L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des dizaines de blessés dans une manifestation dispersée par la police
Bangladesh
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 03 - 2021

Des dizaines de personnes ont été blessées dimanche au Bangladesh quand la police a tiré des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes contre des manifestants qui protestaient après le décès en prison d'un écrivain.
La chaîne de télévision locale Channel 24 a diffusé des images de scènes de chaos près du Club national de la presse, à Dacca, où des policiers ont frappé les manifestants à coups de matraque pour disperser la foule.
De jeunes militants du principal mouvement d'opposition, le Parti nationaliste du Bangladesh (BNP), ont ensuite attaqué la police avec des tuyaux en plastique et jeté des pierres sur les forces de l'ordre qui ont riposté en faisant usage de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogène, a déclaré le commissaire adjoint de la police de Dacca, Sazzadur Rahman. «Ils n'avaient pas d'autorisation» de manifester, a-t-il ajouté pour justifier la décision de la police de disperser le rassemblement. Le porte-parole du BNP Rizvi Ahmed a déclaré qu'une trentaine de militants étudiants avaient été blessés. Plusieurs policiers ont été touchés, dont un qui a été hospitalisé.
Il a précisé qu'un demi-millier de personnes s'étaient rassemblées au Club national de la presse, avec l'intention de former une chaîne humaine pour protester contre le traitement de l'écrivain Mushtaq Ahmed, décédé jeudi dans une prison de haute sécurité, mais aussi la répression contre les écrivains, journalistes et militants critiquant le gouvernement. Interrogé sur l'absence d'autorisation de manifester, il a expliqué qu'auparavant, aucun feu vert n'était nécessaire pour se rassembler là où ils étaient.
«Alors qu'ils étaient debout pour former une chaîne humaine, la police armée de matraques a chargé dans le tas», a-t-il dit. «C'est un meurtre», a-t-il par ailleurs accusé au sujet du décès de Mushtaq Ahmed. «Nous pensons que l'Etat y est mêlé.» Mushtaq Ahmed, 53 ans, écrivain et éleveur de crocodiles, a été arrêté en mai après avoir critiqué sur internet la gestion par le gouvernement de la pandémie de Covid-19. Il a été accusé, en vertu de cette loi, d'avoir diffusé des rumeurs et de s'être livré sur Facebook à des activités «anti-étatiques».
Les autorités pénitentiaires ont annoncé que l'écrivain était décédé jeudi après avoir eu un malaise. Selon elles, il n'avait pas de maladie grave. De nombreuses associations bangladaises et étrangères ont demandé une enquête urgente sur les circonstances de ce décès. Dans une déclaration conjointe, treize ambassadeurs en poste dans le pays, dont ceux des Etats-Unis, de France, de Grande-Bretagne, du Canada et d'Allemagne, avaient exprimé «leur profonde préoccupation».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.