De la surfacturation à la sous-facturation !    Entreprises: La dépénalisation de l'acte de gestion en question    Assainissement du foncier industriel: 307 actes de concession annulés pour non concrétisation des projets    Football - Ligue 1: Une étape pour y voir plus clair    Assises nationales de la santé: Des participants et des boycotteurs    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    La Baraka du baril    Un marché pour les produits fabriqués par les femmes    Christopher Ross: «je persiste et je signe»    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Ce que propose Lamamra pour protéger les migrants    Le nouveau procès en appel de Hamel reporté    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Lorsque Rabah Madjer était «Mustapha»    Les choses sérieuses commencent    Tebboune présente ses condoléances    Le MDN organise un colloque historique    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Le corps de l'avocat Zitouni retrouvé    Enfin des logements pour les sinistrés    Le Makhzen joue ses dernières cartes    L'artisanat des idées    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Ecrivain algérien Youssef Bendekhis lauréat    Journées de formation sur la gestion des risques biologiques    La distribution d'essence peine à redémarrer    "COMME UN MIROIR BRISE"    Campagne de sensibilisation dans le milieu estudiantin    MERIEM    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    Un studio de cinéma en plein air à Oultem !    Abbas Righi chante le malouf à Montréal    Cour de Boumerdès : Le nouveau procès en appel de Hamel reporté au 24 novembre    La JS Saoura affrontera les Ghanéens de Hearts Of Oak    La CAF reporte le match Soudan-Algérie    Deux organisations plaident en faveur d'un mécanisme de surveillance des droits humains    Des offres chez Peugeot Algérie    Les putschistes isolés    Les députés adoptent des ordonnances déjà appliquées    Forcing pour l'arrivée d'une filiale de Sonatrach    Sûreté de wilaya: La police honore la presse    Les dernières cartouches des imposteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Blida : tragédie en quatre actes
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 06 - 2021

«Trois travailleurs de l'Office national d'assainissement de Blida (ONA) sont décédés, lundi vers 10h, après une chute dans une cuve d'eaux usées, d'une profondeur de 6 mètres et appartenant au centre d'épuration de Beni-Mered, à 5 kilomètres au nord de Blida... La mort serait causée par l'inhalation des gaz toxiques dégagés par les eaux usées», selon notre correspondant local. On ne va pas refaire le monde, la vie et la mort. Mais il est des morts qui interpellent plus que d'autres. Quand elles ne répondent à aucune logique naturelle. Ne me dites pas qu'il n'y a aucune logique dans la mort, il y a une logique partout. Sinon, il y aurait autant d'octogénaires qui meurent chaque jour que de trentenaires. Sinon, il y aurait autant de gens qui décèdent dans leur chambre que sur un lit d'hôpital. Sinon, il y aurait autant de morts au Bangladesh qu'en Norvège. Normalement, naturellement donc, on ne devrait pas mourir comme ça, en allant le matin travailler dans un centre d'épuration d'eau. On ne tombe pas dans une cuve d'eaux usées d'une profondeur de six mètres pour mourir étouffés par les gaz toxiques qui s'en dégagent. Ces ouvriers, certainement de braves pères de familles, doivent être jeunes et en bonne santé. Ils ont dû échapper au Covid-19 qui a fait tant de malheurs dans la localité. Ils ont dû aussi échapper aux accidents de la route qui font des drames et des drames tous les jours. Ils sont peut-être trop jeunes pour vivre l'horreur terroriste dont la région n'est pas encore tout à fait guérie. Fin du premier acte de la tragédie. Dans une station d'épuration d'eau où il y a des cuves aussi profondes «fréquentées» par des ouvriers, il devrait y avoir des mesures de sécurité, des installations, des normes, un protocole et tout le reste. Dans des cuves où il y a autant de gaz toxiques, il doit y avoir un dispositif qui atténue les dégâts en cas d'accident. Parce qu'un accident, ça peut arriver, partout, tout le temps. Et en atténuer les conséquences, c'est éviter la mort. Parce que la mort, c'est le pire. Vous savez pourquoi ? Parce qu'elle est définitive. Fin du deuxième acte de la tragédie. Dans un pays où on meurt de tout, y compris de paresse, on devrait avoir plus de considération pour ceux qui meurent au travail. Ce n'est malheureusement pas le cas. On n'a pas entendu beaucoup de monde s'émouvoir outre-mesure pour les ouvriers de Beni-Mered. On a encore moins entendu la patrie reconnaissante pour ceux qui se lèvent le matin pour aller au labeur... et y laisser leur vie. Fin du troisième acte de la tragédie. Quand il y a mort d'hommes, un mort est un mort de trop. À Blida, il y en a eu trois, deux autres y ont échappé miraculeusement. Quelqu'un est responsable de la catastrophe. Dans un pays où personne ne rend des comptes, ça devrait... commencer. Fin du quatrième acte de la tragédie. Fin.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.