Man City : Doublé de Mahrez face à Bruges (Vidéo)    Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    L'Anie impose un black-out autour des listes    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pétrole : le juste prix ?
L'Opep travaille pour un baril à 65-70 dollars
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 09 - 2021

Les barils manquants de la production américaine, toujours affectée par les dégâts occasionnés par l'ouragan Ida, la baisse continue des stocks aux Etats-Unis et le strict respect des quotas de production de la part des pays engagés dans Opep+ permettent aux prix des deux barils de référence de se maintenir à un niveau qui fait pour le moment les affaires des pays producteurs, malgré quelques frissons lors de la séance d'ouverture de lundi dernier.
Alors que les prix du gaz suscitent les pires inquiétudes, d'autant que la tendance à la hausse risque de s'allonger au fil des mois jusqu'à la période des grands froids, le pétrole lui aussi traverse une séquence qui conforte les producteurs et investisseurs dans l'industrie pétrolière qui se retrouvent à travailler désormais au maintien du prix du baril de Brent autour des 70 dollars, tel que l'expliquait le ministre irakien du Pétrole dans des propos rapportés par Reuters, jeudi. Bien qu'en devenir encore, la demande de pétrole a augmenté plus rapidement que prévu et cela s'est logiquement répercuté sur les prix, suscitant des inquiétudes chez les trois grands consommateurs que sont les Etats-Unis, la Chine et l'Inde d'où les appels, notamment des Etats-Unis, afin que l'Opep augmente sa production plus rapidement que convenu dans le cadre des accords Opep+. Pour l'instant, si l'on doit se fier aux propos du ministre irakien du Pétrole, les 13 membres de l'Opep entendent «juste» éviter que le prix du baril de Brent passe largement autour des 70 dollars en attendant que la production soit rétablie à son niveau d'avant la pandémie, soit vers la fin du premier semestre 2022 selon les projections des pays de l'Opep et leurs alliés dans Opep+.
Si les prix se maintiennent aujourd'hui au-delà de la barre des 70 dollars le baril de Brent, il faut souligner qu'il le doit en partie aux conséquences du passage de l'ouragan Ida. Aux toutes dernières estimations, ce sont plus de 16% de la production du golfe du Mexique, soit 300 000 barils par jour, qui manquent sur le marché. Il faudrait rappeler également, comme le faisait jeudi une publication américaine spécialisée, que l'ouragan Ida était responsable de la plus importante perte initiale de production d'or noir dans cette région-clé de l'industrie pétrolière des Etats-Unis à cause d'un ouragan. Au plus fort de la tempête, la quasi-totalité du pétrole brut du golfe du Mexique a été bloquée. La production américaine de pétrole brut est passée de 11,5 millions de bpj avant le passage de l'ouragan Ida à 10 millions de bpj la semaine suivante. Au 14 septembre, l'ouragan Ida avait mis 30 millions de barils de pétrole hors marché au total. Une situation à laquelle est venue se greffer l'information selon laquelle, pour la septième semaine de suite, les stocks de pétrole aux Etats-Unis n'en finissent pas de rétrécir, selon l'Agence américaine de l'information sur l'énergie. Durant la semaine achevée le 17 septembre, les stocks commerciaux ont baissé de 3,5 millions de barils alors qu'il était attendu que cette baisse ne soit que de 2,45 millions de barils.
Des données qui ont fouetté encore un peu plus les prix jusqu'à atteindre, jeudi soir, 77,25 dollars le baril de Brent et 73,30 pour le baril de WTI, soit bien au-dessus du prix souhaité par l'Opep. Le marché se resserre donc et si l'on croit l'explication des stratèges de la banque d'investissement Saxo, cela résulte de « la reprise en cours de la demande et du risque que les prix élevés du gaz aient un effet d'entraînement sur les marchés pétroliers en raison du passage à des carburants autres que le gaz naturel ». Une conjoncture qui conforte de nombreux producteurs, à l'instar des trois africains, l'Algérie, le Nigeria et l'Angola. Trois des producteurs de l'Opep qu'une réouverture des vannes n'arrangerait pas, encore plus que les autres pays de l'organisation et leurs alliés dans Opep+. L'Algérie qui, pour le rappeler, attend d'engranger entre 30 et 33 milliards de dollars à la fin de l'exercice pour repartir dans des projets qui lui feraient oublier la mauvaise passe de ces dernières années, notamment celle de l'année dernière dont les effets sur le budget de l'Etat s'en ressentent à ce jour.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.