative pour le Nasria    L'Armée sahraouie poursuit ses attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Corruption: Le maire de Mostaganem condamné à 2 ans de prison    Que cherche à prouver Haftar ?    Tiaret: 55 tonnes d'aide humanitaire pour Ghaza    Titres miniers: 260 offres techniques pour 38 sites    L'AUTRE DON DU CIEL    Les éclaircissements du ministère du Commerce: Blé français refoulé, importation des véhicules de moins de 3 ans    Football - Ligue 1: Durs défis pour le CRB et le MCA    IRB Sougueur: Un club victime d'indifférence    Coupures d'Internet durant le Bac: Une épreuve dans l'épreuve    Ministère de l'Intérieur: Un guichet pour le dépôt à distance de 50 dossiers administratifs    De nombreux postulants tardent à compléter leurs dossiers: L'étude des demandes de logements entravée    Quand on manque d'un projet de société    Le comptage des voix est en cours    Une banque algérienne pour l'export    L'Algérie carburera au sans plomb    Baisse de 19 % en 2020    Le Brent dépasse dépasse les 75 dollars    Quel bilan pour le gouvernement ?    Une question de leadership    Sept nouveaux qualifiés pour les 8es sans jouer    Brèves Omnisports    Les indépendants soutiennent Tebboune    La «Bombe» H2O    Désaccord entre majorité et opposition sur la question sécuritaire    Responsables où êtes-vous?    La plaidoirie de Dalila Boudjemaâ    Lueur d'espoir    "Une 3e vague n'est pas à écarter" selon le professeur Akhamouk    Le triste sort d'une jeune femme Algérienne    Attaque à la voiture piégée, 6 soldats français et 4 civils blessés    Larbaâ nath irathen en deuil    Des démarches pour le classement des ksour Sfissifa et Tiout    L'Europe en chansons et sans visa!    La Bande dessinée en fête à Alger du 25 au 27 juin en cours    Elections régionales en France : Le Rassemblement National de Marine Le Pen prend une raclée    21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne    La justice se penche sur la fraude électorale    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    La chaîne El Hayat TV suspendue pour une semaine    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Une grande Histoire à apaiser    L'enjeu des locales et la survie des partis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La pensée libre» à la barre
Affaire Djabelkhir
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 02 - 2021

Le procès de l'universitaire Saïd Djabelkhir s'ouvre aujourd'hui au tribunal de Sidi-M'hamed. L'islamologue est poursuivi pour «dénigrement du dogme ou des préceptes de l'Islam».
Tarek Hafid - Alger (Le Soir) - Spécialiste du soufisme et initiateur du Cercle des lumières pour une pensée libre (CLPL), Djabelkhir comparaît aujourd'hui devant le tribunal de Sidi-M'hamed. Saïd Djabelkhir a fait l'objet d'une plainte déposée par Abderrezak Bouidjra, un professeur à l'Université de Sidi-Bel-Abbès, suite à quatre publications diffusées sur les réseaux sociaux jugées «attentatoires» à l'Islam, selon le plaignant. La procédure a été engagée sur la base de l'article 144 bis 2 du code pénal. «Est puni d'un emprisonnement de trois ans à cinq ans, et d'une amende de cinquante mille à cent mille dinars, ou l'une de ces deux peines seulement, quiconque offense le Prophète et les envoyés de Dieu ou dénigre le dogme ou les préceptes de l'Islam, que ce soit par voie d'écrit, de dessin, de déclaration ou tout autre moyen», précise cet article. Invité de l'émission «LSA direct», Saïd Djabelkhir a affirmé ne pas connaître Abderrezak Bouidjra et s'est dit étonné de ne pas avoir été convoqué par le magistrat instructeur. L'islamologue a également dénoncé cette procédure et la teneur même de l'article 144 bis 2. «Le problème, c'est que l'article n'est pas explicite. On parle sur quelle base, quelle norme : malékite, achârite ou soufie (qui sont les normes de base dans le discours religieux en Algérie), ou soufie, salafiste ou wahhabite ? C'est ce qui n'est pas clair dans cette loi. Je cite notamment les citations de l'Emir Abdelkader dans son livre El Mawakif, qui contreviennent directement alors au contenu de cette loi», a précisé Saïd Djabelkhir. Pour lui, cette affaire vise à criminaliser «la pensée libre et le débat». Notons que cette affaire a donné lieu à une vague de solidarité en faveur de Saïd Djabelkhir.
T. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.