Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    En finir avec les «gamineries»!    Divindus chez Zeghdar    Beldjoud exige une accélération du rythme    Les professionnels du tourisme suffoquent    Les partis islamistes s'agitent    Des groupes pro-Iran saluent la «fin de la mission de combat» des Etats-Unis    Le temps que le péril passe    Osaka s'est éteinte à domicile    Benchabla battu en 8es de finale    Les Américaines passent en quarts    Le diktat des solariums a la peau dure    Un «ouf» de soulagement    Un plan d'urgence s'impose    «La famille de Barack Obama produira un film sur ma carrière...»    Henri Vernes est mort    Le livre aura son festival à Bouzeguène    Les spécialistes pointent les insuffisances    L'administration biden souhaite travailler avec l'Algérie    Un hôtel transformé en hôpital à Zéralda    Du nouveau pour l'importation des concentrateurs d'oxygène    La moudjahida Meriem Belmihoub Zerdani tire sa révérence    "C'EST UN PUTSCH DE PALAIS"    Critiques de l'étranger, soutien de la classe politique    L'espoir d'une libération pour Rabah Karèche    GOUDJIL ET BOUGHALI TIRENT À BOULETS ROUGES SUR LE MAROC    Lamamra s'entretient avec Hood sur les perspectives du règlement des crises dans la région    «Pourquoi pas un ministre-maire !»    Dekimeche s'en va, Hanniched promu    Simple oubli ?    L'Algérie face à ses risques majeurs : que faire ?    Le droit d'avoir des droits, comme l'Homme    Ligue des champions féminine : Affak Relizane à un succès de la phase finale    Nemouchi troisième boxeur qualifié aux huitièmes    Jijel: Trois ans de prison pour avoir animé un mariage durant le confinement    Athlétisme: Taoufik Makhloufi n'ira pas à Tokyo    Football - Ligue 1: Journée favorable au CRB    La réforme du système fiscal mondial a l'ère du numérique    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien wali de Tipasa reporté    Un barbecue abandonné à l'origine du sinistre: Le pire évité de justesse au mont du Murdjadjou    Kaïs Saïed suspend le parlement et limoge le premier ministre    Tebboune réitère son "niet"    Le bilan des activités de l'exercice 2020 au peigne fin    Les élus fustigent l'attitude du représentant du FLN    Poésie sur tous les fronts aux éditions Apic    M'hamed Ammar Khodja signe son retour avec deux albums    Cheikh H'ssissen, Un grand maître du chaâbi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les ressources financières posent problème
Plan de relance économique 2020-2024
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 06 - 2021

Le plan de relance économique revient au centre des préoccupations, si tant est qu'il ait disparu à un moment ou un autre. Du moins, il revient dans le discours, parce que pour les actes, il faudra repasser, la faute incombant en tout premier lieu aux difficultés financières que traverse le pays, selon le Premier ministre.
Du temps s'est écoulé et les réformes se font toujours attendre, comme l'atteste d'ailleurs le bilan du Cnese sur les actions entreprises pour donner corps à la nouvelle doctrine sur laquelle devra se fonder l'économie algérienne. Les services du Premier ministre ont publié sur le site officiel du gouvernement le «mot» d'Abdelaziz Djerad prononcé à l'occasion de «la publication du plan de relance 2020-2024». Dans son «mot», le Premier ministre s'est attardé notamment sur la très embarrassante question du financement de tout ce que le gouvernement compte entreprendre pour matérialiser cette «nécessité impérieuse» que constitue le plan pour «relever tous les défis socioéconomiques des années à venir». Le texte signé par Abdelaziz Djerad foisonne de constats déjà depuis longtemps établis sur l'état des lieux, du genre «le secteur des hydrocarbures occupe une place centrale dans notre économie, assurant plus de 90% des exportations et représentant près de 40% des recettes de l'Etat. Cependant, ce qui constitue sa force constitue également sa plus grande vulnérabilité. En effet, l'économie algérienne reste très dépendante des prix internationaux des hydrocarbures qui ont connu une baisse tendancielle depuis le choc de 2014. Le Fonds de régulation des recettes (FRR) a rempli son rôle en amortissant, partiellement, la baisse des réserves puisqu'il a été entièrement consommé dès l'année 2017» pour ensuite constater que «le poids écrasant du secteur des hydrocarbures a empêché toute diversification de l'économie, favorisé les importations par rapport aux exportations (hors hydrocarbures) et a fini par limiter le poids du secteur industriel à seulement 6 à 7% du PIB». Puis, après avoir pointé ce dont souffre l'économie algérienne entre «la faible productivité des moyens de production et des lourdeurs administratives» et ce qu'il appelle «des carences en termes de gestion, de difficultés d'accès au financement ou encore de l'absence d'une vision intersectorielle de long terme cohérente», au Premier ministre de rappeler le contexte actuel que traverse l'économie algérienne «particulièrement mise à rude épreuve au cours de ces deux dernières années : en 2019 du fait de la crise politique qu'a traversée le pays, et en 2020 du fait de la crise de Covid-19».
Des circonstances qui commandent à l'Algérie de «relever plusieurs défis majeurs dont celui de la diversification économique et celui de l'amélioration du climat des investissements, et réfléchir aux voies et moyens permettant de mettre sur la bonne voie, dans les meilleurs délais, le processus d'un développement économique national résilient, inclusif et solidaire». Une révolution en somme, mais qui se heurte à l'autre dure réalité, celle que constitue la difficile conjoncture financière que traverse le pays. «La problématique de la mobilisation des ressources financières nécessaires au développement des infrastructures publiques et des investissements des entreprises économiques se pose de plus en plus avec acuité en raison de la persistance de la baisse drastique des ressources provenant des hydrocarbures et des effets de la crise sanitaire sur les activités économiques», atteste Abdelaziz Djerad pour qui «les pouvoirs publics sont appelés à trouver les solutions nécessaires à l'élargissement et à la diversification des sources de financement en déployant les capacités idoines et les formules appropriées pour rétablir les liens de confiance, notamment avec la sphère informelle la plus apte à renouer avec l'inclusion financière et économique» pour venir à bout des contraintes financières.
En fait, le Premier ministre préconise pour le financement particulièrement des infrastructures de diversifier les sources. Cela serait utile afin de préserver les ressources budgétaires limitées pour les situations sans autre alternative, de l'avis de Abdelaziz Djerad qui réitère l'idée des partenariats public-privé (PPP) qui, outre le fait qu'ils représentent un potentiel prometteur, ils pourraient permettre de tirer profit des capacités d'innovation et de savoir-faire dans la conception, la réalisation, l'exploitation et l'entretien optimal des infrastructures publiques. Le partenariat public-privé est en tous les cas une approche à privilégier dans le financement des infrastructures et services publics. Depuis le temps qu'on en parle et en attendant quelques «lueurs», la réforme du système bancaire et financier n'a pas perdu de son importance, c'est même la pierre angulaire de la réforme économique dans son ensemble, estime le Premier ministre. Et ce plan de relance économique constitue donc «une nécessité impérieuse pour relever tous les défis socioéconomiques des années à venir». Sauf qu'il reste à savoir qui devra le conduire et enfin lui donner un coup de fouet pour en finir avec les «effets d'annonce» que certains membres du gouvernement excellent à cultiver.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.