Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Tour de France 2021 est parti
108e édition
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 06 - 2021

C'est parti pour trois semaines ! Le peloton du Tour de France a quitté Brest, hier matin, pour une 108e édition du Tour de France, riche en incertitudes sportives mais plus apaisée qu'en 2020 sur le plan sanitaire.
Le champion du monde Julian Alaphilippe et les 183 autres coureurs, tous testés négatifs au Covid-19, se sont élancés pour les 197,8 kilomètres de la première étape jusqu'à Landerneau, où l'arrivée est attendue vers 16h20 (heure d'Alger) sur les hauteurs de la Fosse-aux-Loups. Le coup d'envoi, en présence notamment de l'ancien président de la République François Hollande, a été donné sous un ciel nuageux mais sans pluie, en présence d'un public nombreux lors du défilé à travers la ville de Brest. Avec un taux d'incidence mesuré vendredi à 15,6 cas pour 100 000 habitants, le Covid-19 semble peu circuler en Bretagne à l'heure actuelle. Mais le masque reste recommandé sur le bord du parcours et un pass sanitaire est exigé des spectateurs souhaitant accéder aux zones de départ et d'arrivée des quatre premières étapes. Alaphilippe est candidat au premier maillot jaune tout comme le Néerlandais Adri van der Poel, dont l'équipe Alpecin a été autorisée par l'Union cycliste internationale (UCI) à porter un maillot couleurs violine et jaune rappelant celui de son grand-père Raymond Poulidor, l'une des légendes du Tour.
Une exception pour Poulidor
L'UCI a déclaré «que le retentissement positif suscité par ce maillot spécial en l'honneur de l'un des plus grands noms du cyclisme justifie de faire une exception au règlement en autorisant à ce qu'il soit porté lors de la première étape». Poulidor, décédé en novembre 2019, est monté sur le podium du Tour de France à huit reprises, sans jamais porter le maillot jaune, dans les années 1960 et 1970. Les deux premières étapes, dans le Finistère et dans les Côtes-d'Armor, proposent de nombreuses ascensions courtes et raides. Gare aux secondes perdues, d'autant que la course au maillot jaune est particulièrement indécise cette année. «Le départ du Tour est super difficile», juge Primoz Roglic (Jumbo), le porteur du maillot jaune détrôné par Pogacar à la veille de l'arrivée à Paris en 2020. Longue de près de 200 kilomètres, truffée d'ascensions courtes et raides, l'étape inaugurale entre Brest et Landerneau a des airs de classique. L'explosivité sera tout aussi précieuse le lendemain à Mûr-de-Bretagne. Et qui dit punch dit Mathieu van der Poel, Julian Alaphilippe (Deceuninck), le champion de Belgique Wout van Aert (Jumbo) ou encore le champion d'Italie Sonny Colbrelli (Bahrain).
L'inconnue Alaphilippe
Alaphilippe a reçu une ovation jeudi à la présentation des équipes et van der Poel se sait attendu pour son premier Tour au pays de son grand-père. «On me voit un peu comme un Français quand je cours ici, grâce à la popularité de mon papy», affirme ''VDP''. Candidats à la victoire finale, Roglic et Pogacar peuvent aussi frapper d'emblée. «Rog et Pog» ont choisi deux approches opposées: le premier s'est concentré sur l'entraînement depuis la fin des classiques de printemps en avril, tandis que le second a préféré reprendre la compétition au début du mois. Mais les 21 étapes, pour une distance de 3414 kilomètres, ne se résument pas à un match retour entre les deux grimpeurs puisque l'équipe britannique Ineos, lauréate de sept des neuf dernières éditions, s'aligne avec quatre atouts: l'ancien vainqueur gallois Geraint Thomas (2018), l'Equatorien Richard Carapaz, le Britannique Tao Geoghegan Hart et l'Australien Richie Porte. «Avoir quatre hommes forts est formidable, ça nous laisse des cartes à jouer plus tard dans la course», soutient Thomas. Reste l'inconnue Alaphilippe : le champion du monde, porteur du maillot jaune pendant quatorze jours en 2019, a jugé cette performance «difficile à reproduire». Mais au vu du parcours, moins montagneux que lors des dernières éditions, de son niveau en contre-la-montre et de son choix de ne pas s'aligner aux Jeux olympiques (23 juillet-8 août), l'hypothèse de le voir arriver en jaune à Paris est devenue un peu moins inenvisageable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.