LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Baâdji passe à l'acte, ses détracteurs n'en démordent pas    L'avant-projet de loi définissant les modalités d'élection des membres du CSM remis à Tabi    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    Cherche oxygène désespérément    Le coup de grâce du Covid-19    L'aval de Mohammed VI    La révolution électrique en marche    Opération spéciale été    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    Les festivités reportées au mois de décembre prochain    Amar Bourouba, le défenseur qui n'a pas eu peur de Pelé    Vaccination du personnel éducatif avant la rentrée sociale    La protection pénale de la richesse forestière en débat    Les cliniques privées non impliquées à Sétif    «Nous ne sommes pas à l'abri d'une 4e vague»    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Le programme du mois d'août    MC Oran : La Real Sociedad s'intéresse à Belloumi    Le président prie Feghouli de trouver un club    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Sétif : Le professeur Abdelmadjid Kessaï s'est éteint    Son prix explose dans les marchés: Lorsque le citron joue à la grosse légume    El Tarf - Covid-19 : des opérations de contrôle et de sensibilisation    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Les fruits amers des accusations interposées    Installé hier: Le Général Ali Ouelhadj Yahia, nouveau Commandant de la Gendarmerie    Ambassade des Etats-Unis à Alger: Une «bourse de développement du leadership»    L'été de tous les cauchemars    Les mégaprojets miniers revisités par 5 ministres    Un blessé et d'importants dégâts matériels    La date bientôt fixée    Trois dossiers brûlants au menu    L'Algérie produira de l'oxygène chinois    Des malades de plus en plus jeunes    Le gouvernement espagnol doit intervenir pour mettre fin aux violences marocaines    Yahi attend la réponse de Sayoud    Franck Dumas nouvel entraîneur    La pandémie a été «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase»    La chute d'une grue fait un blessé    34 millions de dollars de recettes pour Disney    34 Nouveaux sites inscrits    Un projet novateur et révolutionnaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



À quoi joue Haftar ?
Frontières Algéro-Libyennes
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 06 - 2021

Une situation peu anodine se déroule depuis quelques jours à la frontière algéro-libyenne. Les forces du maréchal Haftar auraient pris position dans un poste limitrophe avec l'Algérie et l'auraient déclaré zone militaire fermée à tout déplacement.
L'information a été dévoilée par plusieurs médias libyens parmi lesquels la télévision Libya Al Hadath qui est allée jusqu'à diffuser des images montrant des véhicules militaires relevant de la milice de Haftar, la 128e brigade, occuper le terrain en question.
Les mêmes sources affirment également qu'il a été décrété zone militaire et que toute activité ou déplacements y sont désormais interdits.
Le site Menadéfense, relayant les médias proches de Haftar, nous en apprend cependant plus et fait savoir que le poste frontalier occupé par les troupes de Haftar est celui de Issine et qu'il est situé près de la ville de Ghat qui fait face au poste frontalier algérien Tin-el-Koum, dans la wilaya de Djanet. Menadéfense, spécialisé dans les questions de défense, affirme également détenir l'information selon laquelle le mouvement des troupes a été ordonné le 12 juin dernier.
«Les éléments de la 128e brigade ont quitté Sebha pour s'enfoncer vers le sud-ouest vers la frontière algérienne», rapporte encore ce média.
Jusqu'à l'heure, aucune autorité libyenne n'a émis un quelconque avis sur les faits qui se déroulent dans cette zone. La même attitude est observée chez les porte-voix de Haftar. Pas de réaction également côté algérien. Mutisme total donc autour de cette affaire dont on ne sait pas plus que ce qui a été rapporté par la presse libyenne mais qui intervient, toutefois, dans un contexte national libyen assez particulier.
Après de lourds échecs dans le nord de son pays et son incapacité à s'emparer de Tripoli au nom de la guerre sans merci qu'il livre contre les groupes terroristes, les troupes de Haftar ont pris l'ordre de se diriger vers le Sud libyen pour y lancer une opération antiterroriste d'envergure.
Autoproclamé commandant en chef de l'armée libyenne, le maréchal conduit une milice qui active de façon autonome, mais qui continue surtout de peser de tout son poids dans l'échiquier libyen en raison de l'appui que lui apportent plusieurs pays arabes et certains Etats occidentaux. Son action inattendue intervient également au moment où un renforcement notable des relations algéro-libyennes est enregistré.
L'Algérie a manifesté une volonté d'aller de l'avant dans ses relations avec ce pays en lui apportant également des aides concrètes parmi lesquelles on compte la décision de rouvrir le poste de Deb-Deb et l'alimentation du territoire libyen en électricité. Il y a cinq jours, une délégation algérienne, conduite par le responsable de Sonelgaz, s'est d'ailleurs déplacée à Tripoli pour discuter du sujet.
Le fait que Haftar décide de s'emparer d'un poste algéro-libyen ne peut que susciter des interrogations aujourd'hui. A quoi obéit sa logique ? Provocation ? Riposte à la démarche algérienne hostile aux milices agissant hors de la coupe du commandement militaire libyen? Dans une récente interview à la chaîne qatarie Al Jazeera, Abdelmadjid Tebboune n'a pas mâché ses mots en qualifiant les forces de Haftar de milices et en affirmant surtout qu'il avait donné des instructions pour empêcher que Tripoli tombe entre les mains de mercenaires.
Le fait que l'action de Haftar n'ait été accompagnée d'aucune déclaration pourrait toutefois être interprété comme étant probablement une « simple gesticulation », estime Akram Kharief, spécialiste en question défense.
Notre interlocuteur précise même que, selon des informations recueillies auprès d'habitants de la ville de Ghat, aucune présence des troupes de Haftar n'avait été signalée dimanche en mi-journée.
Haftar pourrait également avoir calculé son coup et détourner l'attention sur cet événement à la veille d'une échéance importante pour la Libye. Dans deux jours, le 23 juin prochain se tiendra la conférence de Berlin II sur la Libye, où il est question de se pencher sur le processus mis en place pour parvenir à stabilité du pays et bien sûr la préparation des élections législatives et présidentielle prévues avant la fin de l'année. La dernière carte qu'a donc trouvée Haftar pour faire échouer l'avancée du processus ?
Abla Chérif


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.