Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine
Yémen
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 03 - 2021

Une conférence de haut niveau est prévue lundi à Genève pour appeler à un soutien international au peuple yéménite, coïncidant avec une visite de l'envoyé spécial de l'ONU au Yémen, Martin Griffiths, à la capitale saoudienne, Riyadh, axée sur les moyens d'instaurer un cessez-le-feu dans ce pays où les déplacés sont confrontés à un risque imminent de famine.
Le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) a souligné qu'«afin de mobiliser le soutien international en faveur du peuple yéménite, Filippo Grandi, le haut commissaire des Nations-Unies pour les réfugiés, participera lundi à la conférence virtuelle de haut niveau pour appeler à un soutien international robuste envers des efforts d'aide humanitaire vitaux».
Le HCR recherche 271 millions de dollars pour ses opérations au Yémen en 2021. «Seulement 6% de ce montant a déjà été reçu et nous pourrions être obligés de réduire considérablement le nombre de bénéficiaires de l'aide, avec des conséquences dramatiques notamment pour les déplacés (...)», a déclaré récemment le porte-parole du HCR Boris Cheshirkov.
Lundi soir, M. Griffiths est arrivé à Riyadh dans le cadre du renforcement des «efforts pour parvenir à un cessez-le-feu à l'échelle nationale, l'allègement des souffrances du peuple yéménite et la reprise du processus politique».
Le porte-parole des Nations-Unies, Stéphane Dujarric, avait indiqué qu'«il est prévu que Griffiths se réunisse dans les prochains jours avec des responsables et des diplomates yéménites et saoudiens», sans donner de détails supplémentaires.
La visite de Griffiths intervient à l'issue d'une série d'escalades militaires sur plusieurs fronts yéménites, en particulier dans la province de Marib (est).
Dans ce contexte, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté, jeudi soir, la résolution (numéro 2564), publiée en vertu du chapitre VII de la Charte des Nations-Unies (qui stipule que la force armée peut être utilisée pour l'appliquer), a renouvelé le système des sanctions financières et des interdictions de voyager contre des individus et des entités menaçant la paix, la sécurité et la stabilité au Yémen, jusqu'au 28 février 2022.
Le mandat du groupe d'experts chargés de contrôler l'interdiction d'exportation des armes a été prorogé jusqu'au 28 mars de la même année. Le Yémen fait l'objet de sanctions interdisant les exportations d'armes depuis 2015, conformément à la Résolution 2216 du Conseil de sécurité, qui visent le mouvement Ansarulah dits Houthis et les forces alliées au défunt Président Ali Abdallah Saleh. Elles sont renouvelées chaque année.
La Résolution 2 564 condamne l'escalade continue à Marib, au Yémen. Elle appelle à cesser immédiatement les attaques, sans conditions préalables, à mettre fin à l'escalade et à cesser le feu dans toutes les régions du pays. Le document souligne la responsabilité du mouvement houthi quant au «supertanker de stockage et déchargement» de pétrole Safer, amarré en mer Rouge, au nord de la ville yéménite d'Al-Hodeïda.
Le Conseil de sécurité s'est félicité de la formation du nouveau gouvernement yéménite conformément à l'Accord de Riyadh et a appelé, dans sa résolution, à la reprise urgente des pourparlers entre les différentes parties.
Le Conseil a exhorté les Etats membres à «soutenir les efforts des gardes-côtes yéménites, en vue de la mise en œuvre effective des mesures imposées par la Résolution 2216, dans le respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale du Yémen».
Boris Cheshirkov a appelé à un couloir de sécurité pour les civils qui sont forcés de fuir leurs domiciles. «Les belligérants ne doivent épargner aucun effort pour protéger la population prise au piège dans le conflit et atténuer son impact sur les civils», a-t-il soutenu. Il ajoute que «l'insécurité continue d'entraver l'acheminement de l'aide aux civils à Marib, avec des conséquences désastreuses pour les plus vulnérables d'entre eux».
Le responsable onusien a relevé que les sites existants de déplacés internes sont déjà surpeuplés, et les efforts d'aide humanitaire sont mis à rude épreuve.
Plus de 800 000 déplacés yéménites ont trouvé refuge dans cette partie du pays, et ce, depuis le début du conflit en 2015 pour la plupart d'entre eux, selon les chiffres de l'agence onusienne.
D'après le même responsable, le nombre croissant de déplacés yéménites est désormais confronté à une grave insécurité alimentaire. Selon les évaluations du HCR, 64% des familles déplacées n'ont aucune source de revenus. D'autres gagnent moins de 50 dollars par mois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.