Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 09 - 2021

Pour contourner l'interdiction de survol de l'espace aérien algérien, la Maroc affrète des avions d'une compagnie étrangère.
Pegasus Airlines !
Puigdemont. Carles Puigdemont. Ce nom ne vous dit rien ? Bio express du monsieur : citoyen espagnol né le 29 décembre 1962 à Amer. Leader séparatiste catalan. Député de Gérone au Parlement régional de Catalogne. Le 1er octobre 2017, il organise un référendum sur l'indépendance de la Catalogne. À l'issue de ce « référendum », il signe la déclaration d'indépendance de la Catalogne. Un acte annulé par le tribunal constitutionnel espagnol. Il se met de fait hors-la-loi espagnole et fuit secrètement le pays. Carles Puigdemont vient d'être arrêté ces dernières heures en Italie en vertu d'un mandat d'arrêt européen. L'Italie est-elle une dictature ? À vous de me le dire. L'Espagne est-elle une dictature ? À vous de me le dire. Mon point de vue ? Et l'Italie et l'Espagne sont des démocraties. Et dans toute démocratie, il y a des fondamentaux. Des principes du vivre-ensemble. Le fédéralisme, oui, pourquoi pas ! Je rappelle qu'il existe un Parlement catalan qui siège aujourd'hui encore et il n'est pas dans les plans de Madrid de changer cela. En revanche, le séparatisme, la volonté de créer une entité indépendante dans la nation espagnole sont considérés comme un crime et punis par la loi. C'est en vertu de ces lois que cet homme est poursuivi, qu'un mandat européen a été émis à son encontre avec mentions inscrites dessus noir sur blanc de « rébellion et sédition ». Et c'est pour ces motifs qu'une autre démocratie européenne a exécuté ce mandat en arrêtant Puigdemont. C'est tout ? Non ! Pas tout à fait. Dernière précision : Carles Puigdemont n'a jamais commis d'attentats. N'a jamais tué quelqu'un. Pourtant, son appel à l'indépendance de la Catalogne et son projet assumé de séparatisme ont légalement suffi pour le classer dans la rubrique « ennemi de l'unité nationale espagnole ». Ce pays démocratique, l'Espagne, faisant partie de l'Union européenne, l'a classé ainsi. Et c'est admis par les autres pays de l'UE comme un acte souverain de protection et de défense de l'unité sacrée d'un de ses membres. Voilà ! Je trouve que c'est bien de temps à autre de décompresser, de sortir un peu de notre actualité, de faire de l'international et d'observer le monde. Ça apaise. Comme m'apaise de fumer du thé pour rester éveillé à ce cauchemar qui continue.
H. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.