Espionnage marocain contre des responsables algériens: l'Algérie exprime sa profonde préoccupation    Crise en Libye : Lamamra s'entretient avec Jan Kubis des derniers développements du processus politique    Manchester United: Sancho, c'est signé ! (officiel)    Canicule: des températures de 44 degrés sur des wilayas de l'Ouest et du Centre du pays    Décès à 72 ans du journaliste et homme de culture Abdelhakim Meziani    L'homme de théâtre Abdelmalek Boussahel n'est plus    Tottenham : Heung-min Son récompensé    Real : Benzema privé de reprise à cause du covid    Championnat de France "Open": Syoud sacré sur 200m quatre nages    Pegasus: "le Maroc agit en toute impunité"    Le président de la République reçoit le président de l'ANIE    BAC 2021: un taux de réussite national de 61,17 %, une moyenne d'admission à 9,5/20    Aïd El-Adha : la permanence des commerçants respectée à 100%    UNE FOULE NOMBREUSE SALUE UN MILITANT POLITIQUE ENGAGE    Sonatrach se dote d'un code d'éthique D. R.    Une tradition ressuscitée dans les villages d'Aïn Zaouïa    L'Epwgcet en appelle au civisme des citoyens    50 blessés durant les deux jours de fête    KAMEL BOUGDAL TIRE SA REVERENCE    Le journaliste Adlène Hamidechi n'est plus    La LFP interpellée sur les dates des matchs en retard    Nourredine Saâdi n'est plus    Le ministre de la Santé limogé en plein rebond épidémique    L'Algérie appelée à consolider ses capacités de production    «Intelligence et lutte contre la cybercriminalité»    Comme il avait raison Ammar !    Le variant Delta menace la demande    Enfin un plan B ?    La rentrée scolaire se prépare déjà    Un calendrier pour concrétiser les accords stratégiques    La LFP attend un «signe»...    Sortie de Money le nouveau single d'Ayoub Medjahed    Le «Ennio Morricone» algérien    Allô Alger    Mali : Ouverture d'une enquête après la tentative d'assassinat du président    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique du Prince héritier d'Abu Dhabi à l'occasion de l'Aid El Adha    El Hawma au théâtre : Un spectacle qui veut bousculer les vieilles habitudes    Les masques sont tombés    L'eau pour tout le monde    Le variant Delta sera prédominant dans les prochains mois    Une nouvelle dynamique à l'export    Des drones pour reboiser les forêts ?    Le programme LPL relancé dans 15 wilayas    Une commission pour plancher sur le cadre juridique    Le Conseil constitutionnel s'indigne    Un monument de la presse sportive s'en va    L'actrice Pilar Bardem est décédée à 82 ans    «L'Algérien n'est pas mis en cause...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Blida : tragédie en quatre actes
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 06 - 2021

«Trois travailleurs de l'Office national d'assainissement de Blida (ONA) sont décédés, lundi vers 10h, après une chute dans une cuve d'eaux usées, d'une profondeur de 6 mètres et appartenant au centre d'épuration de Beni-Mered, à 5 kilomètres au nord de Blida... La mort serait causée par l'inhalation des gaz toxiques dégagés par les eaux usées», selon notre correspondant local. On ne va pas refaire le monde, la vie et la mort. Mais il est des morts qui interpellent plus que d'autres. Quand elles ne répondent à aucune logique naturelle. Ne me dites pas qu'il n'y a aucune logique dans la mort, il y a une logique partout. Sinon, il y aurait autant d'octogénaires qui meurent chaque jour que de trentenaires. Sinon, il y aurait autant de gens qui décèdent dans leur chambre que sur un lit d'hôpital. Sinon, il y aurait autant de morts au Bangladesh qu'en Norvège. Normalement, naturellement donc, on ne devrait pas mourir comme ça, en allant le matin travailler dans un centre d'épuration d'eau. On ne tombe pas dans une cuve d'eaux usées d'une profondeur de six mètres pour mourir étouffés par les gaz toxiques qui s'en dégagent. Ces ouvriers, certainement de braves pères de familles, doivent être jeunes et en bonne santé. Ils ont dû échapper au Covid-19 qui a fait tant de malheurs dans la localité. Ils ont dû aussi échapper aux accidents de la route qui font des drames et des drames tous les jours. Ils sont peut-être trop jeunes pour vivre l'horreur terroriste dont la région n'est pas encore tout à fait guérie. Fin du premier acte de la tragédie. Dans une station d'épuration d'eau où il y a des cuves aussi profondes «fréquentées» par des ouvriers, il devrait y avoir des mesures de sécurité, des installations, des normes, un protocole et tout le reste. Dans des cuves où il y a autant de gaz toxiques, il doit y avoir un dispositif qui atténue les dégâts en cas d'accident. Parce qu'un accident, ça peut arriver, partout, tout le temps. Et en atténuer les conséquences, c'est éviter la mort. Parce que la mort, c'est le pire. Vous savez pourquoi ? Parce qu'elle est définitive. Fin du deuxième acte de la tragédie. Dans un pays où on meurt de tout, y compris de paresse, on devrait avoir plus de considération pour ceux qui meurent au travail. Ce n'est malheureusement pas le cas. On n'a pas entendu beaucoup de monde s'émouvoir outre-mesure pour les ouvriers de Beni-Mered. On a encore moins entendu la patrie reconnaissante pour ceux qui se lèvent le matin pour aller au labeur... et y laisser leur vie. Fin du troisième acte de la tragédie. Quand il y a mort d'hommes, un mort est un mort de trop. À Blida, il y en a eu trois, deux autres y ont échappé miraculeusement. Quelqu'un est responsable de la catastrophe. Dans un pays où personne ne rend des comptes, ça devrait... commencer. Fin du quatrième acte de la tragédie. Fin.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.